Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 09:40

TimeOut.jpg

 

Dire que le retour d'Andrew Niccol derrière la caméra était attendu tire vers l'euphémisme. Le cinéaste nous avait livré une vision originale et inquiétante du futur dans le désormais culte Bienvenue à Gattaca et dresser le portrait au vitriol d'un marchand d'armes dans Lord of War, sans oublier ses travaux en tant que scénariste sur le Truman Show et Le Terminal. Son silence radio depuis six ans était quelque peu frustrant alors quand le projet Time Out (In Time pour les intimes du titre V.O) se monta avec un pitch de science-fiction au concept en or, on salivait d'avance. Dans un monde où les hommes sont génétiquement modifiés pour arrêter de vieillir à 25 ans, le temps est devenu la monnaie courante. Pour survivre, les gens doivent gagner les heures, les minutes et les secondes, afin de repousser à chaque fois le moment fatidique de leur mort.

 

TimeOut2.jpg

 

Un tel concept ouvre une centaine de possibilités, comme d'explorer des pistes de réflexion sur l'injustice entre les riches qui deviennent quasi immortels et les pauvres qui se tuent au travail ou sombrent dans la violence pour rester en vie. Ou même de souligner des problèmes bien actuels, comme les limites du système capitaliste, en se projetant dans le futur. Ces pistes, Time Out ne fait que les effleurer et c'est bien là le problème du film. Au lieu de se lancer complètement dans ce sujet prometteur, le réalisateur a préféré basculé la deuxième moitié du long-métrage dans un remake futuriste mais peu enthousiasmant de Bonnie & Clyde dans lequel Justin Timberlake (au charisme intact mais au jeu très léger) et Amanda Seyfried (oubliable) incarnent deux jeunes gens en cavale aux desseins révolutionnaires.

 

TimeOut3.jpg

 

La direction d'acteur semblent d'ailleurs négligée, vu les talents mis à contribution pour les seconds rôles tels que Cillian Murphy, Olivia Wilde ou encore Vincent Kartheiser, les interprétations sont vraiment mollassonnes. Les scènes d'action sont rythmées et divertissantes sur le coup mais sont loin d'être mémorables et la vision de ce futur est beaucoup moins inspirée que Gattaca. Manque d'inspiration ? De temps? Ce qui est sûr, c'est que ce Time Out ne peut pas se targuer d'être plus qu'un honnête blockbuster de science-fiction avec une jolie distribution. Ce qui, pour un film d'Andrew Niccol, est une amère déception.

 

6.gif

Sortie en Salles: 23.11.11

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Critique
commenter cet article

commentaires