Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2006 6 21 /10 /octobre /2006 21:36

rer

En rentrant du boulot tout à l'heure dans le RER, j'aperçois sur un espace publicitaire, une annonce titrant fièrement: "Imaginez... le MP3 qui s'écoute à plusieurs!". Une annonce qui vante les mérites du nouveau lecteur mp3 qui intègre un haut parleur afin de permettre aux consommateurs de partager leur musique. Trop sympa. C'est là que je me remémore les trajets en RER où ces mêmes consommateurs, tellement généreux qu'à l'aide de leur portable avec lecteur Mp3 et haut parleur intégré, nous ont fait profité de leurs bouillabaisses sonores . Le parfait outil pour tout ceux pour qui ça ne suffit pas d' d'avoir des goûts musicaux parfaitement grotesques (oui écoutez des braillards sans talents s'égosiller sur des paroles pseudo révolutionnaires sur des basses incessantes avec une voix de poufiasses faisant "yeah yeah" toutes les 2 secondes, c'est parfaitement grotesque) et à qui il faut aussi qu'ils l'exposent sans aucune honte (comment font-ils?). Pourquoi ce genre d'individus n' écoutent-ils pas Robbie Williams ou Jack Johnson? A croire que le sans-gêne va de pair avec le mauvais goût...

Le meilleur c'est que dès que quelqu'un ose leur faire la remarque que tout le monde ne partage pas leurs attirances philharmoniques, le dit intéressé répond par un charmant "T'as qu'à changer de wagon c'est un pays libre je fais ce que je veux." Une logique implacable. C'est un peu comme certains fumeurs qui dès qu'on leur fait remarquer que leur fumée nous dérange nous rétorque d'aller voir plus loin. Mais non désolé si il y a quelqu'un qui doit bouger c'est celui qui dérange, mais bon la France a su glorifié et déifé les droits individuels sous couvert de liberté mais a vite fait d'oublier ses devoirs civiques les plus communs par la même occasion. Enfin bref, tout ça pour dire.. Merci Samsung qui grâce à leur nouvelle trouvaille va pouvoir nous faire découvrir d'autres musiques grotesques et effarantes dans le RER. Que j'ai hâte..

Repost 0
19 octobre 2006 4 19 /10 /octobre /2006 20:10

jack4bh

Je cherchais un album à écouter ce matin pour me lever et emmerger d'une nuit cauchemardesque, c'est alors que parmi la pile de CD j'extirpa l'album de Jack Johnson, In Between Dreams. L'occasion idéale de vous parler de ce coup de coeur musical. Jack Johnson est un chanteur hawaïen, anciennement champion de surf, il enchaîne désormais les succès aux USA depuis 3 albums maintenant, celui-ci étant le dernier sorti. Cet album réunit des ballades enlevées par la voix unique de Jack Johnson, à la fois suave et envoûtante sur des mélodies aux résonnances paradisiaque, subtilement accompagnées d'une guitare et autres instruments qui rappellent les îles et les moments de détentes en vacances. Avec des titres comme Better Together (ma favorite) ou Banana Pancakes, c'est un album incontournable pour se relaxer, idéal pour siroter un jus de fruits, allongé dans un hamac a soleil, enlacé dans les bras de sa chère et tendre... reste plus qu'à trouver le soleil...et quelqu'un! Quand à vous, trouvez d'urgence cet album, vous ne le regretterez pas.

Voici la performance de Jack Johnson aux Brit Awards 2006 sur Better Together:


Brit Awards 2006 - Jack Johnson
envoyé par GraY_FoX

Au passage, je fais un coucou à Alexia Blunt qui m'a fait découvrir cet artiste l'an passé ^^

Repost 0
18 octobre 2006 3 18 /10 /octobre /2006 01:50

Visuel_Claire_chaise___sans_logos

Ce soir a eu lieu l'avant-première de CABARET, comèdie musicale culte de Broadway qui arrive ce mois ci à Paris dans sa version remise en scène par Sam Mendes (réalisateur d'American Beauty) et chorégraphiée par Rob Marshall (réalisateur de l'adaptation cinématographique de Chicago) de 1998, qui a remporté un nombre record de récompense cette année là. C'est donc dans une version entièrement en français (ou presque..) que ce Musical de Broadway investit le théâtre des Folie Bergères, totalement rénové cet été pour devenir le Kit Kat Club afin que les spectateurs soient complètement immergés dans l'action. J'ai donc eu la grande chance d'assister au spectacle, grâce à mon ami Sylvain que je remercie infiniment pour cette soirée magique avec Lilly et Vinasse qui nous a permis de nous évader pendant 2h, on se serait cru à Broadway ou dans le West End londonien.

