Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 11:47

Fruit de la collaboration entre le réalisateur Neil Blomkamp et Peter Jackson, ici avec la casquette de producteur, District 9 est un film de science-fiction qui se démarque des autres de par une approche singulière et audacieuse, tant dans la forme que dans le fond.  L'histoire, racontée sous forme de documentaire, se déroule dans les alentours de la ville de Johannesburg en Afrique du Sud, au dessus de laquelle un gigantesque vaisseau spatial semble s'être égaré. A son bord, des aliens rappelant des crustacés, sans forme apparente d'intelligence, y sont entassés dans des conditions déplorables. Ne sachant pas très bien quoi en faire, le gouvernement décide de parquer ces créatures dans d'immenses bidonvilles insalubres, le District 9. Mais la situation dégénère très vite: la population d'aliens augmente, ainsi que les conflits avec les habitants humains de la ville, sans parler des trafics glauques qui s'y trament. C'est pourquoi, la multinationale qui gère la situation avec son armée privée, décide de relocaliser les extra-terrestres et envoie un fonctionnaire faire signer les avis d'expulsion aux aliens.


Ce dernier ne tardera pas à être en contact avec de l'ADN alien qui entraînera sur son corps une métamorphose digne de Kafka. Le film de Blomkamp peut paraître amateur d'un point de vue technique, avec le choix de la caméra à l'épaule et de la présentation en documentaire, mais le sujet est traité brillamment et propose des pistes de réflexion pertinentes sur les camps de réfugiés en Afrique, à travers une métaphore bien trouvée. Le film mêle les genres avec une fluidité agréable, on passe du docu-fiction à une chasse à l'homme intense, les scènes de bravoure sont parfaitement maîtrisées et offrent même des moments bien gores et l'interprétation du rôle principal par l'acteur Sharlto Copley, est impeccable. Le budget du film est dérisoire comparé aux blockbusters de l'été dernier, et pourtant, le divertissement est bien au rendez-vous avec un bonus, un fond pertinent et pas lourdingue. Le succès du film aux Etats-Unis fait qu'Hollywood parle déjà de la suite, que la fin fait deviner, et on rêve à ce que Peter Jackson et Neil Blomkamp puissent remettre à flots le projet Halo.

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires