Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 14:49

actionmovie

Die Hard 4 : Retour en Enfer
Retour raté pour John Mclane dans un film auto parodique et bâclé. Bruce Willis, dilettante, se demande pourquoi il rempile aux côté d’un jeune Justin Long pas du tout convaincant. Les scènes d’action sont mal rythmés et m’ont profondément ennuyées, à l’exception de l’explosion finale. Une énormité m’a choqué et qui démontre du baclage de la chose, le montage calamiteux de la scène qui suit l’explosion de la centrale où Justin Long parle sans qu’aucun son ne sorte de sa bouche, sans parler des raccords pourris. Une grosse déception.
3/10

Hot Fuzz
Après Shaun of the Dead, E.Wright remet le couvert en parodiant avec le flegme britannique le cinéma d’action dans Hot Fuzz. Un film raffraichissant qui se prend pas au sérieux, exagérant les codes du genre. Chaque geste et mouvement est par exemple l’occasion d’y mettre un son THX caractéristique du film bourrin. Le montage clipesque très nerveux, drôle au début, peut s’avérer lourd à la longue tout de même. Au final on passe un moment désopilant au cinéma, avec des scènes qui atteignent des sommets d’absurde (le kick dans la face de la vieille dame). En plus, le film s’offre des caméos de luxe (Peter Jackson en Père Noël et Cate Blanchett dans le rôle de l’ex d’Angel entre autres). A voir !
7/10

Mise à Prix :
Depuis le Snatch de Guy Ritchie, nombreux ont été les films voulant marcher dans ses plates-bandes. Mise à Pris (Smokin’Aces en VO) en est un exemple bien réussi. Réunissant un casting de freaks survoltés, le film monte en intensité pour finir sur une scène de bravoure finale, un brin décevante. Si l’action est au rendez-vous, elle n’atteint pas les sommets que la mise en place pouvait promettre. Outre cette légère déception, on retrouve un casting d’enfer. Ben Affleck, Andy Garcia, Ryan Gosling ou encore Ray Liotta se partagent les rôles injectés de testostérone faisant plus ou moins long feu. Tandis qu’Alicia Keys fait ses débuts sur le grand écran dans un rôle risqué et c’est tout à son honneur . Au moins, elle n’a pas fait comme Mariah Carrey ou Britney Spears qui ont choisi d’incarner des chanteuses lorsqu’elles ont tentées (en vain) de se lancer à Hollywood. Bref, le film est un bon divertissement pour les amateurs du genre explosif.
7/10

Repost 0
1 août 2007 3 01 /08 /août /2007 22:38

buble
Après réflexions, j'attribue officiellement le titre de tube de l'été de Kinoo à Michael Bublé et à son titre Everything. Cette mélodie a tout ce qu'il faut pour rythmer les soirées estivales, que ce soit à siroter un cocktail sur fond de coucher de soleil, ou alors pour les humeurs un tantinnet plus mélancoliques pour se remémorer les bons moments. Everything est le premier single du tout dernier album Call Me Irresponsible, que je découvre avec délice ce soir grâce à Jess. Michael s'est fait un nom grâce à ses reprises des standards swing, qu'il remanie avec brio en y insufflant sa touche personnelle. Il faut dire que le mec a une voix des plus envoûtante et une aisance scènique à toute épreuve. Elégant, drôle et talentueux, le crooner des temps modernes en somme, tout ce que Danny Brillant aurait voulu devenir sans succès (ouch! non je l'aime bien Danny aussi!). On se souvient de ses reprises de Save the Last Dance For Me, What A Wonderful World ou encore de l'excellent Feelin' Good et d'une de mes préférées: A Foggy Day in London Town. Dans son dernier album, il confirme son talent de réinterprétation avec un Me and Mrs Jones langoureux, mais aussi d'auteur compositeur avec son single qui a déjà fait ses preuves. Michael, je ne t'appellerai pas "irresponsible" mais plutôt "irresistible". A tous, let's swing !

