Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 13:51

Image22Parlons aujourd’hui d’un phénomène étrange qui touche les films français : le phénomène du titre pourri. Vous avez remarqué ? Ces derniers mois, les films de notre beau pays affichent des titres longs, qui se ressemblent tous et qui sont pas franchement folichons. Je me demande bien ce qui passe par la tête du créatif. Un exemple, le film " Pars vite et reviens tard " dont le titre est définitivement trop long ( 2 verbes !) et qui ne veut pas dire grand chose. En entendant ça, je sais pas pour vous, mais j’ai pas trop envie d’aller payer 8 euros (même si j’ai la carte UGC) pour voir le film, au contraire j’ai justement envie de " partir ". Autre exemple, " Je vais bien ne t’en fais pas ". Je ne m’en fais pas, faut pas croire, le film peut être très bon, mais le titre est ridicule et étiré. Les autres exemples ne manquent pas : " Dialogues avec mon Jardiner " (ça a l’air passionnant !), " Cherche Fiancé Tout frais payés ", " Je crois que je l’aime " (je crois que je vais pas aller voir ce film), "C’est pas tout à fait la vie dont j’ai rêvé " (ni le film d’ailleurs), " Je vous trouve très beau " (pas moi !)  ou encore " Je veux pas que tu t’en ailles " (Trop tard !). Les ricains eux savent faire des titres concis, accrocheurs et classes, c’est pas dur pourtant ! Mais quand les français vont jusqu’à traduite des titres américains, c’est pas mieux. La comédie de motards de John Travolta qui était baptisée " Wild Hogs " en VO se retrouve affublée d’ un, attention accrochez-vous, " Bande de Sauvages : Vieux Motards que Jamais ". Ca fait mal oui, mais on en est pas encore à la traduction littérale de nos amis québécois heureusement. Allez j’avoue, il y a quand même des titres très réussis aussi en France, citons la biopic d’Edith Piaf " La Môme ", ou encore l’animé " Persepolis ". En espérant que les prochains projets français soient plus inspirés !
titrepourri

Repost 0
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 14:52

NYC
Déjà six ans que les évènements du 11 septembre ont changé la face du monde. Six ans que l’on ne prend plus l’avion ou les transports en commun comme avant, que la skyline de New York a été écorchée vive, que des milliers de familles pleurent encore et toujours leurs proches disparus. Six ans que Bush est toujours et encore au pouvoir. On va pas revenir sur ces attaques, mais ce jour restera à jamais gravé dans nos mémoires et notre inconscient. On a tout de même tous assisté en direct à une page, sombre en effet, de l’Histoire. D’ailleurs, on se souvient tous de ce qu’on faisait à ce moment là. Pour ma part je rentrais du lycée, j’étais en première, c’était ma première rentrée suite à mon déménagement. Ma mère me dit qu’un avion s’était écrasé sur une tour à New York, je me dis c’est un accident avec un petit engin, sans voir les images. Quand je vais me chercher à manger dans la cuisine, je passe devant la télé et je découvre le World Trade Centre ébranlé, crachant la fumée funeste noire devenu l’icône de ce tragique événement. Je n’aurais pas quitté l’écran jusqu’au soir, assistant avec horreur au deuxième crash en direct. Les images passent en boucle, les SMS et les appels fusent sur mon portable. La sensation que la France et le monde entier sont immobilisés devant la tragédie se fait sentir. Le lendemain, j’achète un journal en attendant le bus, les attentats font les gros titres, la psychose règne. Dans la cour du lycée, on ne parle que de ça. Le professeur d’histoire nous demande nos réactions et ouvre le débat plutôt que de faire cours. Et vous, que faisiez-vous le 11 septembre 2001 ?

