Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2008 4 03 /01 /janvier /2008 23:12

wilson
Prenez un sujet polémique, un cadre glamour des années 80, un réalisateur acclamé et un trio de stars habituées aux récompenses, et vous obtenez la recette du parfait film prétendant aux Oscars. Le récit de la plus grande opération clandestine américaine de tous les temps, visant à renverser les Soviétiques pendant la Guerre Froide en armant les afghans, aurait pu donné lieu à un long film à message trop sérieux pour être divertissant. C’était sans compter sur
Mike Nichols qui a préféré une approche pertinente, légère et ironique pour livrer au final une satire engageante servie par un casting prestigieux. Tom Hanks campe Charlie Wilson, qui pour votre gouverne était un député texan connu pour ses frasques nourries d’alcool, filles et drogues. On lui doit aussi la mise en déroute de l’armée soviétique, qu’il a provoqué en convainquant le Congrès américain d’allouer des sommes faramineuses à l’armement des soldats afghans, afin que ces derniers puissent se défendre contre les hélicoptères russes. Un rôle (presque) à contre-emploi pour le comédien, qui prend visiblement plaisir à écorcher son image trop lisse, sans pour autant rendre son personnage détestable.Face à lui et pour la première fois, Julia Roberts plus vamp que jamais, interprète une garce millionnaire qui jouera un rôle crucial dans les desseins du politicien. L’alchimie entre ces deux monstres de cinéma prend aisément et on se demande comment ces deux là ne se sont pas rencontré plus tôt.

charlie3 charlie charlie2

Philip Seymour Hoffman se joint à eux, dans la peau d’un agent grec de la CIA, bourru et grande gueule, à des lieux de la délicatesse d’un Truman CapoteOn retiendra aussi la prestation charmante d’Amy Adams (vue en princesse de contes de fée dans Il Etait Une Fois), dans le rôle de l’assistante au grand cœur de Charlie Wilson. Ce joli monde est admirablement servi par la mise en scène de Mike Nichols, sobre et maîtrisée, elle fait la part belle au jeu des acteurs. Les dialogues d’Aaron Sorkin sont un régal, à la fois cinglants et percutants, ils font inévitablement et à chaque fois mouche. Le script met en avant les manipulations aberrantes et presque incroyables qui se sont tramées dans les coulisses de cette opération. Ainsi, une danseuse du ventre est utilisée pour distraire le président du Pakistan, pendant que Wilson négocie en discrète un accord d’armement. Hallucinant !Si le ton choisi est délibérément léger, le film n’en est pourtant pas moins efficace. L’ironie de la situation (les mêmes armes qui ont servi pendant la Guerre Froide sont aujourd’hui retournées contre l’Amérique) nous revient d’ailleurs en pleine face à travers une scène édifiante, où le Congrès ne trouve aucun intérêt à financer les pourtant moindres coûts de reconstruction d’écoles en Afghanistan. Cette décision qui leur semblait anodine a finalement conduit aux tragiques évènements du 11 septembre. Là où plusieurs s’y sont cassé les dents,  Mike Nichols arrive à interpeller le spectateur sur les problèmes actuels en livrant un film ironique, intelligemment drôle et toujours divertissant en remontant à leurs sources improbables dans les années 80. La Guerre Selon Charlie Wilson est une œuvre qui témoigne du talent incontestable de son réalisateur et prouve qu’il n’est pas nécessaire de se prendre trop au sérieux pour faire réagir. Dans les salles le 16 janvier 2008.
notes8

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Kinoo 06/01/2008 22:29

Je dois avouer que la Julie ressemblait pardois à Mickael Jackson tellement elle était tartinnée de maquillage :D A côté d'Amy Adams toujours aussi craquante, c'est dur !Mais elle joue toujours très bien :)

Elodie 06/01/2008 15:03

Je pense que j'irai voir, même si Julia Roberts me fait peur... elle à pris un énorme coup de vieux là.