Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 22:18

Image4

Comment ne pas évoquer Moulin Rouge dans les pages de ce blog? Moulin Rouge c'est le film qui a fait revivre le genre de la comédie musicale à Hollywood. Sans la passion de Baz Luhrman, il n'y aurait pas eu les adaptations cinématographiques de Chicago, du Fantômes de l'Opéra ou encore de Rent ou d'Hairspray. Moulin Rouge c'est aussi le film qui a boosté la carrière de Nicole Kidman qui a trouvé dans la peau de Satine, l'un de ses plus beaux rôles. Elle y déploie ses talents de comédienne dans ce rôle tragique, mais aussi ses aisances au chant dans des numéros qui ont impressionné l'assistance. Sa prestation dans "Diamonds Are A Girl's Best Friend" est un must. A ses côtés, Ewan McGregor n'est pas en reste et bénéficie de grands numéros (Your Song) et duos avec la belle (Elephants Love Medley) moulinrougepour démontrer l'étendue de sa palette vocale. Si bien qu'il jouera quelques années après dans un revival de Guys & Dolls sur les planches londoniennes. Moulin Rouge c'est aussi la patte extravagante de son réalisateur. Troisième film de sa trilogie du Rideau Rouge (après Strictly Ballroom et Romeo+Juliet), son Moulin Rouge est porté par une mise en scène survoltée et audacieuse, au rythme endiablé enchaînant les scènes excentriques et d'une beauté visuelle à couper le souffle. Si d'autres crient à la surenchère, moi j'y vois là la parfaite illustration de l'imaginaire qu'on peut avoir d'un lieu comme le célèbre cabaret parisien et de l'ambiance qui y règne. Moulin Rouge c'est aussi une succession de scènes musicales magistrales, illustrant des reprises de tubes cultes ( d'Elton John à Kiss en passant par Madonna) réarrangés par le talentueux Craig Armstrong. Le Tango de Roxanne est un monument tandis que l'original Come What May est l'une des plus belles moulin1chansons d'amour jamais écrites et chantées. Moulin Rouge c'est une histoire d'amour aussi belle que tragique, magistralement mise en scène, superbement retranscrite par les émotions de ses interprètes et qui a dû faire couler des litres de larmes depuis 2001. Moulin Rouge c'est quasiment le film parfait qui offre toutes les émotions que le cinéma peut apporter: des sensations fortes avec les scènes nerveuses du Cancan ou du Tango, de l'émotion avec l'idylle impossible de Satine et Christian, du rire avec une Nicole Kidman enragée dans une séance de séduction hilarante... Moulin Rouge c'est aussi une BO du feu des dieux avec des titres repris par Beck, Bono sans oublier Lady Marmelade menée par Christina Aguilera. Moulin Rouge c'est aussi et surtout le film qui m'a fait tomber amoureux du genre musical et qui m'a amené à m'intéresser à tout ce qui touche au vrai art de la comédie musicale et de Broadway.

Repost 0
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 20:45

scandal

Au seuil de la retraite, le personnage que campe l'incroyable Judi Dench n'a dans sa vie que son travail et son chat. Quand la jeune prof de dessin jouée par Cate Blanchett débarque dans sa vie, elle s'en fait vite une amie. Jusqu'au jour où cette dernière s'éprend d'un élève adolescent. Commence alors un thriller psychologique des plus prenant. J'ai vraiment aimé ce film, porté par les deux actrices qui y sont simplement exceptionnelles. Judi Dench est à la fois touchante et détestable dans ce rôle de vieille femme seule aux agissements obscurs. Cate Blanchett toujours aussi radieuse ose les scènes polémiques et n'oublions pas Bill Nighy toujours aussi talentueux même en mari cocu. Le rythme est soutenu, peut-être un peu trop d'ailleurs, j'aurais aimé voir les relations entres Judi Dench et la famille de Blanchett plus dévelopées. L'histoire de cette "amitié" dont un fait divers va entraîner les deux femmes dans un tourbillon qui va les dépasser toutes les deux, au-delà de ce qu'elles auraient pû prévoir, est parfaitement bien menée. Une mise en scène efficace accompagnée d'une musique justement composée et qui colle parfaitement aux scènes. A voir pour les jeux des deux actrices, irréprochables.

