Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 22:28

detachment

 

Le réalisateur Tony Kaye, bien que très discret, aime les sujets qui fâche et l'avait déjà prouvé en traitant le racisme et l'extrémisme dans American History X et en filmant le documentaire Lake of Fire sur l'avortement. Douze ans plus tard, il s'attaque au système scolaire américain avec Detachment, un film aux allures de docu-fiction qui suit le quotidien d'un professeur remplaçant qui jongle entre les difficultés rencontrées dans l'école où il officie et ses problèmes personnels.

 

detachment2

 

Detachment est un bilan déprimant du programme « No Child Left Behind », une restructuration du système scolaire signée sous l'administration de George W. Bush et dont les résultats sont loin de l'utopie escompté. Adrien Brody incarne le malaise ambiant du corps professoral en livrant une performance très juste d'un mentor qui tente tant bien que mal à guider ses élèves malgré les difficultés. Les seconds rôles sont tenus par quelques grands acteurs, on y voit par exemple l'excellente Marcia Gay Harden dans le rôle de la principale désabusée ou encore le prof shooté aux pilules joué par James Caan et une conseillère au bord de la crise de nerf interprétée par une Lucy Liu étonnante. On regrette qu'ils soient un brin sous-exploités, à l'image du personnage joué par Christina Hendricks dont la relation avec le héros aurait mérité plus de temps.

 

detachment3

 

Le réalisateur n'y va pas de main morte pour dépeindre les différentes aberrations qui jalonnent le parcours des enseignants (violences et menaces des élèves, parents irresponsables, culture des résultats au profit des marchés immobiliers, suicide des jeunes etc...) et utilisent mille et une techniques, d'images en noir et blanc façon documentaires à des animations à la craie sur tableau noir en passant  par des confessions en gros plan du personnage principal, pour montrer les raisons du désespoir. Car l'atmosphère pesante du film est totalement assumée et n'y allez pas en vous attendant à ne serait-ce que sourire une minute. Les thèmes traités y sont noirs (le héros tente de sauver une jeune prostituée de la rue, que joue la jeune et talentueuse Sami Gayle) et le réalisateur ne propose aucune solution, aucun espoir, juste un témoignage en l'état, brut, qui aurait peut-être mérité plus de finesse.

 

8-copie-1.gif

Sortie en salles: 01.02.2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Critique
commenter cet article

commentaires