Photo : Sixseventeen

Repost 0
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 16:04

waitresss
Il y a des films comme ça, qui font que vous quittez la salle avec un sourire et une envie de mordre la vie à pleine dent. Waitress en fait partie. Le film relate l’histoire de Jenna, une serveuse qui travaille dans un Pie Shop et qui est une spécialiste dans la confection de tartes en tout genre, et dont la vie est misérable. Elle est en effet enceinte d’un mari ignoble qu’elle s’apprêtait à quitter pour commencer une nouvelle vie. Pour oublier ses problèmes, elle invente et créer de nouvelles tartes aux noms évocateurs comme " I Hate My Husband Pie " et tombe amoureuse de son gynécologue. Porté par un casting impeccable, Waitress est un film sucré et acidulé et touchant. Keri Russel qu’on avait vu dans la série Felicity, assure avec brio le premier rôle, à la fois drôle, émouvante et radieuse. Les seconds rôles sont exquis, que ce soit les collègues de Jenna irrésistibles sans oublier le touchant Old Joe campé par Andy Griffith. Ils sont tous traités avec un soin particulier dans leurs buts, leurs envies, peu importe leur temps d’apparition sur l’écran, ce qui fait que l’on s’y attache très facilement.

jeremy_sisto4 keri_russell7 keri_russell2

Les péripéties de Jenna se suivent et se dégustent avec plaisir, entre les rendez-vous chez le gynéco ou encore les anecdotes dans le restaurant. Ca peut sonner un brin cucu, mais on se laisse porter jusqu’au final jouissif qui redonne le sourire à son héroïne et élargie le notre. Adrienne Shelly, qui signait ici son premier film (et hélas dernier, elle a été tragiquement assassinée après le tournage), et campait délicieusement la collègue rigolote de Jenna, a réussi à concocter un film aux ingrédients parfaits et mélangés avec brio. Après une saison de blockbusters bourrins, Waitress est le choix idéal pour se poser et apprécier la vie à sa juste valeur. Courrez-y !
notes8

Repost 0
8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 06:59

micky
Non, Micky Green n’est pas une reprise anglo-saxone de la " Souris Verte ", mais le nom du nouveau phénomène musical issu de MySpace. A l’origine mannequin au pays des kangourous, Micky Green commencait à en avoir ras-le-bol des défilés et des régimes sévères. Elle décide donc de s’émanciper dans la chanson, sa passion depuis l’âge de 15 ans. Mais la comparaison que vous pourriez faire avec Carla Bruni s’arrête ici, car le style de la jolie blonde n’est pas aussi dépressif que sa brunet de collègue. Des mélodies douces aux couleurs folk et jazzy parsèment les chansons de son album " White T-shirt ". Son premier single, intitulé  " Oh ! ", est une chanson parfaite pour vous accompagner dans le métro, et pour ainsi vous évader des têtes qui font la gueule ou des retards de trains. La belle plante sera en showcase à la Fnac de Montparnasse à la fin du mois, moi j’y serais ! Découvrez trois de ces chansons sur son
MySpace. Vous adhérez ?


extrait du clip de "Oh!"

Repost 0
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 16:36

pieA l’occasion de la sortie du film Waitress dans les salles aujourd’hui (actualisez la page pour voir la nouvelle bannière en attendant la critique demain !), parlons (encore) de nourriture. L’héroïne du film comble ses problèmes en faisant des tartes succulentes. Et bien moi je suis un fan de tarte, encore plus depuis le début de l’année. Quand j’étais en stage chez MTV, on allait au moins une fois par semaine dans un petit restaurant dont la spécialité de la chef était les tartes, salées ou sucrées il y en avait pour tout le monde. En fait non, car si vous arriviez après 13h30, il restait pas grand chose tellement les mets étaient délicieux et faits avec des produits frais. Là tout de suite, impossible de me rappeler du nom de l’établissement, il est situé dans la rue Faubourg Poissonnière, et paye pas de mine de l’extérieur. Mais l’essentiel est dans l’assiette, la carte, qui changeait tous les jours, proposait des variétés diverses de tartes salées pour commencer. Ma préférée était la jambon fromage et champignons, mais il y avait aussi du saumon ou encore du chèvre et épinards pour ceux qui aiment. Sans oublier des quiches maisons de toute beauté. Le meilleur restait à venir avec le dessert. Une gamme de pâtisserie chaudement sortie du four, jamais trop sucrée, ce qui permettait aux fruits d’exprimer pleinement leur goût. Rien que d’y repenser j’en salive. La tarte au citron meringuée était ma favorite, la meringue était légèrement craquante et se mélangeait superbement avec le fondant du citron. Ca me rappellait Clint Eastwood qui savoure une part de cette tarte à la fin de Million Dollar Baby il me semble. Le crumble aux fruits rouges et surtout le crumble à la banane et au chocolat étaient vraiment succulents aussi. Et vous, de quel genre de tarte êtes-vous le plus friand ? Et si vous avez de bonnes adresses dans Paris, je suis preneur ! Bon c’est pas tout mais la pâtisserie ferme dans une heure !
lemonpie