salle_cabaret_theatre
Le Kit Kat Club recrée aux Folies Bergères

Le spectacle tient ses promesses, pendant deux heures on oublie nos problèmes et nos soucis comme le public de l'histoire censé oublier les horreurs de la guerre et du nazisme en venant au cabaret. Le décor nous plonge dans l'ambiance dès les portes franchies, les rangs devant le scène sont en fait des tables où serveurs et serveuses viennent prendre vos commandes. La scène est surmontée de l'enseigne du Kit Kat Club et l'éclairage tamisé et reflètant les couleurs chaudes et passionées du rouge et du violet achève de nous immerger dans ce cabaret du Berlin des années 40. Et quand l'orchestre sexy juché en haut de la scène entame les premières notes, le spectacle démarre et on admire.
Le Maître de Cérémonie entre en scène et innonde le public de son extravagance provocante et de sa bonne humeur communicative. Il est le pillier du spectacle, chantant, dansant avec un grand talent, accompagné des Cabaret Girls et Boys s'illustrant sur les chorégraphies sensuelles savemment éclairées pour recréer l'ambiance chère à Bob Fosse. L'interprète de Sally Bowles réussit à faire oublier Liza Minelli du film, envoyant sa voix magistralement lors de la chanson finale "Cabaret" accompagnée de l'orchestre derrière elle. La mise en scène est intelligente et efficace, utilisant savemment l'espace de la scène. L'éclairage est aussi superbe, je citerai un effet que j'adore, celui du ventilateur éclairé de haut projetant son image tournoyante sur la scène, ambiance immédiate! Sans parler de l'enseigne du Kit Kat Club et de toute l'installation autours qui prennent vie lors des chansons Wilkommen.. etc...
Les chansons sont donc toutes traduites en français et il faut avouer que le résultat est pas mal du tout, allant du meilleur ("Cabaret", "Wilkommen"...) au moins convaincant ("Money"..) mais qui dans l'ensemble reste très bon.
Bref c'est une plongée dans l'univers sensuel, jazzy et érotique de Bob Fosse couplé au talent de Sam Mendes avec notemment son goût pour les fins pas très happy end (souvenez-vous des fins d'American Beauty ou des Sentiers de la Perdition..).

flo_cabaret

La salle a réservé une salve d'applaudissements bien mérités de plusieurs minutes à la troupe à la fin de la représentation. Signe que le public français est prêt à accueillir ce genre de productions typiques de Broadway? Dans tous les cas on sait déjà que le Lion King de Disney rugira au théâtre Mogador à la rentrée 2007 et qu'on parle déjà de l'arrivée de Les Misérables. En tant que grand fan des comèdies musicales de Broadway, j'espère que Cabaret sera un grand succès afin d'inciter la multiplication de ce genre d'initiatives et en faciliter d'autres (Avenue Q Lilly? :D). Mais qu'est-ce que vous faites encore assis devant votre PC? Filez tout de suite à la Fnac acheter vos entrées pour le Kit Kat Club. Ne soyez pas timides, entrez...

LOGOGAUCHE08 LOGOGAUCHE12 LOGOGAUCHE14 LOGOGAUCHEb LOGOGAUCHE10

Repost 0
12 octobre 2006 4 12 /10 /octobre /2006 11:01

20060911124124

Il n'est pas trop tard si vous n'avez pas encore vu ce film magnifique lors de sa sortie en septembre dernier, vu de son succès et de sa qualité, plusieurs salles (dans Paris en tout cas) continuent à le jouer au profit de nouvelles sorties. Quelle bouffée d'air frais que ce road-movie, les personnages sont tous attachants et charismatiques, Toni Colette et Steve Carell en tête qui change de registre au passage et ça lui va plutôt bien. Le tout est superbement écrit avec des dialogues savoureux confrontant plusieurs idéaux qui face à la dure réalité de la vie se retrouveront rattrapés par celle-ci; certains membres de cette famille faisant face à la désillusion. Le film s'attarde aussi sur le phénomène des petites miss dont les prétendantes font plus peur qu'autre chose, surmaquillées et habillées comme des putes à à peine 5-6 ans, la petite héroine du film, déjà complexée, apparait comme la vraie beauté parmi l'étalage de faussetés effarantes.
Les jeux d'acteurs sont irréprochables, de Steve Carell touchant et drôle, Toni Colette qui convainc et émeut en mère dépassée, le grand-père junkie aux mots souvent violents mais justes, le fils en crise d'adolescence et qui ne s'exprime que par l'écrit etc... une gallerie de personnages atypiques à qui on s'attache, on s'identifie sans peine; et ce sans oublier une des star du film, le van jaune atypique.
Bref, Little Miss Sunshine est un film indispensable pour ceux qui aiment l'humour et l'émotion.

Repost 0
11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 12:40

6058011

De quoi a été fait mon été? Déjà je me remettais peu à peu du concert de mn idole au Parc des Princes (voir topic du 19 juin) puis j'ai fait un petit détour par Londres, ville que j'affectionne de plus en plus de par sa culture et l'atmosphère là-bas, mais qui me rebute de par le coût de la vie. Je disais donc un petit détour par Londres en compagnie de Lilly et Audrey entres autres avec qui je suis allé voir une comèdie musicale dont on été déjà accros en écoutant le CD de la bande originale depuis des mois et des mois: Avenue Q. Puis un détour pour rendre visite à Madame Tussauds et à ses amis de cire, dont mon idole Robbie Williams!

kinoo1zu0 P1010092

Puis j'ai donc enchaîné avec un contrat saisonnier chez Disney, dans le parc Walt Disney Studios en tant que Guest Flow (terme barbare américain pour dire hôte d'accueil et de renseignement en gros) dans plusieurs spectacles du parc: Cinémagique (waouh!), Animagique (beurk!), Moteurs Action et les divers petits shows estivaux (Lilo & Stitch...). Une bonne ambiance avec une bonne équipe et des persos attachants et délurés (Julien, Edgar, Christèle, Kanitha, Laura, Débo, Gaëlle, Jamila, M.Eloise et compagnie car j'en oublie certainement.) comme je les affectione.

photo0105ez 5589327

Durant cet été a aussi eu lieu l'avant-première de la suite de Pirates des Caraïbes auquel j'ai pu assité grâce à Elise, on a donc pu voir le film en avant première avec etres autre Tony Parker, et continuer la soirée dans le parc Disneyland privatisé pour l'occasion avec photo souvenir avec Capitaine Jack Sparrow. Dans la même thématique, la soirée CastMember a été placée sous le signe des pirates avec Adventureland privatisé, les joyeux employés de Disney ont pu ainsi danser (sous la pluie :D), manger à volonté dans le thème du film. L'été a ainsi continué, entres soirées mousses ou dans les résidences, l'anniversaire de Julien, et j'en passe des meilleures, le tout était d'assurer le lendemain sur le terrain.

6057998 6057963

En août, grâce aux délicieuses Ondine et Lali et à leur hospitalité, j'ai pu en compagnie de la joyeuse troupe composée de GM, Vaness, Dash, Charlotte, Chouch' découvrir Arcachon et ses superbes plages toutes droites sorties d'un paysage des Caraïbes, la dune du Pillat et son ascension douloureuse mais ça a valu le coup, son camping devenu célèbre grâce à Frank Dubosc. Bref un petit trip bienvenu pour faire un petit break et s'évader, entres les plongeons dans la piscine privée, les scéances de larvages sur la plage et cramer au soleil et manger des bonnes glaces sur le port et jouer à des jeux bizarres sur la plage à minuit. Mes adorables amies Charlotte et Vaness m'ont aussi organisé une soirée d'anniversaire avec de jolies surprises dont un charmant string que j'ai du essayer le soir même...! :-D

11nu1 4re2

Puis en septembre, après avoir signé un CDI part-time chez Disney, je m'envole en compagnie de mes compères GM, Retlaw et Thunder pour les Etats Unis pour réaliser un rêve commun, mais je vous en dirais plus en photos et vidéos dans un prochain post.

