Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 13:51

Image22Parlons aujourd’hui d’un phénomène étrange qui touche les films français : le phénomène du titre pourri. Vous avez remarqué ? Ces derniers mois, les films de notre beau pays affichent des titres longs, qui se ressemblent tous et qui sont pas franchement folichons. Je me demande bien ce qui passe par la tête du créatif. Un exemple, le film " Pars vite et reviens tard " dont le titre est définitivement trop long ( 2 verbes !) et qui ne veut pas dire grand chose. En entendant ça, je sais pas pour vous, mais j’ai pas trop envie d’aller payer 8 euros (même si j’ai la carte UGC) pour voir le film, au contraire j’ai justement envie de " partir ". Autre exemple, " Je vais bien ne t’en fais pas ". Je ne m’en fais pas, faut pas croire, le film peut être très bon, mais le titre est ridicule et étiré. Les autres exemples ne manquent pas : " Dialogues avec mon Jardiner " (ça a l’air passionnant !), " Cherche Fiancé Tout frais payés ", " Je crois que je l’aime " (je crois que je vais pas aller voir ce film), "C’est pas tout à fait la vie dont j’ai rêvé " (ni le film d’ailleurs), " Je vous trouve très beau " (pas moi !)  ou encore " Je veux pas que tu t’en ailles " (Trop tard !). Les ricains eux savent faire des titres concis, accrocheurs et classes, c’est pas dur pourtant ! Mais quand les français vont jusqu’à traduite des titres américains, c’est pas mieux. La comédie de motards de John Travolta qui était baptisée " Wild Hogs " en VO se retrouve affublée d’ un, attention accrochez-vous, " Bande de Sauvages : Vieux Motards que Jamais ". Ca fait mal oui, mais on en est pas encore à la traduction littérale de nos amis québécois heureusement. Allez j’avoue, il y a quand même des titres très réussis aussi en France, citons la biopic d’Edith Piaf " La Môme ", ou encore l’animé " Persepolis ". En espérant que les prochains projets français soient plus inspirés !
titrepourri

Partager cet article

Repost 0

commentaires

T.Timauvais 16/09/2007 16:29

J'm'n'énerve pas, j'm'explique !!!

PM 14/09/2007 10:06

Timon s'énerve!! Attention!! Moi je réitère : Vieux motard que jamais, j'adore :D

debox 14/09/2007 08:48

je suis ok avec you, mais anyways je n'aime pas le cinéma français, donc, mon opinion est déjà faite ! moi ce que je trouve de plus en plus nul aussi, ce sont les affiches des nouveaux films français : toutes sur un fond blanc, avec le titre en gros et les personnages debout au centre. elles se ressembles toutes si on y prête attention. enfin, bcp d'entre elles.

Timon Timauvais 13/09/2007 11:48

Je suis radicalement en désaccord avec ton analyse qui, pour moi, vient de ton penchant à sublimer tout ce qui est (ou sonne) anglosaxon et dénigrer tout ce qui relève de la langue de Molières.Un sorte de déni d'héritage culturel.Tu feins de ne pas prendre compte de la particularité de notre belle langue et de notre culture qui aiment la nuance au contraire de la langue anglaise qui adore, elle, les magmas (de sens et de sonorité) et les mots fourre-tout."Pars vite et reviens tard" : 6 syllabes, ça te fait trop ? Je considère au contraire que l'opposition des verbes et adverbes donnent un titre solide."Bande de Sauvages : Vieux Motards que Jamais" le sous-titre ne vaut pas titre. Quant à la frénesie actuelle des "Je... ", si elle correspond bien à une mode, je ne vois pas en quoi elle dessert les films, sauf à vouloir les détourner pour les railler, comme tu le fais grossièrement.Les contre-exemples sont d'ailleurs légions. A ce petit jeu, "Jaws" me parait bien moins fort que "Les dents de la mer" ou l'italien "il squale" (le requin)."Le fabuleux destin d'Amélie Poulain" est autrement plus parlant et poétique que le laconique "Amélie"Enfin bref, à trop tomber dans l'ethnocentrisme (sur le thème de tout ce qui est anglosaxon est d'or) tu fais perdre à ta démonstration toute crédibilité.Car autant, je peux comprendre une analyse sur la pratique française des titres à rallonge (en étudiant le pourquoi du comment et l'explication culturelle de cette réalité), autant se servir d'un constat sans chercher à le comprendre pour simplement le dénigrer et nous persuader que les "autres d'en face" ont raison, je trouve que ça flirte (pour ne pas dire couche) avec le niveau zéro de la reflexion.

La Rouquine 12/09/2007 23:37

Inversement je pourrai citer : The Chronicles of Narnia : The Lion, The Witch and The Wardrobe ou encore Pirates of the Caribbean 3 : At World's End etc.Disons plus simplement que tu n'aimes toujours pas les films français ;)