Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 23:45

beautylgIl y a quinze ans, mon oncle m'emmenait voir La Belle et la Bête au cinéma. Un des plus beaux et inoubliables moments que l'on peut vivre dans une salle. Les couleurs chatoyantes, l'animation, les personnages, mais surtout la musique intemporelle. Preuve en est, la chanson titre qui quinze années après, continue d'émouvoir. Tous les souvenirs accompagnant le film me sont revenus en regardant la vidéo suivante. La grande Angela Lansbury qui avait prêté sa voix à la theière Miss Potts et interprété la chanson du film, "Beauty and the Beast", remonte sur scène pour raviver les mémoires. Une interprètation magistrale, précédée par une anecdote touchante, avec une voix immortelle et des paroles éternelles par Howard Ashman et Alan Menken. Séquence nostlagie:

Repost 0
28 avril 2007 6 28 /04 /avril /2007 02:26

spider

photo006wt5Ce soir avait lieux l’avant-première parisienne de Spider-Man III au Grand Rex, à laquelle j'ai assité avec Grandmath. Passons sur l’organisation chaotique et l’attente interminable en salle ponctuée par des clips des deux premiers films… Après une apparition de Spider-Man himself sur la scène effectuant des poses pour les photographes, l’équipe au complet (Tobey McGuire, Kirsten Dunst, les autres acteurs, le réalisateur Sam Raimi, les producteurs etc…) est venu présenter le film, avec un discours bien rôdé et des petits mots en français appréciés par le public en transe. Sam Raimi remerciant (et flattant) le public et surtout la presse française pour avoir été les premiers à bien accueillir son premier film Evil Dead. Tobey McGuire esquivera habilement les questions à la con de Nikos avant que Kirsten ne fasse l'unanimité chez les geeks de la salle.Et enfin le film commence... Avec ce troisième opus des aventures de l’homme araignée, la saison des blockbusters est officiellement ouverte. Et pour ma part, ce sera un début en demi teinte, le film n’ayant personnellement pas tenu toutes ses promesses. Peut-être que j’en attendais trop mais le film m’a laissé sur ma faim. Néanmoins on ne boude pas son plaisir à retrouver Peter Parker, MJ et compagnie. Les acteurs, qui maîtrise désormais leur personnage, donnent l’impression de s’être beaucoup impliqué dans leur jeu. Toutefois, les intrigues tournent en rond, les motivations de certains (Mary Jane), sont un peu floues voire même inintéressantes. On a l’impression que l’on a plus grand chose à découvrir d’eux. Là où le premier opus nous régalait de la découverte des pouvoirs de Peter Parker et que le deuxième nous exposait ses doutes, ce troisième épisode semble bien fade côté développement des persos. Le thème de la découverte du côté sombre de Spider-Man est intéressante mais pas aussi prenante. Les scènes les plus délicieuses sont celles où les personnages se lâchent, particulièrement Tobey McGuire qui révèle un jbig_black_spidereu encore inconnu à ce stade lorsque Peter Parker découvre le plaisir procuré par le costume noir et se transforme en frimeur invétéré, changeant radicalement de la mono expressivité des 2 premiers opus. Généralement l’humour est très bien rendu, on pense notamment au retour réussi du rédacteur en chef du Daily Bugle ou de la scène du restaurant avec un maître d’hôtel français hilarant. Les bad guys du film sont hélas survolés. Leurs genèses sont expédiées et très peu originales (accident malencontreux scientifique pour Sandman. Et puis quel heureux hasaard tout de même que TOUS les vilains de la saga aient toujours eu un rapport proche à Peter Parker. C'est d’autant plus regrettable quand on connaît le potentiel de Venom, le personnage que tous les fans attendaient de voir sur grand écran. (spoiler)Ce dernier doit être visible au maximum une grosse demi heure dans le film, avec une naissance bâclée et une fin tout aussi rapide que frustrante, renforcée par le fait que l'acteur Topher Grace dans la peau du symbiote y est très bon. Sa représentation est sans surprise, fidèle à la source dessinée mais sans grande innovation. L’Homme Sable bénéficie de la scène de combat la plus intense avec Spider Man dans le métro new-yorkais, dans laquelle toutes les capacités de son pouvoir sont exploitées habilement. Mais il est hélas décrédibilisé par le final très Ghost Buster (ce n’est pas un compliment ici) où il devient carrément un tas de boue géant. Dommage. Les scènes d’action sont tout de même impressionnantes, portées par des effets spéciaux remarquables, bien que parfois toujours aussi trop détectables (des incrustations pas discrètes, des personnages 3D mal animés…). Et puis l'effet de surprise est passé depuis le premier film. Il n'y a plus grand chose de surprenant à voir Spidey s'envoler dans des mouvements de caméra de folie. Dernière chose, le patriotisme gerbant présent dans les premiers films est hélas aussi au rendez-vous ici, le temps d'un plan sur le drapeau américain héroïque. Pourquoi??? Avons-nous besoin de réveiller le Georges W Bush qui sommeille en nous quand on mate les exploits de Spider-Man? Pour conclure, j’ai passé un bon moment au cinéma, à m’en prendre plein les mirettes, mais Spider Man 3 ne me laissera pas un souvenir impérissable. Et pourtant, il y avait matière avec Venom!  Alors la question est maintenant de savoir ce qu’il pourrait bien trouver pour pouvoir faire évoluer les personnages dans un 4ème,, 5ème et 6ème épisode, car c’est bien là l’une des grandes faiblesses de ce film, on ne s’attache pas assez aux situations des héros. Un format en série télévisée serait peut-être plus adapté à la saga désormais, afin de prendre le temps de développer avec soin les intrigues ? Prochain arrêt de la saison des blockbusters : Pirates des Caraïbes 3 : Jusqu’Au Bout du Monde.