Repost 0
30 juillet 2007 1 30 /07 /juillet /2007 21:40

hsm
Alors que je délire chaque week-end avec mes collègues sur High School Musical on Tour, le spectacle de rue de l'été du parc Walt Disney Studios mené par une troupe énergique et sympa, et que le deuxième opus de la franchise s'apprête à envahir les écrans US en août, (re-)découvrez à présent la version officieuse française de la chanson phare de High School Musical premier du nom: "We're All in This Together". Rebaptisé "Tous Ensemble" pour l'occasion, la chanson a été (in-)adaptée avec talent par votre serviteur ainsi que Berty, Vaness, Fafafan, Melie et compagnie lors d'une soirée bien arrosée à Lilles en janvier dernier. Voici le résultat en vidéo, monté par Berty:

"Chats Sauvages! On y va!"

Repost 0
Published by - dans Fun!
commenter cet article
30 juillet 2007 1 30 /07 /juillet /2007 20:48

velibJeu de mot douteux pour ce billet qui relate mon petit week-end. Après une journée de travail plutôt tranquille à Disneyland, je rejoins Sylvain, Manu, Jonathan et Claire pour une soirée qui devait être au départ un pique-nique sur les bords de Seine. Vu la météo capricieuse, ce sera finalemnt soirée pizzas et Wii dans la Maison du bonheur. Après quelques coups de Wiimotes et des parts de pizzas avalées, minuit sonne et on se décide à aller voir la projection de Priscilla Folle du Désert au parc André Citroën, un film culte que j'avais jusque là jamais vu. Et j'ai beaucoup aimé, ce road movie extravagant est porté par une interprétation hors pair de ses acteurs, dont Hugo Weaving, plus connu pour ses rôles dans Matrix et le Seigneur des Anneaux. Et puis les conditions de la projection en plein air avec tous ces parisiens enveloppés dans leur sacs de couchage étaient originales. C'est toujours plus agréable de découvrir un film avec un public plutôt que chez soi en DVD. Sinon j'ai aussi enfin testé Velib' et c'est un avis plus que positif. Le système est simple, une fois assimilé, et les vélos sont agréables. Evidemment je les ai testé dans les rues de Paris à minuit, donc désertes. Un réel bonheur de remonter en selle et de parcourir la ville de cette manière. Ca doit être une autre histoire que de rouler la journée avec le trafic de la capitale, j'essairais demain. J'ai tellement aimé que j'ai pris un abonnement pour la semaine et que le dimanche matin, j'ai enfourché une Vélib pour me rendre à la station de métro pour aller bosser. Essai concluant! Et vous? Avez-vous testé Velib'?
priscilla

Repost 0
27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 18:48

merevilleJe rentre d’un petit week-end en pleine semaine dans la bourgade de Méréville, capitale européenne du cresson, et surtout, village où j’ai passé dix ans de ma vie et où j’y ai rencontré mes meilleurs amis. Passer devant l’église, le collège ou le monument aux morts devant lesquels je passais tous les jours à pieds pour me rendre à l’école ça m’a fait tout bizarre. Ces trois jours ont été très bénéfiques, ça m’a permis de faire un break coupé de la ville, d’internet (ou presque) et de la pollution. Dans l’immense maison de l’oncle d’Hortense on a, avec Vincent et compagnie, vécu au rythme de la piscine, sunbathing, barbecue, soirées très arrosées, Singstar et autre karaokés dans un club désert d’Etampes sans oublier les bons conseils de la mère Hortense : " Mets de la crème sur ta peau ! " C’était aussi l’occasion de prendre des nouvelles des moult anciens camarades de collège et lycée et les chemins très différents que les uns et les autres ont pris. Si ça m’a fait du bien de revenir passer du temps à Méréville, petit village rural au charme certain, je me dis que j’aurais bien du mal à revenir vivre là-bas après avoir connu ce que peut offrir la vie citadine. Même pour la retraite, trop de calme tue le calme et les affres de Paris ou des grandes villes me manqueraient trop. Premièrement, on est complètement dépendant de la voiture, les transports en commun étant inexistants. Donc pour se rendre au cinéma ou faire les courses on doit prendre le volant. Les commerces ferment leur porte une fois 19h passée, ce qui est clairement très peu pratique. Sans parler du cinéma qui n’a jamais entendu parler de al carte UGC ou Gaumont et qui passe les films uniquement en VF et dans des salles mal équipées. Je ne parle pas non plus des racailles en scooter qui squattent la cour du collège ou du vieux beauf dans sa camionnette qui a failli nous rentrer dedans et qui beuglent à la vitre pour essayer de pas perdre la face. Méréville reste malgré tout un charmant petit village qui m’a vu grandir pendant une décade, et il tiendra une place toute particulière dans mes souvenirs.
mereville2