Repost 0
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 00:11

rw170625qc

Samedi 17 juin 2006, journée et soirée à graver à jamais dans ma vie de fan de Mister Robbie Williams.
8 mois que j'attendais ce jour, 8 mois que je m'étais levé à 6h du matin pour aller chercher ces places avec Manu, 8 mois que je me languissait! Et ce jour est arrivé ... et déjà passé.. Mais bon ce fut à la hauteur de mes espérances voire plus, mes attentes ont été comblées!

Bon alors petit TR, je rejoins Manupouce au Forum de Halles pour un petit repas au Quick puis David nous rejoins, ni une ni deux on prend la voiture direction le Parc des Princes. Arrivant là-bas, mon exictation est grandissantes, du monde, des cars entiers arrivent de partour (Angleterre, Hollande, Italie...), bref pour se garer va falloir se battre. 35 minutes de recherche plus tard, on se gare près de Rolland Garros. La soeur à Manu et ses amis nous rejoignent et directions la mission pour chercher l'entrée aux tribunes présidentielles. Suite à l'organisation foireuse des forces de l'ordre de Paris, nous finissons par faire le tour du stade, génial, avant de pouvoir rentrer. On rentre et BANG! le choc! le stade, les gradins, la fosse, rempli de gens, c'est une image super impressionante wahou je suis scotché. Je m'achète le programme qui est superbe et on va se placer. On se situe tout en haut dans les gradins, mais dans els tribune les plus proches de la scène, on est bon on est bon!

On a eu droit qu'à une première partie, c'est pas plus mal, et ils ont mis le feu. Le groupe Basement Jaxx ont chauffé efficacement le Parc des Prices, et Dieu sait si c'est dur de passer avant Robbie! Ca bouge, David et moi on va tout derrière pour danser, toute cette énergie c'est énorme! Puis l'attente, l'attente du Robbie! Le Parc des Prices blindé fait des olas, encore une fois c'est impressionant. La fosse est noire de monde, les gradins pareil!

Bon le moment ultime arrive! Je tiens en plus en place! Robbie ARRIVE! le Parc des Prices s'enflamme, c'est époustouflant, les cris, les bras tous levé, les gradins se lèvent, j'explose! Dans des gerbes de feu, il surgit de le trappe et RADIO inaugure le show! Enorme, il habite déjà la scène et le public est conquis! Et à partir de là, la première demi heure monte crescendo, il enchâine ses  meilleures chasons rhytmés qui déchaiennt littéralement les foules, moi le premier, je tenais plus en place. ROCK DJ, Tripping, Moonson, Sinsinsin... c'était énorme, je vais tomber en rade de superlatifs là...! Robbie est à son habitude, généreux avec son public, il s'amuse, il prend son pied et ça se voit, et c'est communicatif! Etant debout dans les escaliers des gradins, j'ai eu une vision de cette homme sur scène et de la marée humaine devant lui et l'entourant, chantant et dansant sa chansons, 55000 personnes qui vibraient en choeur, c'était trop beau! Après Jonathan Wilkes que j'adore est monté sur scène pour le duo Me and My Shadow, my personnal favorite de l'album Swing, un super moment dont je me suis plus qu'impregné! Ensuite les 2 ont organisé un concours de cris entres les 2 moitiés du stade, encore une fois l'énergie déployée fut énorme! Quand la fosse a dû crier de toute ses forces, même dans les gradins on pouvait recevoir en pleine face la niaque du public! Impressionnant!

robbie_20williams_137robbie_20williams_147

Le concert se poursuit avec de supers moments, comme la surprise des fans pendant Advertising Space, le site RWL  enfin leurs memebres ont distribué des ballons blancs aux abords du parc avec pour consigne de les gonfler et les agiter pendant la chanson, c'était superbe tous ces ballons dans la fosse et dans le gradin B où nous étions! Robbie a été agréablement surpris et demandé d'où ca venait, il avait pas eu ça dans les précédents concerts !! J'ai adoré aussi Come Undone, une de ces chansons qui prennent leur envol en live, Feel etc... Robbie parle plusieurs fois en français et rprend même un refrain de Manu Chao, trop fort!

