Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 00:01

Sept ans après Moulin Rouge, Baz Luhrmann emmène Nicole Kidman et Hugh Jackman (que des –man) dans une fabuleuse épopée dans les paysages arides de l’Australie des années 40. Pour le réalisateur, mettre en scène un grand film d’aventure et romantique se déroulant sur ses terres natales est un rêve qu’il traîne depuis de longues années. Alors quand l’opportunité de le réaliser se présente à lui, Baz s’en donne les moyens. Aidé par le succès de Moulin Rouge, il décroche un budget pharaonique et donne vie à ses chimères. Visuellement c’est magnifique, chaque plan est d’une beauté à frémir : la composition, les couleurs… tout est fait pour sublimer les paysages merveilleux de l’Australie et c’est un véritable régal pour les yeux. Le style Lhurmann est bel et bien présent et se traduit à travers la réalisation et la mise en scène à la fois délurée, époustouflante et totalement maîtrisée. Que ce soit les chevauchées sauvages dans l’Outback ou encore le bombardement de la ville de Darwin par les japonais, en passant par la très belle scène de baiser, le cinéaste a été très inspiré et s’en est donné à cœur joie.


Et il fallait bien ça pour filmer Nicole Kidman rayonnante, à la fois drôle et touchante, et Hugh Jackman, un concentré de testostérone 100% mâle (les spectatrices apprécieront la scène de la « Douche dans l’Outback »). Le duo forme un couple de cinéma charismatique dont l’alchimie prend facilement et rapidement. A l’inverse de leurs personnages qui devront s’apprivoiser en milieu hostile, dans un scénario bien ficelé qui est en fait un dosage idéal d’humour, de romantisme et de grands moments épiques. Ajoutons à cela une bande originale enivrante qui rend hommage au Magicien d’Oz. Alors certains parleront de machines à Oscars : et alors ? C’est fait avec tellement de classe et de caractère qu’au final, le film est une vraie réussite. On regrettera juste la fin un peu expéditive (conflits avec la Fox ?). Australia est un film comme on en fait trop rarement de nos jours. Dans la grande tradition des classiques d’Hollywood, Baz Luhrmann invite le spectateur à 2h40 de dépaysement, de frissons et d’émerveillement. Sept longues années séparent Moulin Rouge d’Australia. Et l’attente en valait la peine car le dernier film de Luhrmann est une épopée riche en émotions en tout genre qui rappelle plus Autant en Emporte le Vent ou Laurence d’Arabie que Pear Harbor, bien heureusement. Il nous reste plus qu’à espérer ne pas devoir attendre sept autres années avant son prochain film !

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Jo 28/02/2009 05:15

Déja dit ce que j en pense, ca ne vaut pas 4/10 :(

eman02 13/01/2009 03:40

Comment peux tu dire que la fin d'Australia est trop expéditive? On doit supporter 4 ou 5 faux "finals" avant qu'arrive ENFIN la délivrance... Et comme Sooky, autant la première 1h30 m'a transporté (même si tout est too much), autant la dernière heure est poussive. Le tournant du film est d'ailleurs simple à situer: Hugh Jackman se rase!

Sooky 30/12/2008 09:38

J'ai bien aimé le film malheureusement je trouve que les deux parties sont trop dissociées et je préfère nettement la première à la deuxième, dommage.

Par Hugh est excellent, je l'adore !

Pierre 29/12/2008 00:25

malgré les critiques assassines, ton avis enthousiaste et l'esprit des fêtes de fin d'année me donnent très envie de voir Australia. Bon, en grand amateur du cinéma de Baz et du magicien d'oz sous toutes ses formes, je l'aurais vu de toute façon... ;p