Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 09:56

HaroldKumar.jpg

 

Peu connus dans notre vieux continent, Harold et Kumar ont acquis le statut de culte dans le petit monde des comédies pour stoners américain. Le genre de films ciblés pour les fumeurs de marijuana dont les plus illustres exemples ne manquent pas récemment (Délire Express, Smiley Face, Eh Mec! Elle est Où Ma Caisse?…). Ils apparaissent pour la première fois dans Harold & Kumar Chassent le Burger, réalisé par Danny Leiner en 2004, dans lequel on fait donc connaissance avec ce duo haut en couleurs. Harold est un jeune employé de bureau malmené par ses collègues, Kumar est un étudiant en médecine brillant mais paresseux, qui noient leurs soucis dans la consommation active de cannabis. Les deux colocataires décident un jour de se rendre dans un restaurant de la chaîne de fast-food White Castle pour se faire une véritable orgie de burgers. Le périple ne sera pas de tout repos et semé d’embûches les plus dingues. 

 

HaroldKumar2.jpg

 

Road trip déjanté, le film ne requiert pas de planer pour en apprécier l’humour gras et les gags rocambolesques. Les acteurs John Cho (Star Trek) et Kal Penn (How I Met Your Mother) font preuve d’une belle alchimie et d’un talent comique certain. Les caméos sont amusants, d’un Neil Patrick Harris jouant son propre rôle et qui deviendra un habitué de la franchise à Ryan Reynolds en infirmier niais à Malin Akerman en femme sexy d’un affreux redneck. Mais sous ses airs de comédies débiles, le film offre également un joli pied de nez à l’Amérique bien pensante en explosant les clichés et soulignant les problèmes de société de la nation de manière certes peu subtiles mais efficaces. Rien que le fait de caster un asiatique et un indien en têtes d’affiche était osé. 

 

HaroldKumar3.jpg

 

Sorti quatre ans plus tard mais dont l’action reprenant directement après la fin du premier volet, Harold & Kumar s’évadent de Guantanamo poursuit dans la lignée du road trip délirant: cette fois-ci les deux compères sont jetés dans une cellule de la prison pour terroristes après que le bong de Kumar ne soit pris pour une bombe à bord d’un avion qui les emmenait vers Amsterdam. Juste après avoir échappé au «cock meat sandwich» (vous comprendrez à la vision), ils s’évadent et traversent les Etats-Unis jusqu’au Texas pour demander de l’aide à une vieille connaissance. Réalisé cette fois par le duo Jon Hurwitz et Hay Schlossberg, le film est encore plus irrévérencieux et tacle cette fois la paranoïa et les dérives raciales suite aux attentats du 11 septembre 2001, l’incompétence du gouvernement de Georges W. Bush et les stéréotypes. 

 

HaroldKumar4.jpg

 

Pour les deux films, on pourrait regretter une mise en scène sans génie mais pour ce genre de comédie le plus important réside dans l’interprétation des acteurs et l’efficacité des gags, sans oublier l’écriture des dialogues. De ce côté-là, Harold & Kumar ne déçoivent pas et offrent un spectacle réjouissant et complètement barré. 


8-copie-1.gif

PS: Harold & Kumar sont revenus l’an passé dans Harold &  Kumar Fêtent Noël en 3D. Il sera chroniqué lors de sa sortie en DVD et Blu-Ray.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Critique
commenter cet article

commentaires