Puis le rappel, dans le noir, un seul nom résonnait: ROBBIE ROBBIE ROBBIE! Quelques minutes après, le messie réapparait, descendant dans une nacelle du haut du Parc dans des feux d'artifices! Et là c'est le feu: LET ME ENTERTAIN YOU! Le feu de Dieux! Une bouncin' session de folie! Puis c'est THE song: ANGELS, les larmes me montent aux yeux, c'est tellement d'émotions que je ne peux pas la garder pour moi, je la partage avec Ondine au téléphone. Robbie était aussi ému d'ailleurs, comme à chaque concert pendant ANGELS. Quand t'as 55 000 personnes qui chantent la chanson qui t'a fait décollé, j'imagine que tu dois en recevoir pas mal dans la gueule. L'image du Parc était magnifique, des milliers de briquets allumés, des bras se balancant lentement au son de la chanson, des milliers de voix reprenant le refrain avec lui. Merveilleux et prenant. Un moment que je vivais pour la premièr fois en live, avec LUI, il était LA! Je l'ai vu des centaines de ofis en DVD ce moment, et là je le vivais en direct. j'ai la gorge nouée en plus de n'avoir plus de voix.

robbie_20williams_162

Jugez-en par vous même: http://www.sousous.org/RW170606/Angel.mp3
son enregistré par un fan du forum RWL.

Après ANGELS, il a fini par KIDS tellement le public en redemandait! Et ca a fini en véritable apothéose, le refrain étant prenant et facilement scandable! Il est reparti "AU REVOIR" saluant son public. Moi comblé, déjà triste que ce soit fini, déjà nostalgique. 8 mois d'attente qui viennent d'être récompensés. Des images plein la tête, des moments gravés! Difficile de m'en remettre là...

Les photos sont prises par un fan du forum RWL, sa gallerie ici: http://gobblinked.free.fr/Robbie/

Repost 0
3 juin 2006 6 03 /06 /juin /2006 23:19

image21

Le séjour en Guyane m'a fait le plus grand des biens, pouvoir revoir mon père et renouer des liens avec lui, lui que je n'avais pas vu en presque deux ans. On a pu parler, discuter de nos projets, des siens concernant le futur et partager des moments de nostalgie devant des photographies souvenirs. Ca m'a fait du bien parceque d'une, ma famille n'est pas vraiment du genre à rentrer dans le moule, mes parents sont séparés, je vis chez ma grand-mère, mon frère est resté en Guyane... Les contacts se font donc le plus souvent par les moyens de communications comme le téléphone ou internet. On dira ce qu'on veut, ou plutôt je dirais ce que je veux, cette situation n'est pas si facile et ça crée forcèmment un manque. Un manque de contact, d'expression des sentiments, de moments de réunion qui sont finalement vraiment trop rares.
Quelque part ce manque j'essaie de le combler avec les amis, même si découlant de cette difficulté à exprimer mes sentiments dans la famille, j'ai le même problème avec mon entourage qui me trouve trop introverti, mystérieux... mais j'y travaille, je m'améliore, j'ai besoin de tendresse... et je n'ai plus trop de craintes à en demander.
Revoir mon père et mon frère m'a fait du bien aussi car j'ai pu mettre au clair la situation familiale, j'ai pu affronter la réalité du divorce de mes parents, le fait que mon petit frère grandisse et que, même si il a des fréquentations pas recommandables dûes à sa nature influençable, il s'épanouit dans sa propre façon, voir le travail de mon père, ses projets avec ses deux fils, sa vie là-bas; tout ça m'a permis de me dire enfin que c'est à moi de me lancer pour de bon. Fini les années à la fac où je m'efforçais à essayer de faire quelque chose qui me plaisait pas en fuyant un peu la réalité familiale, caché en métropole. Maintenant, à mon tour de construire ma vie et de solidifier mon avenir.

