Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 16:34

Snow

 

Depuis le succès de la relecture d’Alice au Pays des Merveilles par Tim Burton (plus d’un milliard de dollars de recette), les grands studios se sont pris d’une nouvelle lubie pour les contes de fées, si bien que deux studios ont développé en parallèle des adaptations de Blanche Neige. Après le Mirror, Mirror de la Metropolitan, c’est au tour d’Universal de dégainer son Blanche Neige & le Chasseur qui se veut une version plus sombre et épique du conte des frères Grimm. C’est à Rupert Sanders, réalisateur de pub, qu’a échoué la tâche de lancer cette nouvelle franchise en signant un premier film racé mais imparfait, nourri de multiples influences. La grande faiblesse du film réside dans son scénario qui utilisent évidemment les éléments familiers et les grandes lignes du conte, mais qui pêche par un manque flagrant de développement des personnages et de l’histoire. 

 

Snow2

 

Résultat, on n’a pas le temps de s’attacher aux héros. Le personnage de la Reine est une exemple probant, les passages censés la rendre plus humaine et incomprises sont bâclés et expédiés, laissant la belle Charlize Theron (Prometheus, Young Adult) se contenter d’une performance hystérique convaincante mais manquant cruellement de nuance. Kristen Stewart (Twilight) est fidèle à sa réputation, monotone et sans charisme. Elle fait une princesse fade et on ne comprend pas comment elle est censée surpasser la beauté de la Reine. Le discours qu’elle donne à la fin pour motiver les troupes est d’une platitude et sonne faux. Chris Hemsworth (Thor, La Cabane dans les Bois)confirme son statut de star émergente et parvient à tirer son épingle du jeu et fait un chasseur bourru et sympathique. Mention également aux nains plutôt bad ass qu’incarnent en groupe d’acteurs british très en forme (Ian McShane, Nick Frost, Toby Jones …). 

 

Snow3

 

Visuellement, le réalisateur offre un spectacle éblouissant regorgeant de bonnes idées et puise ses inspirations un peu partout (Tolkien, Myazaki) et offre des séquences redoutables de beauté et d’efficacité (la traversée de la Forêt Noire est un bel exemple). Le travail sur la lumière et les décors sont également à souligner, sans oublier la richesse des détails dans les costumes. Premier essai plutôt convaincant pour le réalisateur qui sans atteindre les sommets de la fantasy, délivre un blockbuster stylé et efficace. 

7-copie-1.gif
Sortie en salles: 13.06.2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Critique
commenter cet article

commentaires