notes7

Repost 0
4 mars 2007 7 04 /03 /mars /2007 21:26

dlrpAvec le rythme que je mène actuellement, il y a quand même des week-end où la motivation n'est pas tout le temps là le matin pour aller bosser chez Mickey. Et pourtant il y a toujours des moments qui me rappellent pourquoi j'ai décidé de travailler à Disneyland et qui me redonnent le sourire. Aujourd'hui j'étais donc à Cinémagique, il est 17h58, le parc ferme dans 2 minutes et les visiteurs se dirigent lentement vers la sortie. Sur la scène devant le théâtre, une petite fille danse toute seule, totalement dans son monde. Je passe devant elle pour aller ranger mes babioles. Je m'arrête et je l'applaudis. Sur ce, la petite commence à m'expliquer ces pas de danses dans les moindres détails. C'était vraiment trop mignon, haute comme trois pomme, toute de rose vêtue et pourtant elle avait la tchatch'. "Alors je tourne mon pied en pointe et je pivote pour faire comme les ballerines..." Trop chou la môme. Je lui demande alors si elle aime bien la Belle au Bois Dormant car j'ai dans ma poche un petit paquet d'autocollant à son effigie et elle me répond: "j'adore laBelloboadorman! je l'ai pas vu mais elle est trôbelle!" et là elle me dit de lire ce qu'il y a écrit sur le dos de son manteau griffé "Disney's Princess". Déjà une fashion victim! ^^. Je lui donne l'autocollant et elle me dit merci toute contente. Elle s'arrête pas de parler et moi de la lancer sur ce qu'elle a fait dans son séjour etc... Sa mère arrive en souriant et je commence à lui dire au revoir car je devais y aller, et elle me tend ses bras pour me faire un bisou. Tout heureux j'accepte et me dépose un bisou tou mignon sur la joue. Sans le savoir elle a rendu ma fin de journée super rafraîchissante et ces petits moments comme ça, ça m'a coûté quoi, cinq minutes de mon temps et elle a été super contente je pense, sa mère aussi vu son sourire et moi aussi, j'étais content de finir ma journée sur une note aussi touchante. Voilà le genre de moments qu'on ne trouve pas dans tous les jobs étudiants n'est-ce pas?

Repost 0
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 23:05

lion1

lion2

Ca faisait un bail que j'avais pas parlé de Broadway. Pour l'occasion, retour sur la vraie première comèdie musicale digne de ce nom que j'ai pu voir (dédicace à Raf!). Et pour une première, c'était une de ses claques. Alors pour ceux qui croient que The Lion King c'est un spectacle comme à Disneyland avec des gens déguisés en lions, aillent tout de suite se cacher de honte. The Lion King c'est une adaptation de l'histoire du Roi Lion par la talentueuse Julie Taymor (réalisatrice de Frida). Cette dernière a su réinventer l'histoire de Simba en y insuflant un souffle créatif qui a élevé le niveau des spectacles musicaux de Broadway, lors de sa première en 1997.

vid_th_shadowlands vid_th_lionesshunt

C'est un savant mélange d'art africain (les masques, les décors), de techniques japonaises (les marionettes sublimes) et de show à la Broadway qui m'a carrément ébloui et ému aux larmes. Dès la première scène, la majesté de l'Afrique est retranscrite, visuellement avec ce décor éblouissant et les magnifiques costumes, mais aussi musicalement avec ces chants magistralement interprétés et accompagnés par des percussions typiques. De quoi donner la chair de poule.

vid_th_helives vid_th_commercial vid_th_montage

Lorsque je l'ai vu pour la première fois à Londres, j'avais la gorge noué tellement c'était beau, dans le sens le plus pur du terme. Le soleil se lève sur la scène et tout s'anime autours de vous, les couleurs, les comèdiens qui débarquent, les animaux. Magnifique! Les chansons qu'on connaît par coeur grâce au film prennent une autre dimension, ainsi que les personnages. Ces derniers gagnent en profondeur avec notamment des scènes sublimes comme "Shadowland" qui exprime la volonté et la détresse de Nala face au déclin du Royaume, ou encore la complainte "Endless Night" de Simba qui crie sa détresse face à l'absence de son père. Une mise en scène ingénieuse et intelligente sublime le tout avec des chorégraphies élégantes, gracieuses et débordantes d'énergie. La troupe chante, danse et joue dans plus pure tradition des comèdies musicales avec un orchestre live (ce qui fait toute la différence!). On en sort ébloui, ému et ravi d'avoir assister à un spectacle aussi grandiose.