Repost 0
20 mai 2006 6 20 /05 /mai /2006 04:55

cayenne_place_palmistes11montjoly_plage201

Je suis actuellement en Guyane française pour une petite dizaine de jours, histoire de revoir mon père qui y travaille, l'occasion aussi de me détendre au soleil sur fond de jungle amazonienne. Mais je découvre aussi à nouveau que la misère n'est vraiment pas loin, on est quand même en France. Les rues de Cayenne ont un charme certain tant bien même leurs habitations ne sont faites que de tôles, de briques rougies pas le soleil et de ferrailles rouillées. Plusieurs cultures se mélangent où vivent brésiliens, tahitiens, chinois (ceux qui bossent le plus et dont les commerces florissent), noirs-marrons, surinamiens et les métropolitains. C'est aussi là qu'on se rend compte, qu'en métropole, on se plaint vraiment pour rien. Ici je vois les gens vivre et se contenter de bonheur simple, des moments de gaieté qui peuvent venir d'un rire d'enfant dans la rue jouant avec un chien errant (et ils sont nombreux) ou de l'acquisition d'une nouvelle mobilette par un jeune du quartier, qui agrémentent les journées souvent accablante et un style de vie des moins luxueux défini par un climat extrême et une criminalité omniprésente. Ici on est plus à l'écoute de la nature, on joue avec les animaux, la cuisine devient un moyen de rassembler autours d'un repas des bons moments tout en excitant les papilles avec des spécialité locales comme le poulet boucané succulent... bref des plaisirs simples. Tout cela ne fait que surligner la superficialité de la plupart des complaintes que j'entend (et que j'ai dû aussi émettre) en métropole, l'apparence, les fringues, les caprices insignifiants, les démonstrations d'égo surdimensionés, les prises de tête pour des raisons ridicules... tout ceci me paraît d'une telle bêtise et tristesse quand je vois défiler devant mes yeux la simplicité du bonheur qu'éprouvent les habitants de cette ville, des sourires sur des visages pourtant marqués par la dureté des conditions de vies locales. C'est donc pas si inatendu d'apprendre que le plus beau papillon du monde - le Morpho bleu - s'épanouit dans la jungle guyanaise.

blue_20morpho_20butterflies_20_reduced_

Repost 0
5 mai 2006 5 05 /05 /mai /2006 01:28

On a tous nos idoles, ces personnes pour qui on voût un culte infini, des modèles sur qui on prend l'inspiration pour notre vie de tous les jours on aimerait avoir leur talent, leurs charismes, on voudrait s'habiller comme eux et dégager autant de classe, bref que ce soit dans le milieu de la musique ou du cinéma ou par ailleurs, on a tous nos idoles. Voici les miennes.

idoles

Côté musique, il y a Frank Sinatra et son Rat Pack. Il est the Voice qui a chanté des chansons qui sont devenues des standards qui aujourd'hui encore ne vieillissent pas. Il incarne l'âge d'or des crooners, un temps où les chanteurs savaient mélanger talent, performance et classe. Quand on écoute Fly me to the moon ou The Lady is a Tramp on est tout de suite transporté dans l'ambiance casino de Las Vegas, avec Frank entouré de Dean Martin et Sammy Davis Jr. chantant à une salle en train de fumer des bons cigares en sirotant du whisky accompagnée de jolies femmes bien habillées reluquant avec envie le trio sur scène. Je suis nostalgique de cette époque que je n'ai pourtant pas connue, mais grâce à la musique on peut y replonger instantanément le temps d'un Mack the Knife ou d'un Me and my Shadow.
Un autre grand nom dont les chansons m'inspirent énormément, c'est Ray Charles. De la vie dramatique qu'il a connu, il en a tiré l'envie et la hargne de réussir, ce qui a résulté en un panel de tubes planétaires qui ont marqué leurs époques, de Mess Around à Hit the Road Jack en passant par Georgia on my Mind qui est devenu l'hymne de l'état de Géorgie, l'invention d'un nouveau genre musical et une place au panthéon des légendes de la musique. Le surpassement de soi dont il a fait preuve, surmonter son handicap et persister à faire ce dont il était prédestiné à accomplir, est une ligne de conduite que je m'éfforce de suivre dans ma vie.
Puis il y a Robbie Williams que j'ai déjà évoqué sur ce blog. Rob est un des rares talents aujourd'hui qui peut se targuer de l'appellation d'entertainer, il chante en live à tous ces concerts et promotions sur les plateaux télé, sur scène il se lâche et devient un feu que les spectacteurs attisent à chaque prestations. Il allie provocation et classe à l'ancienne (étant lui aussi un fan des crooners) et possède à son palmarès des tubes qui ont marqué les esprits, de la ballade Angels qui est devenue une des chansons les plus jouées lors de mariages, au provocant Rock DJ et à son clip d'anthologie en passant par Feel ou encore Millenium. J'adore son style vestimentaire, sa manière de voir les choses et d'aborder la vie, bref un vrai modèle sur qui je m'identifie souvent.

