Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 17:15

0000RAID.jpg

 

Par notre Guest Critic Masao: Prenez des scènes de gunfight à la John Woo, ajoutez-y des combats d'arts martiaux à la Tsui Hark et saupoudrez d'une pincée d'humour à la Tarantinoet vous obtiendrez The Raid. Derrière son titre et son scénario ultra convenu se cache une véritable perle dont le mot d'ordre est fan service. Aux commandes, Gareth Evans, réalisateur britannique qui s'était déjà fait remarquer avec Merantau et qui a pour spécialité les films d'action avec des acteurs indonésiens. L'histoire tient sur un timbre poste : un commando de police est envoyé prendre d'assaut un immeuble au coeur des quartiers pauvres de Jakarta pour en extraire un baron de la drogue. Mais celui-ci, au courant de leur arrivée, verrouille sur eux un piège mortel. Coincés dans cette forteresse, face à des fous furieux (dans tous les sens du terme), les policiers vont lutter pour leur survie à chaque étage.

 

000RAID2.jpg


Ce scénario digne d'un jeu vidéo pourrait nous faire craindre un simple film d'action comme on en a déjà vu mille fois. Et pourtant, dès les premières minutes, The Raid annonce la couleur avec la scène du marteau et des balles dans le tiroir. Vous êtes face à un film qui ne se prend pas au sérieux, à l'humour décalé et à la noirceur sans fin. La réalisation est magistrale. Chaque plan de caméra est minutieusement choisi et la photographie est d'excellente facture. Le film nous surprend à chaque combat en inventant des tours de force et des cascades jamais vues auparavant. Les musiques ne sont pas en reste avec des compositions dignes de Juno Reactor, Rob Douganou Prodigy. Mais outre les musiques, la bande son d'une manière générale est superbe et provoque l'empathie du spectateur en lui donnant presque l'impression de prendre les coups à la place des personnages. La violence est omniprésente, clairement assumée et on sent que le réalisateur était totalement libre. L'intention est clairement de rendre hommage aux meilleurs films du genre. On retrouve notamment l'esprit « montée d'une tour » et combats à chaque étage cher aux films de Bruce Leeou encore le combat final interminable contre un boss infatigable qu'affectionne Tsui Hark.


000RAID3.jpg


Si on devait trouver un défaut au film qui n'est pas réellement dû à un problème de conception, ce serait que les scènes d'action sont si intenses et font tellement monter l'adrénaline qu'on s'ennuie assez rapidement lors des scènes de dialogues, trop impatients que ça reparte. Coté jeu d'acteur, c'est assez médiocre et sur-joué la plupart du temps, mais n'est ce pas volontaire ? Gareth Evansle dit lui-même avant que le film ne démarre : « don't take this movie too seriously ». Mention spéciale cela dit à Iko Uwaisqui rejoint le panthéon des dieux du combat aux cotés de Bruce Lee, Jet Liet Tony Jaa. En somme, une véritable claque qui mine de rien, fait du bien. Le tonnerre d'applaudissement qui envahissait la salle à la fin de chaque scène d'action en dit long, très long...

 

9.gif

Sortie en salles: 20.06.2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Critique
commenter cet article

commentaires