The Lion King arrive en France (ENFIN, 10 ans après la première à New York!) à la rentrée au théâtre Mogador. En espérant que la production et le cast français sauront égaler l'original (n'est-ce pas Audrey!). Les castings et les répétitions sont en cours. Un événement à ne pas rater amis lecteurs, pour les amateurs de gazelles qui sautent (private joke). Pour patienter, voici un aperçu en vidéo de The Lion King on Broadway.

notes9

Repost 0
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 22:04

corrs

andreaAah qu'est-ce que c'était bon tout de même. Je regardais le DVD de leur live à Lansdowne Road et ça a réveillé l'amour que j'ai pour la musique qu'ils font. The Corrs c'est des chansons qui ont bercé mes années lycée. Entre Runaway, Only When I Sleep, So Young ou encore les plus récents Irresistible ou Sunshine, ils ont à leur effectif un condensé de tubes. Mélangeant la musique traditionnelle irlandaise et la pop de qualité, ils réussissent à se créer un genre unique. Et puis il faut dire que sur scène, ils assurent. Entres les solos aux instruments divers et variés, la voix et les moues d'Andrea et la puissance de leur musique, l'expérience the Corrs en live ça doit être quelque chose! (Bon, quand est-ce qu'ils reviennent là!?). Sans parler de leur MTV Unplugged (concert acoustique) qui était une véritable tuerie! Et puis Andrea c'est quand même un fantasme en puissance. Quand elle s'arrête de chanter pour jouer un solo de flûte, en se déhanchant discrètement et inconsciemment et en faisant une petite moue, on n'a qu'une envie, c'est de la croquer sur la scène. Ses soeurs ne sont pas en reste, des filles qui jouent au violon ou à la batterie, c'est carrément sexy! Voilà en tout cas un groupe qui a sû laissé son empreinte originale dans le monde de la musique.

Ci-dessous, un extrait de leur concert acoustique mythique, "So Young".

Repost 0
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 13:41

Aujourd'hui sort dans les salles DREAMGIRLS. Vous aviez pu lire ma critique en décembre dernier, maintenant à vous d'aller le voir et de vous en faire une idée. Amateurs de Motown, de glamour, de strass et paillettes, courrez dans les salles! Vous pourrez y découvrir la consécration de Jennifer Hudson, récalée aux portes de la finale d'American Idol et qui vient de remporter l'Oscar du Meilleur Second Rôle Féminin. Jolie revanche pour la jeune chanteuse qui fait d'ailleurs la couverture de Vogue du mois de mars, faisant d'elle la première chanteuse black à y figurer. Beyoncé quant à elle n'est pas en reste et fait la presitigieuse couverture du magazine Sports Illustrated et de son mythique numéro "spécial bikini". Qu'est-ce que vous attendez? Les Dreamgirls vous attendent, et moi j'attends vos avis!

