Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 10:00

ThorHeader.jpg

 

logoMarvelWeekAprès Iron Man et L'Incroyable Hulk, les studios Marvel continuent de porter à l'écran les aventures de leurs héros de papier et de préparer le terrain pour le film qui les réunira tous l'année prochaine (The Avengers). Ce mois-ci, c'est Thor qui débarque dans les salles et c'est à Kenneth Brannagh qu'est revenue la tâche de mettre en scène la genèse de ce superhéros divin peu connu du grand public. Le réalisateur mais aussi acteur britannique est plus habitué des adaptations de Shakespeare que des gros blockbusters estivaux, s'en sort pourtant avec les honneurs. L'univers de Thor n'est pas des plus aisés à adapter: il y a tout un monde divin et une mythologie à mettre en images, des dieux bannis envoyés sur Terre, des géants de glace, un portail arc-en-ciel et des batailles épiques... bref, un sacré programme!

 

Thorbanner1.jpg

 

Si Asgard et le design des costumes que portent les héros mythologiques lorgnent beaucoup trop sur le kitsch et les Power Rangers, il faut avouer que l'introduction de trente minutes remplit parfaitement son rôle. Elle établit l'univers, présente les personnages et les liens qui les unissent de manière tout à fait efficace dans une atmosphère intéressante mêlant la fantasy et la science-fiction. Les scènes d'action sont plutôt bien menées, sans coup d'éclat de génie néanmoins, mais elles se laissent regarder sans déplaisir.Mais si Marvel a embauché Brannagh, c'est bien pour ses connaissances en matières de dramaturgie shakespeariennes et dans ce sens, les relations familiales qui lient Thor, son père Odin et son frère Loki, sont traitées habilement, même si on sent pas mal de coupes au montage. Condenser une mythologie aussi riche et distiller des éléments de The Avengers dans moins de deux heures de métrage passe irrémédiablement par un rythme soutenu et une sensation de trop plein trop vite. Heureusement, malgré un caméo de Jérémy Renner dans la peau d'Hawkeye et une scène post-générique, on n'est pas dans le même bordel qu'était Iron Man 2 qui faisait plus penser à une bande-annonce pour The Avengers qu'à un véritable film.

 

Thorbanner2.jpg

 

Côté casting, l'australien Chris Hermsworth incarne Thor tous muscles dehors, agaçant d'égocentrisme au début, drôle quand il se retrouve dans notre monde (la scène de l'hôpital) et charismatique, l'acteur n'a pas à rougir de sa prestation (même si personnellement, j'aurai préféré Alexander Skarsgård de True Blood dans le rôle). Anthony Hopkins interprète la figure paternelle et le leader des dieux d'Asgard avec brio, tandis que Natalie Portman, toujours aussi charmante, se livre à une performance de commande sans surprises. Celui qui sort du lot est sans aucun doute Tom Hiddleston dans la peau de Loki, le frère ennemi de Thor. La scène où il se confronte à Odin sur ses véritables origines est d'une intensité rare dans ce genre de film. Au final, Marvel réussit à installer un héros complexe avec un savant dosage d'humour et de spectaculaire, même si il manque la folie douce et charismatique d'un Robert Downey Jr pour que ce soit aussi mémorable qu'Iron Man, premier du nom.

 

7-copie-1.gif

 

Précédemment publié le 17 avril 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Critique
commenter cet article

commentaires