spider14_big spider16_big spider25_big

notes6

Repost 0
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 21:28

00000sunshine

J’ai enfin vu le dernier Danny Boyle. Après les trips de Trainspotting et les zombies de 28 jours plus tard, le réalisateur nous livre sa vision de la science fiction. L’affiche française du film est trompeuse, elle nous vend une équipe à la posture héroïque partie sauver l’humanité, mais Sunshine n’est pas un remake d’Armageddon. Le film s’attarde plus sur la psychologie des personnages malmenée par une mission longue et pesante : rallumer le soleil qui se meurt et qui menace la Terre et ses habitants d’extinction. Le film démontre premièrement de la maîtrise de son réalisateur à livrer des plans phénoménaux avec des cadrages toujours aussi ingénieux. Une mise en scène toujours expérimentale, utilisant avec parcimonie des effets tels que les images subliminales, les ralentis et les flous. La puissance et l’hypnotisme du soleil est ainsi rendu de manière remarquable. Les acteurs sont bien dirigés, ils ne sont pas perdus dans l’espace. Cillian Murphy livre un jeu sobre tandis que Chris Evans étonne dans un rôle (peut-être son meilleur) à des systèmes solaires des Quatres Fantastiques. Des images poétiques surprennent tant on n’attend pas d’en voir de telles dans un film de SF (spoiler : le plan sur le cadavre de Trey dans la salle de la Terre avec les oiseaux qui s’envolent, la magnifique mort du capitaine Kaneda ). Dommage que le film traîne parfois en longueur et que la fin prenne des allures de blockbuster horrifique. Néanmoins Sunshine reste un bon moment de cinéma et un nouveau regard sur le genre de la science-fiction.

notes7

Repost 0
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 00:10

wildhogspng

C’est le succès surprise du box office américain de ce printemps aux USA, " Wild Hogs " est la dernière production de Touchstone (Disney) et réunit un casting fort sympathique à l’affiche de ce road movie des plus drôles. Passons sur le titre français vraiment pas fin (Bande de Sauvages : Vieux motards que jamais) et ne boudons pas notre plaisir, car ce film est une vrai bouffée d’air frais. Quatre loosers fans de Harley en pleine crise de la cinquantaine décident de partir sur les routes et de vivre l’aventure. Campés par John Travolta (au potentiel comique énorme), Tim Allen (drôle), William H Macy (surprenant et hilarant !) et Martin Lawrence (mûri !), ces motards sauvages vont hélas croiser le chemin des Del Fuegos, un gang de bikers tyrannique mené par un Ray Liotta en grande forme. Le film est très drôle, avec son lot de scènes qui ne laisseront pas insensibles les plus réticents à la comédie potache américaine. Des gags de situations aux gags visuels à quelques dialogues savoureux, l’humour est efficace et est rondement bien mené par les protagonistes. On pense notamment aux scènes du camping catastrophe, du réveil très gai ou de la scène de la baignade tout aussi désopilante. Sans oublier le générique de fin qui comblera les fans de l’émission US " Extreme Makeover ", vive l’autodérision! Le film perd peut-être en rythme vers la dernière moitié et la fin fait très happy ending américain, mais bon, il a le mérite de faire passer un excellent moment de cinéma. Le film sort le 13 juin sur les écrans français, c’est le film idéal pour démarrer l’été sur les chapeaux de roues !