Repost 0
Published by - dans ETC...
commenter cet article
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 00:59

daemonLe 5 décembre prochain, sortira au cinéma l'adaptation du premier volet de l'oeuvre de Philip Pullman, A la Croisée des Mondes: La Boussole d'Or. J'ai dévoré ce premier livre, et je suis en passe d'attaquer les deux autres qu'on me dit très supérieurs encore. Quant au film, le casting est alléchant, avec une Nicole Kidman dans le rôle de la méchante Lady Cutler ou encore Daniel Craig qui interprètera Lord Asriel, sans oublier Iorek l'ours polaire qui a l'air très réussi dans les bandes-annonces. Dans cet univers, chaque être humain est affublé à sa naissance d'un compagnon animalier qui l'accompagnera pour le reste de sa vie. La bestiole en question est appelé "daemon" et peut prendre la forme de n'importe quelle espèce de la faune terrestre. Doté de la parole, il est censé être le reflet de votre âme et de votre personalité. L'héroïne des livres, Lyra, est accompagné de Pan, un furet. Quand à moi, grâce au site officiel du film, j'ai pu déterminer quel animal serait mon daemon, et il s'avère être un raton-laveur baptisé Mayra (tiens c'est marrant, c'était le prénom du personnage de la prostipute dans Dr Quinn, Femme Médecin), une femelle. J'espère qu'elle est aussi marrante que celui de ma copine Pocahontas ^^. A vous de déterminer quel sera votre daemon en vous rendant sur le site officiel. Souris, panthère ou cafard ? :D
COMPASS

Repost 0
4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 00:16

paranopolis

PERSEPOLIS :

J’ai mis du temps avant d’aller voir ce film d’animation, pas foncièrement motivé par le thème et le noir et blanc. Et bien au final, j’ai été vraiment conquis. Le récit autobiographique de Marjane Satrapi se suit avec grand plaisir et mêle humour et émotions avec talent. Le contexte historique de l’Iran nous est relaté sans longueurs et l’enfance et l’adolescence de l’auteur regorge de situations cocasses et amusantes. Le parti pris du noir et blanc et du trait très papier réussit son passage sur grand écran. Le doublage français est très bon, on souglien bien sûr Danièle Darrieux dans le rôle de la grand-mère irrésistible. Quelques petites longueurs auraient pu être évitées toutefois.
8/10

PARANOIAK (Disturbia) :

Paranoiak s’inspire largement du Fenêtre sur Cour d’Hitchcock dont il rafraîchit la trame en exploitant la génération Ipod/Youtube/Web, représenté par le désormais très bankable Shia Labeouf, déjà vu cet été dans Transformers. On en attendait pas grand chose, le film s’avère être une surprise agréable dans sa première partie avant de succomber au grand guignol dans son troisième acte. Les acteurs s’en sortent pas trop mal mais tombent souvent dans la caricature (le rôle de l’ami coréen abrutissant) ou dans le cliché (le looser de héros se tape évidemment la bombasse à la fin). Un thriller formaté pour ado qui tient ses promesses peu ambitieuses, mais c’est déjà ça.
5/10

Repost 0
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 21:07

friesUne envie de McDo, ça survient parfois sans prévenir. En rentrant de Paris aujourd’hui, je passe devant la maison de Ronald et je me suis dit que je me ferais bien un petit burger depuis le temps. La caissière prend ma commande, je jette mon dévolu sur un menu Best Of McDeluxe, frites et Coca pas Zero, le tout à emporter. Sur ce, la demoiselle me conseille de prendre un Maxi Best Of avec ma carte Imagine R ça revient pas plus cher en mettant en avant qu’il y a plus de frites et la boisson est plus grande. Allez vas-y refourgue moi ton Maxi, ça fera plaisir à ton manager. Le sac arrive et je m’apprête à partir quand je vérifie le contenu de mon sac (depuis la fois ou une incompétente avait oublié de me mettre un Big Mac et que je ne m’en étais aperçu qu’une fois arrivé chez moi, je vérifie toujours). Je tombe sur la pseudo plus grande frite, à moitié vide. A quoi bon prendre un Maxi Best Of si c’est pour avoir encore moins de frites que dans les portions dites normales ? Et je passe sur le verre de glaçons au Coca. Bon je suis pas un fan de frites et je les aurais pas toute mangées, mais pour le principe je vais gueuler. Je demande à la caissière si c’est normal que mon Maxi Best Of contienne moins de frites que le menu simple. Gênée et un brin exaspérée, elle me change le cornet en me disant que les frites ont dû tomber dans la précipitation. Mouais et c’est la marmotte qui les faisait frire aussi ? Au final, après des excuses pas convaincantes, elle m’offre un sundae pour le dérangement. Non mais ! C’est vrai quoi, c’est quand même agaçant de payer plus cher pour en avoir moins non ? Ronald c’est vraiment une radasse.
ronaldradasse

