Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 00:56

VBT2.jpg

 

Trois ans après avoir créé la surprise au box-office international, le trio infernal de Very Bad Trip remettent le couvert dans une suite moins percutante mais pas moins divertissante. Après avoir décuvé du premier opus à Las Vegas, on retrouve avec plaisir ces compères très attachants dans un nouvel environnement: les bas-fonds de Bangkok. Cette fois-ci, ils y fêtent le mariage de Stu, dentiste édenté du premier film, et bien évidemment ce qui devait être un innocent verre autour du feu va tourner au cauchemar hallucinogène à base d'alcool et de produits illicites.

 

VBT22.jpg

 

On retrouve avec plaisir le charismatique trio composé du séduisant Bradley Cooper, du maladroitement drôle Ed Elms et de Zach Galifianakis, dont le show absurde et enfantin fait toujours des étincelles. Leur alchimie est toujours aussi efficace et réserve son lot de bonnes interactions, à défaut de nouveautés. Car Very Bad Trip 2 reprend le schéma du premier film quasiment à la lettre, si bien qu'on a l'impression parfois d'assister à un remake, avec bien peu de surprises. On retrouve ainsi le même coup de film en ouverture du film, la famille qui s'inquiète, un lendemain difficile, un chinois mal membré qui saute, Mike Tyson, les photos dans le générique de fin... On est en terrain trop connu et balisé de manière trop similaire. On aurait aimé que Todd Philipps casse un peu le moule du premier film pour surprendre son public.

 

VBT23.jpg

A défaut d'être surpris, le spectateur sera sans aucun doute diverti et amusé. Les scénaristes ont injecté une bonne dose d'irrévérence dans la recette déjà trash, en jouant avec tous les clichés de la Thaïlande: commerce sexuel, boudhisme, drogue, transsexuel, pègre... et cela donne quelques scènes hilarantes. Le caméo dont on a beaucoup parlé, premièrement destiné à Mel Gibson, puis Liam Neeson et finalement attribué à Nick Cassavetes, est plus anecdotique que drôle, heureusement que le singe est de la partie, c'est un vrai « scene stealer ». Au final, cette seconde gueule de bois est moins percutante que la première fois, l'effet de surprise en moins et le manque de nouveautés à déplorer, mais on se laisse facilement enivrer par un tel déballage d'humour trash qui réveille un peu le paysage de la comédie américaine. On espère que si troisième tournée il y a, le cocktail soit plus relevé.

 

6.gif

Sortie en Salles: 25.05.11


Partager cet article

Repost 0
Published by Kinoo - dans Critique
commenter cet article

commentaires