Repost 0
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 13:40

simpsonsmovie
N’y allons pas par quatre chemins, le film des Simpson est la production la plus drôle de l’été. Que ceux qui craignaient cette adaptation des aventures de la famille jaune sur grand écran se rassurent, Homer et sa clique tiennent toutes leurs promesses. Dès le logo de la Fox, brillamment détourné par Ralph, le ton est donné. L’introduction est démentielle et laisse vite place au générique bien connu de la série, remanié pour le cinéma. La nostalgie et le bonheur de retrouver ces personnages nous envahissent. Le rythme est soutenu, il y a un gag toutes les 30 secondes voire plus, et on rit aussi souvent. J’ai pour ma part ri aux larmes sur plusieurs scènes (le griffage de crâne pour ne citer que celui là !). Bref, on ne s’ennuie pas un seul instant. Pour les fans, c’est vraiment le pied, il y a tellement de détails dans les décors et les seconds rôles qu’il faudra une deuxième voire troisième vision pour tout capter. Chaque personnages de la série font ici une apparition, allant du sidekick aux caméos savoureux. En parlant de caméo, que seraient les Simpson sans les guest-stars ? Dans le film, c’est le groupe Green Day qui ont l’honneur de se faire lyncher par les habitants de Springfield pour avoir osé aborder le thème de l’environnement, et Tom Hanks présente une publicité.
simpsonsmovie2
Si l’humour est bel et bien présent et est diablement efficace, l’émotion tient aussi une place de choix. Jamais Homer, Bart, Marge et compagnie n’ont été aussi émouvants et touchants que lorsqu’ils se retrouvent emprunts au doute, à la déception et autres conséquences des problèmes familiaux qui éclatent au grand jour, la relation père-fils catastrophique par exemple. Bref, le film redore le blason de la série, dont la qualité devenait inégale selon certains, et ravive l’amour que le public porte à ses personnages attachants et irrésistiblement drôles ! Allez-y les yeux fermés ! Enfin ouvrez-les une fois dans la salle quand même hein ! Restez bien aussi jusqu’à la fin du générique ! Force est de constater en tout cas, que les deux meilleurs films de l’été pour le moment, sont animés. Entre la succulente Ratatouille de Brad Bird et les aventures en Cinémascope des Simpson, l’animation tient le haut de l’affiche, et c’est tant mieux. Pour ma part, je me suis acheté un coffret DVD d’une saison des Simpson en sortant de la salle, je ne veux plus les quitter !
notes9