idoles2

Du côté du 7ème art, j'ai été époustouflé par Gene Kelly. Lors de ma première vision de Singin' in the Rain, je ne suis pas revenu de la prestation qu'il offre, mêlant comèdie, danse et chant de façon magistrale. Les images des numéros de claquettes resteront gravées longtemps dans ma mémoire. De plus il dégage un charisme inégalé. Lui aussi représente une époque, une époque glamour de l'âge d'or Hollywoodien, des stars à paillettes défilant sur le tapis rouges des premières flamboyantes, souriant aux milliers de flash crépitants dans leur direction, l'époque où se sont fait les films qui sont devenus des légendes cultes aujourd'hui.
Plus proche dans le temps de nous, deux acteurs m'interpellent de par leurs carrières. Le premier, Johnny Depp, il est ce qui se fait de mieux aujourd'hui dans le milieu. C'est un acteur au sens premier du terme. Il s'implique à 100% dans ses rôles, façonnant de toutes pièces ses personnages, en fignolant les moindres gestes et tics du rôle et livre des performances scèniques inoubliables. Fort d'une filmographie parfaite, il a travaillé avec les plus grands, de Tim Burton à Terry Gilliam, il a marqué les esprits de ses personnages comme Edward aux Mains d'Argents ou encore Ed Wood sans oublier ses rôles dans Las Vegas Parano ou Dead Man. Et même quand il vient à céder aux grossesproductions hollywoodiennes, hors de question de choisir la facilité, il prépare tout aussi minutieusement ses rôles si bien qu'il vole la vedette à ses colègues comme l'ont démontré le phénomène Captain Jack Sparrow. Malgré le succès qu'il a remporté et le phénomène qu'il représente, Johnny Depp a su garder toute sa simplicité et modestie, et préservé sa vie privée au mieux.
Découvert avec le Talentueux Mr. Ripley, Jude Law a par la suite entamé une carrière des plus belles. Armé d'un physique très avantageux et d'un flegme typiquement britannique, il a enchaîné les rôles osés où il surprend, comme dans la Sagesse des Crocodiles ou dans Gattaca. Il incarne vraiment un style auquel j'essaie de me rapprocher un maximum, bien habillé, coiffé en toute circonstance, il n'hésite malgrè tout pas à prendre des risques de ternir son image dans sa carrière.

Tous ces noms ont accompagné ma vie et vont continuer à m'inspirer pour la suite de celle-ci, d'autres vont certainement se rajouter et m'emmener vers de nouvelles voies, de nouvelles découvertes, des nouveaux sens...

Repost 0
27 avril 2006 4 27 /04 /avril /2006 18:18

broadwayposters

Aujourd'hui, voyons comment je suis devenu accroc aux comèdies musicales façon Broadway!

Ma première approche de la comèdie musicale façon Broadway a été sûrement Disney, j'ai grandi avec les films tels que La Petite Sirène, La Belle et la Bête ou encore Aladdin, trois films qui ont en commun d'avoir fait appel à Alan Menken et Howard Ashman pour la composition de leurs chansons. Ces deux hommes ont insufflé à ces films de Disney un souffle musical nouveau, un souffle venu tout droit de Broadway, les 2 hommes s'étant illustré sur "La Petite Boutique des Horreurs" sur les planches. Bref des numéros comme "Be Our Guest" ou "Kiss the Girl" ou encore "Beauty and the Beast" sont devenus des standards et m'ont poussé à approfondir mes goûts pour le genre au-delà de Disney.