hommage:
IMG_7272 IMG_7278
IMG_7276 IMG_7271

notes8

Repost 0
16 avril 2007 1 16 /04 /avril /2007 20:56

Wii3

Bon à l'origine je voulais faire un jeu de mot avec le nom Wii, mais tous les médias l'ont fait bien avant moi avec plus ou moins de talent, donc je passe mon tour pour cette fois. Samedi dernier donc, après une journée de dure labeur, j'ai eu l'opportunité enfin de tester la dernière machine dont tout le monde parle: la Wii. En effet, lors d'une soirée chez LaRouquine, notre hôte nous a fait tester la bête. Une première pour moi et pour un collègue du monde magique de Mickey, Stéphane. Il a fallu donc apprendre à manier et à maîtriser la fameuse Wiimote... et ce fût quasiment immédiat. La prise en main est instinctive et on se sent tout de suite à l'aise. Tellement que si comme moi, vous vous prenez beaucoup au jeu, vous vous retrouverez à faire de grands mouvement théâtraux en mimant les cris des tennismen alors que vous jouez à Wii Sports. La Wii est une vraie console fun! Une partie de tennis à 4 est jouissive, on s'y croit! mariokart7Et la pauvreté graphique n'enlève aucunement de plaisir. Bref un pari risque de la part de Nintendo que de priviligier le fun au tape à l'oeil. Puis on a ressorti deux titres phares de la Gamecube: Smash Bros Melee et le cultissime Mario Kart. Plus de cinq ans après, ces jeux procurent encore son lot d'amusement! Ca renforce encore plus mon attachement au monde de Nintendo depuis des lustres. De la Super Nes sur laquelle j'ai passé des centaines d'heures sur Yoshi's Island, à distribuer des raclées sur Super Street Fighter II (Ayuken!) ou encore la Game Boy premier du nom et les premières briques de Tetris. Jusqu'à la DS lite qui fait le bonheur de mes trajets en RER aujourd'hui. Ah que de souvenirs!!! Si vous aussi vous avez des souvenirs liés à Nintendo et à ses personnages mythiques, je suis tout wii*.

*aaah j'ai pas pu résisté à l'appel du jeu de mot facile! Grillé!

Repost 0
13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 21:52

tmnt

C’est le retour des Tortues Ninja ! Une petite partie de ma jeunesse tout de même. Je me rappelle les fins d’après-midi à regarder le dessin animé sur FR3 en mangeant un Pitch sans parler que j’avais la figurine de Leonardo qu’on pouvait transformer de tortue normale à tortue mutante ninja ! Bref tout ça pour dire que j’étais un brin curieux d’aller voir le revival de la franchise au cinéma avec TMNT. C’est le premier film du studio d’animation IMAGI qui sort au cinéma et force est de constater qu’ils ont brillamment relever le défi. On retrouve avec plaisir les héros de notre petite enfance et leur passage à la 3D est quasiment parfait. L’animation est fluide et de qualité, bien sûr on atteint pas l’excellence de Pixar mais on est à des lustres des horreurs qu’on a pu voir avec Les Rebelles de la Forêt de Sony ou de Monster House. Surtout si on s’attarde sur les effets comme la pluie et la lumière, hallucinant. Côté design, les Tortues sont très réussies avec des textures très bien rendues. Par contre les humains sont plus classiques et font encore penser à des cinématiques de jeux vidéos PlayStation. Et puis c’est quoi ce pompage quasi trait pour trait de Mr Indestructible dans le rôle du mec immortel ? ? ? Mauvais point ! Niveau construction c’est un peu confus parfois et puis ça manque de dialogues marquants. Les trop rares vannes de Michaelangelo tombent le plus souvent à plat pour faire rire. Si les vilains de l’histoire font rire, le film réussit à garder l’attention du spectateur en créant des tensions dans le groupe même des Tortues. Ce qui donne des scènes intéressantes comme le combat entre Leonardo et Raphael. Bref, un film de très bonne qualité avec une animation sans faille, avec ses défauts mais qui réussit tout de même à nous faire passer un bon moment de nostalgie.