Repost 0
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 00:01

transformer
Le blockbuster bourrin de l’été débarque dans les salles aujourd’hui et le moins que l’on puisse dire c’est qu’on en a pour son argent si on vient en prendre plein la vue ! Michael Bay s’approprie les jouets mythiques Transformers pour en faire un popcorn movie détonant mais dénué d’âme. Pour ma part j’ai un avis très mitigé, si il est indéniable que l’action est au rendez-vous, j’ai trouvé le film creux. Premièrement le film pêche par son concept, si je n’ai pas de peine à adhérer à des pirates mutants crustacés ou à un apprenti sorcier à lunettes, les extra-terrestres non biologiques qui se transforment en poids lourds ou Porshe c’est une autre histoire. Bref l’univers des Transformers ne me convainc pas des masses. Niveau casting, si Shia Labeouf est la nouvelle coqueluche d’Hollywood je le trouve toujours aussi fadasse que quand il était coltiné aux seconds rôles d’I, Robot ou Constantine. Megan Fox quant à elle, brille par sa carrosserie torride mais pas pour son jeu insipide. On ne peut totalement leur rejeter la faute tant les rôles sont clichés et peu originaux, et on peine à s’attacher et à s’identifier. Seuls quelques seconds rôles, comme le gros nerd black bouffeur de donuts ou le vendeur de voitures campé par Bernie Mac, tirent leur épingle du jeu. Le scénario n’est pas mieux, se faisant succéder des péripéties prévisibles et sans surprises avec pour ne rien arranger, un rythme inégal et trop lent. meganFOX7Toutefois, les scènes d’actions valent leur pesant d’or et les effets spéciaux sont simplement les plus hallucinants de l’été depuis la bataille finale de Pirates 3. Les artistes de chez ILM peuvent rouler des mécaniques. Les Autobots et les Decepticons sont d’un réalisme dingue et leurs transformations sont vraiment bien rendues, alors quand les deux se livrent une bataille sans mercis dans une ville bondée (merci Michael Bay de montrer des civils, pas comme dans d’autres films catastrophes vierges d’habitants ! Un bon point !), on assiste à un feu d’artifices d’action où la ferraille dérouille. Je suis sûr que les fans de chez fan doivent jouir à la vue de ces gros tas de ferraille prenant vie. On retient la course poursuite entre Bumblebee et la méchante caisse de flic ou encore l’arrivée assez classe d’Optimus Prime et de sa clique. Dommage que la caméra soit si nerveuse, ces mouvements rendent les évènements flous et ces derniers perdent en intensité. Et puis on aurait pu se passer des plans vraiment trop éculés comme le final sur fond de coucher de soleil ou les placements publicitaires pour Nokia entre autres. Au rayon des bons points, on peut souligner la partie comédie réussie, qui rappelle un peu la saga des Coccinelle de Disney au niveau des relations entre Shia et sa bagnole, servie par un humour bien écrit. Bref, Transformers tient ses promesses de blockbusters qui en plein les mirettes mais n’offre que peu d’intérêts derrières les jolies images.
PS: que c'est bon les avant-premières, on a eu que des bandes-annonces en avant-programme, pas une seule publicité parasite! Si seulement ça pouvait être tous les jours comme ça!
notes6

Repost 0
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 13:35

FUTURAage3

futurama2Alors que les Simpson débarquent demain au cinéma (d’où la nouvelle bannière temporaire ! qu’en dites-vous ?), je voulais toucher un mot sur une de mes séries cultes : FUTURAMA. Matt Groening a délaissé Homer et Cie pour se pencher sur une vision déjantée du futur. Plus osé, plus drôle et plus fin que les Simpson (avis perso), Futurama est doté d’un casting de personnages hauts en couleurs. A commencer par Fry, un looser qui se fait cryogénisé par accident la nuit du réveillon de l’an 2000 et qui se retrouve mille ans plus tard dans le futur à New New York. Il y fait la rencontre de Leela, une cyclope aventurière doublée par Katey Seagal (l’héroïne de Mariés deux enfants !), un robot alcoolique et cleptomane nommé Bender sans oublier toute la clique du Planet Express, Dirigé par le Professeur Farnsworth, arrière-arrière-arrière petit neveu de Fry, chez qui ils vont tous les trois travailler. On n’oublie pas la foultitude de seconds rôles hilarants comme le Dr Zoidberg ou le Capitaine Zapp Brannigan. Dans le futur de Futurama, on y trouve des inventions détonantes comme le Suicide Booth, une cabine qui permet aux désespérés d’en terminer avec la vie moyennant paiement. Les humains côtoient robots (qui détestent ces premiers), extra-terrestres et autres créatures multicolores. Matt Groening profite de ce contexte de science-fiction pour livrer une critique acerbe de notre quotidien. Un épisode voit d’ailleurs une gigantesque météorite composée d’ordures balancées dans l’espace par les Terriens en l’an 2000, revenir menacer la planète. Par ailleurs, l’humour est omniprésent, que ce soit dans les dialogues et répliques déjà cultes (" Bite My Shiny Metal Ass " de Bender…) ou les références à notre monde contemporain. Par exemple, on apprend que le hip hop est considéré comme de la musique classique, que le christianisme, le judaïsme et le bouddhisme ont fusionné en une seule et même religion, que les anchois, les caniches et les vaches sont des espèces disparues ou encore que les grandes personnalités du monde sont conservés en vie grâce à la technologie qui permet de garder leur tête dans des bocaux transparents ; ainsi (la tête de) Richard Nixon a été élu Président de la Terre. Derrière sa façade de sitcom humoristique, Futurama est un véritable bijou d’écriture, les scénarios sont très recherchés, les rebondissements, les liens entres les personnages, l’origine de Fry sont tous étudiés et forment une cohérence entres les saisons. La saison 4 est d’ailleurs superbe tant elle révèle des secrets qui ramène à la première saison, preuve que chaque épisode est lié. Par faute d’audience, la Fox a arrêté la série il y a quelques années, mais le succès phénoménal des ventes de DVD a convaincu Comedy Central de relancer Futurama en lancant la production de 13 nouveaux épisodes prévus pour l’an prochain. J’ai déjà hâte ! Quand à vous, si vous ne connaissez pas encore Futurama, il est grandement temps de vous en faire une idée en fonçant à la FNAC où les coffrets DVD ont été réédités à prix très abordables !

