Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 21:12

Pour son dernier film, Woody Allen rappelle sa dernière muse officielle et pique celle d’Almodovàr le temps d’un voyage pétillant mais aussi très chaud. Avec une affiche réunissant Scarlett Johansson et Penelope Cruz, même en n’étant pas un grand amateur du cinéaste new-yorkais, Vicky Cristina Barcelona est une invitation que l’on ne refuse pas. Tourné à Barcelone, dont les environs sont joliment filmés, le film relate l’été de deux américaines (Scarlett Johansson et Rebecca Hall) en vacances à Barcelone, et dont la vie va se retrouver chamboulée par la rencontre d’un couple local muy caliente. Les interprétations sont de la plus haute gamme, et bizarrement c’est Scarlett Johanson qui manque de conviction dans son jeu, mais ne manque pas d’atout côté physique, elle tout simplement bombastic.


En face, Penelope Cruz est formidable, un brin hystérique, elle fait ressortir le tempérament chaud des espagnoles avec beaucoup de charme. Javier Bardem quant à lui est charismatique au possible, séducteur et super viril. Il transpire le sexe (on a du mal à le réimaginer dans la peau du tueur froid de No Country For Old Men pour lequel il avait remporté l'Oscar du Meilleur Acteur). Plus discrète (elle est pas sur l’affiche), Rebecca Hall promet d’avoir une très jolie carrière devant elle. Les scènes torrides sur lesquelles s’est vendu le film sont très courtes et sont plutôt anecdotiques et ne font pas du film un produit glauque pour pervers en manque. Le scénario prend des raccourcis un peu rapides par moment mais au final, le tout est très bien ficelé et ne tire pas en longueurs. Un moment dépaysant et drôle à vivre sans hésitations.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Antoine 25/10/2008 00:43

Javier Bardem est une concentration de testostérones qui fait de l'ombre aux trois plantureuses jeunes femmes qui l'entoure... Javier est l'incarnation de la virilité, un peu comme Clive Owen finalement !