notes7

Repost 0
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 13:07

mika

Le 4 avril dernier, MIKA lançait sa tournée européenne au Trabendo à Paris. Et en tant que grand, que dis-je énormissime fan du mec, j'y étais. Après une journée loooongue à MTV je rejoins Antoine (désormais webmestre du site mikawebsite.com!) qui est en début de file d'attente, trop bien ! Avec d'autres fans et Vincent on patiente, c'est long. Clairou arrive et les portes s'ouvrent finalement peu après. On s'installe devant la scène, sur les marches de la fosse pour avoir une vision parfaite. La première partie a assuré. Mr HUDSON, avec un son intéressant mêlant pop/rock brit et reggae. Belle énergie. Une demi heure après, MIKA se fait désirer. Le temps de m'embrouiller avec un connard devant moi qui m'avait pris pour un dossier de chaise, la révélation pop arrive sur scène avec son tube "RELAX, Take it Easy". C'est parti pour de purs moments de bonheur, trop courts hélas. Mika assure sur scène, avec entres ses prestations des petits mots gentils envers ses fans. On a particulièrement apprécié le fait qu'il nous rappelle que l'on avait acheté les places de ce concert bien avant qu'il ne devienne célèbre. Touchant. Ses chansons prennent une dimension en live. Ma préférée "My Interpretation" me touche toujours autant alors que "Love Today" a déchaîné le public. Petit bonus, le bonhomme nous a chanté le premier refrain de "Grace Kelly" en français, après avoir entonné "Aux Champs Elysée" de Dassin, très cool! Bref, on est sorti enchaîné, un artiste aussi talentueux et aussi humble ça court pas les rues. Je suis un peu dégoûté de pas avoir mes places certaines pour l'Olympia mais j'y travaille. Fais chier. Sinon voici la vidéo que j'ai prise avec l'appareil de Claire et qu'elle a jolimment monté et mis sur Dailymotion:


Mika - Trabendo
envoyé par clairetteclarinette

Repost 0
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 23:56

terabithia

C'est bien le genre de film que je ne serais jamais allé voir si j'étais tout seul. Mais l'occasion d'un petit meeting DCP m'a permis de passer un bon petit moment de cinéma mine de rien. Vendu comme un énième film d'héroic fantasy surfant sur la vague Harry Potter et Narnia, Térabithia en est pourtant très loin. Le thème du film aborde le pouvoir de l'imagination des enfants pour s'échapper de leur quotidien pesant. Ne vous attendez donc pas à voir des batailles épiques et des gamins devenus maître d'armes affronter des minotaures et des sorcières blanches au premier degrès. Non, Térabithia préfère rester ancrer dans la réalité et s'évade dans l'imaginaire de ses deux protagonnistes. Le garçon est très bon et possède un jeu très juste, quant à la jeune Annasofia Robb qu'on avait quitté en mâcheuse de chewing-gum insupportable au côté de Johnny "Wonka" Depp dans Charlie et la Chocolaterie, elle est étonemment touchante dans le rôle de Jess. Ne manquons pas de signaler la craquante petite soeur du héros qui est pour sûr, l'un des points forts du film avec ses répliques et mimiques piquantes du haut de ses trois pommes. On regrette la naïveté poussée des scènes fantastiques évoquant les créations imaginaires des enfants et une mise en scène somme toute assez plate. Abordant des thèmes sérieux comme le rejet familial ou encore le deuil chez les enfants, Térabithia est un film agréable, émouvant et intelligent, ce qui est assez rare dans ce genre de production pour le signaler. En tout cas mes compagnons de salle ont beaucoup aimé non?

notes7

Repost 0
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 21:23

blockbuster

L'été des blockbusters 2007 promets d'être très chaud! Les grandes franchises à succès sont de retour dans leur énième épisode pour essayer d'être LE film de l'année. Qui succèdera au raz-de-marée de Pirates des Caraïbes II: Le Secret du Coffre Maudit qui a explosé les records l'an dernier et dépassant le milliard de dollars de recette. Mon vote irait vers sa suite, Pirates des Caraïbes III: Jusqu'au Bout du Monde, dont la bande-annonce révélée lundi dernier a crée l'évènement. L'apothéose de la saga qui mêle brillamment film à grand spectacle avec humour et effets spéciaux de qualité sans oublier le jeu d'acteur irréprochable (ou presque), sera atteint le 23 mai prochain en France.


