Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 23:00

Après nous avoir époustouflé avec The Yards et surtout La Nuit nous Appartient, le prodige James Gray change de registre pour nous livrer une histoire d’amour intense et poignante. Et pour la troisième fois, il retrouve Joaquin Phoenix pour ce qui pourrait être son dernier rôle (l’acteur a annoncé prendre sa retraite pour se consacrer à la musique). Il incarne Leonard, qui sort à peine d’une douloureuse rupture qui l’a plongé dans la dépression. Ses parents, chez qui il vit, lui font rencontrer Sandra, avec qui il entamera une relation jusqu’à ce que Michelle, sa mystérieuse voisine, s’immisce dans sa vie.


Fort d’une réalisation maîtrisée qui n’oublie aucun détail, le cinéaste a choisi le réalisme pour traiter les sentiments de ses personnages de la manière la plus brute qui soit. On est loin, mais très loin du triangle amoureux type comme Hollywood en a trop fait. Car en plus de parler d’amour, on retrouve dans le film les thèmes chers au réalisateur : la fatalité, les codes sociaux, la famille… La caméra de Gray, toujours efficace (voir la scène dans la boîte de nuit), aux images élégantes et éclairées de mains de maître, sublime le jeu tout en émotions d’un casting royal. Joaquin Phoenix est encore une fois magistral. Habité par son rôle, il est à la fois touchant, un brin enfantin et déchirant. Face à lui, Gwyneth Paltrow est plutôt convaincante et trouve l’un de ses meilleurs rôles récents. Mais la révélation restera la brune Vinessa Shaw, en plus d’être sublime, elle livre une performance douce et subtile très efficace. Malgré quelques longueurs dans le troisième acte, Two Lovers s’affirme comme un grand film bouleversant et poignant, porté par des acteurs au sommet de leur art. A ne pas manquer.    

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires