Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 08:54

Lorax.jpg

 

Auteur méconnu dans nos contrées, le Dr. Seuss est une véritable institution aux Etats-Unis. Ses œuvres ont déjà connu des adaptations cinématographiques comme Le Grinch avec Jim Carrey, Le Chat Chapeauté avec Mike Myers ou le film d’animation Horton. Cette année, c’est à nouveau l’animation qui a puisé son inspiration dans la littérature du Dr. Seuss alors que les studios Universal dévoilent Le Lorax. Ce dernier est une petite créature orange à l’énorme moustache jaune et au caractère bien trempé qui défend avec ferveur la nature et ses merveilles. Ted est un jeune adolescent qui habite Thneedville où tout est fait de plastique, où la végétation est devenue une légende et où l’air frais s’achète en bidon. Pour impressionner sa voisine, une belle rouquine pour qui son cœur palpite, il part à la recherche d’un arbre vivant et rencontre le Gash-pilleur, un vieil ermite qui lui contera l’histoire du Lorax. 

 

Lorax2.jpg

 

Réalisé par Chris Renaud (Moi, Moche & Méchant), Le Lorax peut se targuer d’une animation fluide et de bonne facture. Le style graphique particulier des illustrations des livres d’origine a été respecté et se prête bien à l’animation. La palette de couleurs du film est chatoyante et saturée d’orange, de rose et de jaune qui va chatouiller vos rétines ostensiblement. Derrière cet arc-en-ciel en 3D se dévoile une intrigue plutôt commune au service d’un message écolo bienvenu et pas trop lourdingue pour les plus jeunes du public. On regrettera une baisse de rythme dans le deuxième acte qui laisse s’installer l’ennui et des gags trop faciles pour faire sourire. 

 

Lorax3.jpg

 

Le casting vocal déploie une belle énergie à commencer par Danny DeVito qui prête sa voix reconnaissable au Lorax. Zac Efron et Taylor Swift assurent une prestation honnête alors qu’Ed Helms (Very Bad Trip) et Rob Riggle (21 Jump Street) ne sont pas avares en vitalité dans les rôles respectifs du Gash-pilleur et du méchant O’Hare. Notons également la présence de l'inénarable Betty White ! Au final, Le Lorax est un joli film d’animation au message honorable qui ravira le jeune public, mais qui ne captivera pas les plus grands la faute à une réalisation plutôt banale. 


6.gif

critique: Jonathan Rabeute

Sortie en salles: 18.07.2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Critique
commenter cet article

commentaires