Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 00:19

rebelle

 

Les studios Pixar nous avaient laissé sur notre faim l’an passé, en nous livrant un Cars 2 mercantile et artistiquement décevant. Cette année, ils redressent la barre avec Rebelle (Brave en V.O), un conte initiatique émouvant et épique situé dans une Ecosse médiévale et magique. Merida est une jeune princesse écossaise dont la fougue n’a d’égal que son impressionnante tignasse bouclée et rousse. Mais sa mère, la reine Elinor, n’a de cesse de la rappeler à l’ordre pour la préparer à sa futur vie de noblesse bien rangée. Quand l’héroïne fait appel à la magie et que des esprits mystiques de la forêt et des ours s’en mêlent, elle devra partir en quête de son véritable destin et renouer les liens avec sa mère. 

 

rebelle2

 

Au premier abord, le film a plus des allures de contes de fées habituellement réalisés par les studios Disney qu’à un Pixar: une jeune princesse, une sorcière, de la magie et des petits animaux rigolos. Mais ne nous méprenons pas, le savoir-faire du studio à la lampe de bureau est bien présent. Techniquement, Rebelle prouve encore une fois que Pixar surpasse la concurrence en nous offrant des plans survolant les collines écossaises de toute beauté. De la texture des décors aux travaux sur la lumière et les ombres en passant par l’incroyable travail d’animation effectué sur la sublime chevelure de Merida, le film offre un spectacle visuel éblouissant. Les animateurs délivrent également des scènes de bravoure exaltantes et épiques et pourraient donner des leçons à certains réalisateurs de blockbusters qui en auraient bien besoin (*tousse* The Amazing Spiderman *tousse*). La 3D offre une profondeur convaincante au film (et souligne l’effet de liberté lors des séquences à chevaux notamment), bien que l’image s’en trouve assombrie. 

 

rebelle3

 

Réalisé par Mark Andrews, qui a repris les rênes du projet initié par Brenda Chapman, Rebelle aborde naturellement des thèmes forts et féminins, même si ils paraissent peu originaux: l’émancipation, le refus de la conformité et des règles… Mais c’est la relation mère-fille trouve ici une résonnance particulièrement touchante grâce à une écriture dosant parfaitement l’émotion et l’humour. Moins émouvant que Là-Haut ou Toy Story 3 (qui tiraient beaucoup sur la corde sensible), Rebelle peut tout de même se targuer de quelques notes touchantes brillamment amenées. On peut également reprocher au scénario un premier acte un peu lent à démarrer et quelques scènes de remplissage superflues. 

 

rebelle4

 

Sous ses allures de contes de fées traditionnels, le long-métrage fourmille de trouvailles et d’idées géniales bien caractéristiques à Pixar: le chaudron magique façon répondeur de la sorcière est hilarant par exemple, le trio infernal des petits frères de Merida offre des gags de situation comiques et efficaces sans parler. Côté doublage français, Bérénice Bejo (silencieuse dans The Artist) délivre un travail honorable avec une voix pleine de nuances et d’énergie. La partition de Patrick Doyle (Thor, Harry Potter & La Coupe de Feu..) aux intonations celtiques accompagne parfaitement les sublimes images. Dépaysant, visuellement sublime, émouvant et drôle, Rebelle offre tous les ingrédients que l’on attend d’un bon Pixar sous des airs de conte de fées plus classique.


8-copie-1.gif

Critique: Jonathan Rabeute

Sortie en salles: 01.08.2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Critique
commenter cet article

commentaires

Chippily 11/08/2012 14:34

Peut-être pas le plus grand des Pixar, mais un film bien sympa, qui a la bonne idée de détourner quelques clichés du genre (la princesse passive, la sorcière méchante etc.) !