broadway1

Puis vint "Moulin Rouge", le film qui a entrainé le revival du genre à Hollywood. Le film de Baz Lhurmann m'a transcendé, une mise en scène absolumment géniale et délurée, une ambiance Bohème ennivrante, des reprises de chansons pop remaniées pour l'histoire du film et des numéros visuellement sublimes portées par des chansons et musiques incroyables. Le film est devenu culte, si bien que je n'ai pas pu attendre la sortie DVD en France pour l'acheter en import à 38 euros, j'y avais laissé tout mon argent de poche à l'époque! Me repassant encore et encore la bande originale, je n'en pouvais plus, je ne pouvais pas attendre qu'un autre film ne daignent raviver la comèdie musicale au cinéma. J'ai donc cherché dans le passé musical d'Hollywood: Un de mes films cultes est "Singin' in the Rain", que j'ai découvert dans une édition DVD sublime, qui montre à quel point les acteurs tels que Gene Kelly étaient des génies. De vrais entertainers et performers qui enchainaient numéros époustouflants (ah les claquettes!) et chansons entrainantes (Good Morning, Good Morning...!), une vraie leçon! J'ai donc continué sur ma lancée en louant et empruntant des films comme "Un Américain à Paris", "Tous en Scène" ou "My Fair Lady", à chaque fois un enchantement.

broadway2

Avec l'apogée de l'internet, les recherches sur les autres comèdies musicales devînt plus aisé. Je découvre les phénomènes qui remuent Broadway et plusieurs d'entres elles viennent de Disney qui s'étaient lancé dans l'aventure de transposer leurs films sur les planches. Je pars à Londres avec un ami pour aller voir l'adaptation de "The Lion King", un choc émotionnel énorme, le spectacle était merveilleux, les acteurs jouaient et chantaient en direct avec un orchestre qui jouait en live au pied de la scène! Je me dis qu'il y a un fossé énorme entre ce que je venais de voir et ce qu'il se faisait en France, à savoir les comèdies musicales formatées et dont les chansons polluaient les radio et qui sur scène se contentaient d'une bande karaoké. Bref le tourbillon Broadway m'emportait encore plus. "ChiCago" débarquait sur les écrans aussi, raflant pas mal d'Oscars et est devenu ma nouvelle lubie du moment, rebelotte, Bande originale en boucle, Dvd acheté en import et All that Jazz...  Bref Hollywood semblait bien décidé à exploiter à nouveau le filon musical et tant mieux! Je découvre aussi "CATS" en DVD prêté par un ami, j'adore l'extravagance des costumes et maquillages et l'efficacité des interprétations! Peu après une compagnie québécoise a la bonne idée de faire passer la version scènique de Chicago à Paris, l'occasion idéale d'aller voir ce que donne une comèdie musicale comparé à l'écran. J'assiste avec mes 2 amis à la dernière représentation du show et même si les sièges étaient pas idéals, le spectacle et les chorégraphies de Bob Fosse nous emportent! Encore! Je me remets à acheter des DVDs dans la veine: Cabaret avec Liza Minelli!

broadway3

Puis tout s'accélère ces derniers temps, plein de découvertes grâce à Lilly tout aussi fan de l'univers. "Avenue Q" et ses marionettes qui chantent et parlent des sujets de société via des chansons telles que If you Were gay ou Everybody is a Little Bit Racist nous charment absolumment (jusqu'à nous faire vouloir les adapter en France!) et j'ai vraiment hâte de les découvrir en live vu qu'ils débarquent en juin à Londres. L'ambiance sixties délurée de "Hairspray" est irrésistible et la version scènique de "Grease" de passage à Paris is the word! Sans oublier les dernières découvertes comme "Wicked", "The Boy From Oz", "the Producers" ou encore "RENT" que je découvre d'abord en film et qui est ma nouvelle drogue en ce moment.
Disney aussi continue sur leur lancée, j'ai vu Mary Poppins à Londres l'an dernier et c'était vraiment magnifique et le prochain trip s'annonce aussi très West End en compagnie de fans comme Lilly, Thomas et audray avec "Avenue Q" comme dit plus haut mais aussi "Chicago". Sans compter que les productions de qualité semblent venir tester le marché français cet automne avec "Cabaret" dans la version de Sam Mendes qui parait-il est génial aux Folies Bergères, l'adaptation d'"Edward aux Mains d'Argents" et "Le Roi Lion" pour l'an prochain. Bref l'avenir s'annonce pas si mal pour les amateurs du genre qui sont trop peu en France, j'espère que le phénomène s'inversera pour qu'on voit nous aussi un jour, la même culture qu'on peut trouver dans le Broadway de New York ou le West End de Londres, No day but Today!

Repost 0