Pirates des Caraïbes 3 - bande annonce
envoyé par BVIFrance

Face au Capitaine Jack Sparrow, beaucoup d'adversaire pour tenter de mettre la main sur le trésor du box-office. Spiderman ouvre le bal avec son troisième opus qui a mis en émoi les fans du monde entier en s'assurant les services du méchant le plus illustre: Vénom. L'ogre de Dreamworks revient Shrek le Troisième qui reste dans la lignée des précédents volets, sans trop de grande surprise à en juger par les bandes annonces. Michael Bay nous livrera ses Transformers, blockbuster bourrin qui adapte les jouets de notre enfance. Sans oublier le dernier PIXAR qui bénéficie d'un buzz plus que positif: la Ratatouille de Brad Bird. Sans oublier Harry Potter qui revient pour la 5ème fois au cinéma dans une aventure toujours plus sombre et un Daniel Ratcliffe dont la popularité est à son apogée grâce à sa prestation au (à) poil dans la pièce Equus. Et n'omettons pas la célèbre famille de Springfield qui arrive dans leur propre film, attendu depuis près de 10 ans par les fans des Simpsons, et Georges Clooney et ses potes dans Ocean's Thirteen et Bruce Willis dans Die Hard 4. Quant au 4 Fantastiques, ils tenteront de prendre la vague du box-office grâce au Surfeur d'Argent.  L'été sera chaud!

Quel film a votre préférence? Quelle bande-annonce vous a fait salivé et pour quel film vous précipiterez-vous le jour de sa sortie?

Repost 0
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 00:27

300

Grâce à MTV, j'ai eu la chance avec Sylvain ce soir d'assister à une avant-première de 300, l'adaptation cinématographique du roman graphique de Frank Miller. En plus de l'ambiance agréable qui règnait au Grand Rex, le film tient ses promesses, à savoir une claque graphique démesurée. Si vous allez voir 300 dans l'optique de voir un péplum historiquement fidèle, passez votre chemin, le but avoué du réalisateur était mythifier un épisode réel de l'Histoire. Ainsi, la résistance des soldat Spartiates mené par le Roi Léonidas, incarné par Gerard Butler (le Fantôme de l'Opéra) qui n'a de chocolat que ses tablettes, face à l'invasion Perse est peinte comme une fresque mythologique. Au programme des deux heures que dure le film, des plans méticuleusement léchés qui servent des séquences magnifiques de combat qui honorera les yeux des spectateurs. Les effets visuels sont plus que convaincants et enchantent chaque plans. Que ce soit les scènes de luttes belliqueuses et sanglantes, parfaitement chorégraphiés et jouant du ralenti pour décortiquer la beauté de celle-ci, ou une autre scène plus intimiste, celle de l'oracle, mais aussi belle (cet effet de flottement du voile qui se mêle à la fumée..WAHOU!).

30015_big 3009_big 30018_big

Alors oui, c'est vrai qu'on ne s'attache pas aux personnages, le film faisant la part belle au visuel. Le Roi Leonidas est charismatique mais on ne creuse pas plus son personnage en profondeur, ses hommes peuvent mourrir, le public ne réagira pas plus que ça, trop occupé à s'emmerveillé des prouesses graphiques. Le seul personnage fort qui se démarque est, paradoxalement celui le moins présent dans la BD d'origine, celui de la Reine Gorgo, femme forte et de caractère. Mais ne boudons pas notre plaisir, 300 est un excellent spectacle comme seul peuvent nous donner le les américains. Débauche d'effets spéciaux, musique pompeuse et poses héroïques sont ici à leurs places pour servir un divertissement de qualité. Si je devais rajouter un mauvais point, ce serait pour le corps sculptural des acteurs qui nous mettent la honte totale et nous culpabilise de ne pas encore avoir repris le sport. Salauds de Spartiates!

notes8

Repost 0