Vogue20JenniferHudson beyonce20sports

dreamgirls5_big

Repost 0
25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 22:24

candyfactory

candySi il y a bien un défaut dont je voudrais bien me débarasser, c'est bien cette saleté de grignotage. Que ce soit chez moi devant le PC quand je m'ouvre un paquet de M&M's pour m'accompagner, ou devant un épisode de Friends où je n'hésite pas à entamer un sachet de Dragibus ou encore au cinéma quand un cornet de popcorn devient indispensable. Je sais que c'est mauvais, très mauvais pour le corps en général. Tout ce sucre, rien que d'y penser bouah! Mais comment résister? On a tous nos pêchés mignons non? (l'ennui c'est que je commence à en accumuler pas mal...). Comment résister à ces petites saloperies qui nous appellent en nous faisant de l'oeil dans leur enrobage de chocolat coloré, ou à ces robes de gélatine doucement acidulées. Comment résister au plaisir éprouvé lors d'une dégustation de bonbons ou d'une tartine de Nutella sur du bon pain de campagne bien croustillant. Arg! Tout serait plus simple si ces tentations n'existaient pas. Si le monde n'était fait que de brocolis ("plus de brocolis?") et de plats bios équilibrés, de tofu grillé et de poisson cuit à la vapeur... Hmm en fait non, rien que d'y penser j'en ai des frissons d'effroi. Le monde serait quand même assez chiant sans les petits plaisirs auxquels on peut s'adonner pour mieux les regretter après, rongé par le remord. Mais ça fait partie du jeu. Jamais je ne troquerais la jouissance gustative qu' une brochette de guimauve arrosée de chocolat liquide peut me donner ou l'excitation de mon palais au contact des bonbons acidulés de Lutti. Oh lala et si par malheur un paquet de Pépito ou d'Oréos atterrissait devant moi là, il ne survivrait pas longtemps. Ou encore un muffin aux myrtilles légèrement sucrée avec un nappage de noix de pécan. Ou alors une envie soudaine de fraises Tagada qui vous prend par surprise un soir alors que vous regardez votre série préférée quand un personnage en déguste quelques unes justement. Sans parler d'une bonne barbe à papa qui colle bien au doigts et ses petits animaux (crocos, ours, schtroumpfs) gélatineux indémondables... Et tout ça sans parler des jeux coquins que peuvent inspirer toutes ces friandises. Et vous? Je suis sûr que vous avez des friandises préférées. Qui n'en a pas? C'est pas tout ça mais j'ai faim...

Sandwich_20cookies

Repost 0
Published by - dans ETC...
commenter cet article
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 23:13

00ghostrider

Ces derniers temps, Hollywood commençait à nous surprendre dans le bon sens en nous livrant des films intelligents ( Les CageFils de l'Homme), périlleux (Brokeback Mountain), survoltés (Little Miss Sunshine), enjoués (Dreamgirls) ou classes (Le Prestige). Même les blockbusters prenaient de l'allure et assuraient un divertissement de qualité (Pirates des Caraïbes, King Kong). Ca ne pouvait pas durer, il fallait bien un film pour venir faire baisser la moyenne. Et ce film c'est Ghost Rider. Rien que l'affiche était un avertissement, Nicolas Cage constipé lançant un regard menaçant. Cette adaptation d'un énième super héros Marvel est vraiment un raté du genre. Le réalisateur déjà responsable d'Elektra, nous a pondu un bordel monstre sans queue ni tête. Même Nicolas Cage, acteur que j'affectionne beaucoup, semble ne pas croire à ce rôle, sans direction d'acteur ça semble compliqué d'y croire en même temps. Le scénario classique et morose au possible est une reçasse de tous les clichés éculés des films de superhéros. Dialogues risibles, scènes d'actions pas excitantes, vilains ridicules, actions absurdes. Bref on a droit à un (très) mauvais épidose de Buffy ou Charmed qui a le luxe de se payer le grand écran. Je mets 1 parceque ça restera toujours au dessus d'un opus de Taxi.

notes1

Repost 0
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 14:19

iwo_jima2

Après Mémoires de Nos Pères qui retraçait la bataille d'Iwo Jima du point de vue des américains, voici le second film du dyptique de Clint Eastwood couvrant la même histoire du côté des japonais. Le réalisateur avait abordé les manipulations de l'image à des fins propagandes et l'état d'esprit des soldats perdus dans la masse au front dans son précédent opus et nous envoyait à la face l'absurdité de l'existence même des guerres. Dans Lettres d'Iwo Jima, il fait de même en se penchant sur les codes de l'honneur au Japon et le sort d'un soldat enrôlé dans les troupes armées pour défendre l'île d'Iwo Jima. Evitant les clichés et dépeignant le peuple Japonais avec respect et admiration, il a tout de même su critiquer l'excès des valeurs morales enfoncées de force dans la tête des jeunes recrues. L'image du suicide collectif dans la caverne en est une illustration choquante.