Repost 0
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 10:50

grottes
Par ces temps de fortes chaleurs, on s'est dit que les visiteurs du Parc Disneyland aimeraient bien avoir quelques sueurs froides. C'est parti direction les Grottes de l'Effroi pour quelques cris à vous briser les tympans! Je me demande toujours comment un tel cri puisse sortir de moi ? ? ?

Montage par Ellywoods

Repost 0
Published by - dans Fun!
commenter cet article
16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 22:49

Potter
Le cinquième film des aventures d’Harry Potter est sorti, et je suis allé le voir en tant que non fan et non lecteur de la saga littéraire. Et bien j’ai passé ma foi un bon moment de cinéma. Il faut dire que j’ai découvert les films à la sortie du 4ème opus au cinéma, je m’étais passé les 3 premiers film en un week-end, et si les deux premiers étaient foncièrement chiants et pas inspirés, le troisième de l’excellent Alfonso Cuaron m’avait donné envie d’en voir plus et la Coupe de Feu était plutôt sympathique avec son lot d’action et de magie. Pour l’Ordre du Phoenix, je dois avouer que je me suis un peu ennuyé tant les scènes de bravoure se font rare, à part le combat final entre Dumbledore et Voldemort et la course poursuite dans la salle des prophéties. Le totalitarisme qui s’installe à Poudlard, via l’excellentissime personnage campée par Imelda Staunton absolument jouissif, aurait pu donné lieur à des grandes batailles résistantes et de grandes scènes de bravoure. A la place on a beaucoup de dialogues et d’interrogations qui m’ont pas mal ennuyés donc. Daniel Radcliffe parvient à transmettre beaucoup d’émotions et je trouve qu’il s’est pas mal amélioré, il faut dire qu’il est plutôt bien entouré depuis le début de la saga. Les plus grands acteurs britanniques figurent au casting des cinq films, de Brannagh à Fiennes en passant par Gary Oldman. En parlant de ce dernier, la mort de son personnage fut d’une platitude ! Je n’ai jamais vu une mort au cinéma aussi peu émouvante. Bâclée, ralenti trop classique, coupage du son pas efficace… bref, c’est bien dommage. N’étant pas familiarisé avec les romans, j’ai du loupé plein de trucs et des passages me sont parus décousus ou survolés, on aborde à peine le sujet des parents de Neuville par exemple, et on reste frustré des apparitions trop courtes de Bellatrix Lestrange jouée par la géniale Helena Bonham Carter. Dans l’ensemble, la saga Potter reste tout de même un gage de divertissement de qualité même si très inégal. Mon film préféré restera le Prisonnier d’Azkaban qui a su dynamisé l’univers établi et me captiver en tant que non lecteur.
notes6

Repost 0