Repost 0
Published by - dans ETC...
commenter cet article
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 17:15

A peine le temps de dire " ouf ! " que la saison d’été est déjà derrière nous. Les derniers jours ont été rythmés par les soirées et pots de départs des collègues CDD avec qui j’ai bossé aux Walt Disney Studios. Si la météo a vraiment été détestable, l’ambiance à Disney était au beau fixe, rythmé par des Stunt Show interminables, des chorégraphies endiablées sur Lilo et Stitch et High School Musical, des soirées bien arrosées et de bons souvenirs.

PROD2_009 PROD2_011 PROD2_007
PROD2_013 MISC2_003 PROD2_014

Qui a dit que les Guest Flow ne travaillaient pas assez dur ? La vidéo suivante prouve le contraire! Souvenirs et dédicaces à mes collègues de Production 2 et des autres divisions, bon retour à vous :


vidéo paparazzi par Kyoto

Repost 0
30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 19:47

haircutIl y a pas à dire, un tour chez le coiffeur c’est un peu comme le petit luxe qu’on s’accorde tous les deux mois. On pénètre chez Frank, ça sent bon la laque et le shampoing, on patiente en lisant les magazines qu’on achèterait jamais en kiosques, du genre Entrevue ou Gala. On patiente encore en reluquant les colorations bizarres de la jeune en face ou bien l’on s’extasie devant les énormes bigoudis de la vieille qui pique un roupillon l’air de rien. Sans oublier de deviner le poids des cheveux de tout poil qui jonchent le sol avant d’être balayés. Tiens, ça doit être comique les poubelles d’un salon de coiffure. Puis le moment tant attendu arrive, je parle évidemment du Saint Graal qu’est le shampoing. Ce moment d’extase dépend beaucoup du talent de la stagiaire en place. Parfois, on a droit à un véritable massage capillaire relaxant, avec une légère insistance sur les tempes pour bien détendre, d’autres fois on peut tomber sur une shampouineuse moins bien lunée et qui vous expédie votre rinçage quitte à laisser de la mousse derrière les oreilles. Aujourd’hui c’était heureusement la première option, avec une charmante hôtesse qui a bien pris son temps et a même jouer les prolongations pour mon plus grand plaisir. En plus l’eau était parfaite, pas trop chaude pas trop froide, j’ai failli m’endormir. Puis mon coiffeur attitré me prend en main, je lui fais part de mon désir de laisser un peu pousser mes cheveux pour changer un peu dans le futur. Il me rafraîchit les côtés, derrières les oreilles et derrière et me conseille désormais d’utiliser de la cire pour me coiffer. Jusqu’alors, mes cheveux d’asiatiques, épais et raides, ne me laisser guère d’option fantaisie pour les coiffures. Je vais les laisser pousser un peu pour voir donc. Sinon en attendant, nouvelle poisse, la branche gauche de ma paire de lunettes (que je pensais incassable) vient de péter suite à une fissure. En attendant que Lissac reçoive la nouvelle qu’ils ont commandée, je vais devoir : soit porter mes lunettes avec une seule branche (elles tiennent bien !) et avoir l’air d’un con jusqu’à mardi (à moins que qui sait je pourrais peut-être lancer une nouvelle mode très hype et méga tendance =les monobranches!), soit espérer qu’il fasse un temps grandiose et porter mes lunettes de soleil de vue tout le temps, soit ne rien porter et voir le monde en flou. Gé-ni-al !
provo

Repost 0