iwo_jima

Côté acteur, on suit les pérégrinations d'un jeune Saigo, tout juste père de famille et contraint d'aller servir l'armée au nom de la patrie, au jeu sobre et efficace. Le Général Kuribayashi est campé par Ken Watanabe (Batman Begins, Le Dernier Samouraï) qui n'a jamais été aussi classe et qui joue à la perfection le rôle de ce général désemparé. Les images du film sont superbes, comme si des vieux clichés en sépia s'animaient sur l'écran avec des jeux sur les ombres et les lumières qui rappellent beaucoup Million Dollar Baby. Les scènes de bravoures sont prenantes au même titre que celles de Mémoire de Nos Pères et les scènes communes à ce dernier nous permettent de voir els deux côtés de l'action. Ainsi quand dans les Mémoires, les soldats américains prenaient d'assaut un abri japonais en carbonisant ses occupants au lance-flamme, on assiste dans ce film à la même action vue de l'intérieur. Même si la première partie est un peu longue à s'installer, j'ai failli m'endormir, le reste du film est d'un niveau émotionnel tellement fort qu'il serait dommage de passer à côté. Une réflexion intelligente et surtout très belle sur l'intérêt de la guerre et les conséquences de celle-ci sur les individus. Clint, en route pour les Oscars.
notes8

Repost 0
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 22:29

 

FRIENDSheader

En ce moment, comme à peu près tous les quatre/six mois, je me repasse l'intégrale de Friends en DVD. Le soir un ou deux épisodes me détendent avant de me coucher. Histoire de retrouver les amis qui nous ont accompagnés pendant 10 ans. Là je suis au milieu de l'ultime saison, et même trois ans après l'arrêt définitif de la série, les personnages et les situations dans lesquelles ils sont me font toujours autant vibrer à l'approche de l'épisode final. Qu'est-ce qui a fait que pendant 10 ans, nous sommes devenus si proche de Rachel, Monica, Phoebe, Chandler, Joey et Ross? Qu'est-ce qui a fait qu'ils aient tant marqué le paysage audiovisuel et le coeur de millions de fans?

101a 508a 610a

C'est sûrement dû au talent des scénaristes, qui ont su faire évoluer les personnages pendant dix années tout en gardant le ton juste qui nous a fait sourire, ému, rigolé, pleuré même. ou peut-être la chanson culte du générique "I'll be there for you", devenu un tube planétaire et symbole de l'amitié pour toute une génération. Ou alors c'est 207bpeut-être le charisme des protagonistes qui ont su incarner avec coeur et justesse cette bande d'amis dans laquelle on peut tous se retrouver. Que ce soit dans l'extravagance d'une Phoebe, la maladresse d'un Ross (ça c'est moi ^^) ou encore la passion d'une Rachel, la palette de personnalités de cette série fut l'une des plus riches qui nous ait été donné de voir à la télévision. On les a vu grandir et évoluer pendant dix ans, ils ont fait partie intégrante de notre vie. Aujourd'hui encore on se surprend à comparer nos expériences avec celles vécues par les personnages. Et puis il ne faut pas oublier les multiples moments mémorables vécus au fil des saisons: L'escapade à la plage, à Londres, à Las Vegas, la Routine, "We Were on a break!!!", Smelly Cat, la partie de ping pong à la Barbade, le cheesecake, le canapé dans l'escalier "PIVOT!", le pantalon en cuir de Ross, Monica et Chandler, les mariages, les naissances... Bref, on peut continuer encore longtemps comme ça tellement les dix saisons ont été riches en rebondissements. En fin de compte c'est peut-être l'amalgame de tout de ce que j'ai pu cité au-dessus qui a fait le succès de cette série et qu'elle soit encore aujourd'hui, loin d'être oubliée. Et vous, vous avez sûrement vos souvenirs préférés. Lesquels?

friends_cast_bye

 

Repost 0
Published by Kinoo - dans Série
commenter cet article