Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 16:14

Sur le même concept que Paris, Je T’Aime, à savoir des courts-métrages réalisés par une myriade de cinéastes et interprétés par un casting éclectique qui a pour thème la ville des lumières, New York, I Love You rendra hommage à la Grosse Pomme et aux histoires d’amour qui y naissent. Etant amoureux de cette ville, je ne peux qu’être impatient de voir ce film, d’autant plus que l’affiche (très jolie au passage) réunit un casting alléchant.


Du côté des réalisateurs, nous retrouverons pêle-mêle : Natalie Portman, Allen Hughes, le frenchy Yvan Attal, Shekhar Kapur, Mira Nair, Fatih Akin, Shunji Iwai, Wen Jiang, Brett Ratner et Andrei Zvyagintsev. Devant les caméras, nous pourrons compter sur Bradley Cooper (Very Bad Trip), Shia Labeouf (Transformers), Orlando Bloom (Pirates des Caraïbes), Hayden Christiensen (Jumper), Ethan Hawke (Before Sunset), Kevin Bacon, Rachel Bislson, John Hurt, Julie Christie, Christina Ricci, Olivia Thirlby, Justin Bartha et encore plein d’autres. Vous pouvez visionner la bande-annonce ci-après et commencer à devenir très impatient. La sortie est fixée au 16 octobre aux USA et rien de fixe pour le moment en France.


Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 17:39

Après Transformers, les studios de la Paramount adaptent une nouvelle fois une ligne de jouets d’Hasbro pour en faire un blockbuster calibré pour le divertissement de masse avec G.I Joe : Le Réveil du Cobra. Le résultat ressemble à une mauvaise blague. L’auteur Stephen Sommers, à qui l’on doit le premier opus de La Momie mais également le second et Van Helsing (qui a failli tuer la carrière de Hugh Jackman), nous livre un film de série B peu avare en action mais franchement chiche côté scénario et direction d’acteurs. Les personnages sont caricaturaux au possible et le manque de développement de ceux-ci frôlent l’insolence (des flashbacks irritants ponctuent le film). Côté interprétation, ce n’est pas mieux : Channing Tatum est aussi musclé qu’inexpressif, Sienna Miller ne trouve son salut que dans sa combinaison latex et on se demande encore ce qu’est venu faire Joseph Gordon Lewitt (Mysterious Skin) dans cette galère.


Les scènes d’action sont remplies d’effets numériques (parfois pas très jolis) et aurait gagné à être plus lisibles et plus concises. Le final sous-marin m’a fait décroché très vite et je me suis endormi. Reste quelques moments de fun plutôt sympas, à l’image de la destruction de la Tour Eiffel et le personnage de Snake Eyes, incarné par le cascadeur Ray Park qui a déjà à son actif Darth Maul dans Star Wars Epidose 1, le Crapaud dans X-Men ou encore le Chevalier sans tête dans Sleepy Hollow. Au final, G.I Joe est un blockbuster de seconde zone, limite abrutissant, réservé aux mangeurs de popcorn peu regardants de ce qu’ils ont à l’écran.

Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 09:00

Dans le New York des années 60, une jeune auteur débarque en ville pour promouvoir son livre féministe baptisé Down With Love qui prône l’égalité des sexes, voire plus de liberté pour les femmes. Ce que le journaliste et tombeur de ces dames sans scrupules, Catcher Block, ne voit pas d’un très bon œil et refuse au premier abord d’assurer l’interview, préférant courir les jupons de ses multiples conquêtes. Mais lorsque le livre rencontre un succès mondial, son intérêt grandit et il tente de séduire l’écrivain afin de la déstabiliser et de rassasier son appétit de presse à scandales. Une guerre des sexes où les coups bas pleuvent. Le fim réalisé par Peyton Reed (Yes Man, American Girls) est ma comédie romantique préférée car elle mêle tous les ingrédients pour passer 1h40 de pur divertissement. Habilement écrit et soigneusement mis en scène, Bye Bye Love fait preuve d’un second degré constant et dans cet exercice, Ewan McGregor et Renée Zellweger excellent. Le premier fait preuve d’un charisme et d’un charme fou tandis que la deuxième livre une prestation légère et séduisante. N’oublions pas les seconds rôles irrésistibles tels que l’excellent David Hyde Pierce et la très drôle Sarah Paulson.


Les gags et les dialogues écrits d'une plume habile et à l'humour fin sont légions et frappent toujours juste. Ajoutez à cela l’ambiance sixties et kitsch à base de couleurs pastels saturées, de costumes d’époques minutieusement reproduits et de la musique entraînante de Marc Shaiman (le compositeur d’Hairspray), et vous obtenez un condensé de bonne humeur dont on ressort avec le sourire et l’envie de retourner à la frivolité de cette ère insouciante. Peut-être pas parfait, la faute à quelques longueurs sur la fin avec des retournements de situations un tout petit peu lourdingues, Bye Bye Love demeure un film drôle et au charme indéniable, un bien bel hommage aux comédies américaines de  Doris Day et Rock Hudson. Bonus : Ewan Mcgregor et Renée Zellweger, qui ont fait leur preuve dans la comédie musicale avec respectivement Moulin Rouge et Chicago, poussent la chansonnette dans le générique de fin avec le titre « Here’s To Love ». Laissez-vous séduire !

Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 12:00

Pour son premier film en tant que réalisatrice, Drew Barrymore a choisi la révélation de Juno, Ellen Page, pour incarner le premier rôle de Whip It . Elle y incarne une adolescente rebelle et pas vraiment à sa place dans la société qui décide un jour de s’inscrire dans un club de « Roller Derby ». Pour les profanes, c’est un sport typiquement américain dans lequel des hommes ou des femmes, montés sur des patins à roulettes, s’affrontent par équipes de cinq sur une piste en ovale. Un jeu assez violent où tous les coups sont officieusement permis. L’héroïne du film y trouvera son salut et des aventures trépidantes en compagnie des Hurl Scouts, une bande de jeunes femmes pas comme les autres.


Au casting, on retrouvera du beau monde. Drew Barrymore sera également devant la caméra puisqu’elle incarnera Smashley Simpson, l’une des rollergirls de choc de l’équipe composée également de Juliette Lewis, Zoe Bell (la cascadeuse du Boulevard de la Mort de Tarantino) et Kristen Wiig (que les amateurs du Saturday Night Live connaissent). L’actrice oscarisée Marcia Gayden Church interprètera quand à elle la mère de l’héroïne. La bande-annonce laisse présager une comédie sympathique avec des comédiennes au sommet de leur forme, dans tous les sens du terme. La sortie est prévue pour le 9 octobre aux Etats-Unis et aucune date n’a encore été arrêtée pour la France.


Site officicel : http://www.foxsearchlight.com/whipit/
Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 20:48

C’est tout frais et c’est officiel ! Robbie Williams est de retour ! Il faut dire qu’on s’inquiétait nous, avec toutes ces rumeurs qui courraient sur son état de santé, sa passion dévorante pour les extra-terrestres, on commençait à perdre espoir., surtout que Rudebox nous avait laissé un goût mitigé. Mais nous pouvons désormais nous rassurer, puisque le site officiel du chanteur annonce la sortie de son nouvel album pour le 9 novembre 2009. Robbie Williams bossait sur ce nouvel opus, baptisé Reality Killed the Video Star, depuis de longs mois avec son producteur Trevor Horn. Le premier single, Bodies, sortira le 12 octobre et sera disponible sur les plates-formes de téléchargement en ligne un jour avant. Sur le site officiel, vous pouvez visionner une vidéo montrant le photoshoot auquel s’est livré l’ex Take That pour la promotion de son album. Pour fêter ça, je vais me remettre Escapology dans la platine !


Site officiel: http://www.robbiewilliams.com
Repost 0
Published by Kinoo - dans Musique
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 15:00
LES NEWS :
C'est officiel! Ridley Scott réalisera un nouveau film basé sur Alien, 30 ans après le premier film. Actuellement en tournage avec Russell Crowe sur Robin Hood, le réalisateur se penchera sur les origines de la bestiole la plus terrifiante de l'espace.
Hugh Jackman incarnera P.T Barnum, le célèbre directeur du plus grand cirque du monde, dans un film biographique musical baptisé The Greatest Show on Earth. Il poussera la chansonnette aux côtés de Anne Hathaway. On se souvient encore de leur duo sur la scène du Kodak Theatre lors de la dernière cérémonie des Oscars. Ils ne pouvaient pas en rester là! 
Carla Gugino, que l'on a vue récemment dans Watchmen, vient de signer pour figurer au casting du prochain film de Zack Snyder, Sucker Punck. Elle rejoint ainsi une distribution très féminine dans laquelle on retrouve entre autre Vanessa Hudgens, Emily Browning ou encore Abbie Cornish.
Sam Worthington (Terminator Renaissance) remplacera Tom Cruise dans The Tourist, le remake américain du film français Anthony Zimmer. Il partagera l'affiche avec la belle Charlize Theron.
Après le désistement de Gore Verbinsky, le tout Hollywood se demandait bien qui pouvait reprendre la barre de réalisateur pour Pirates des Caraïbes 4 dont le tournage se profile pour avril 2010. Et bien il semblerait que Rob Marshall, réalisateur de Chicago et Mémoires d'une Geisha, soit le favori pour le moment.  
Bryce Dallas Howard, vue dans Terminator Renaissance, remplacera Rachelle Lefevre dans le rôle de Victoria dans Twilight 3. Un conflit d'emploi du temps de la part de cette dernière serait la cause de ce changement de casting.


LES IMAGES DE LA SEMAINE : Clones ( Surrogates )
Des affiches virales et un peu glauques il faut le dire, pour la promotion du prochain film de Bruce Willis distribué par Disney: Clones (Surrogates).

BONUS
: Evènement AVATAR :

Le vendredi 21 août, le jour de mon anniversaire, ce sera l' Evènement Avatar organisée par la 20th Century Fox pour promouvoir le prochain film de James Cameron. 15 minutes d'images exceptionnelles seront diffusées dans les cinémas Gaumont et Pathé équipés d'un projecteur en 3D. Ces séances seront gratuites et ouvertes à tous, dès 18h, et débuteront toutes les 30 minutes.

Synopsis :
AVATAR, le nouveau film d’action et d’aventure fantastique de James Cameron, nous entraîne dans un nouveau monde spectaculaire qui repousse les limites de notre imagination. Sur la lointaine planète de Pandora, Jake Sully, un héros malgré lui, se lance dans une quête de rédemption, de découverte, d’amour inattendu, dont l’issue sera un combat héroïque pour sauver toute une civilisation.


Conçu par James Cameron il y a quatorze ans, lorsque les moyens techniques pour réaliser sa vision n’existaient même pas, AVATAR a demandé plus de quatre ans de travail quotidien en production. Le film marque une percée extraordinaire dans un nouvel univers visuel, et offre au spectateur une expérience cinématographique immersive et une histoire spectaculaire, riche en émotions.


Voici la liste des salles françaises dans lesquelles vous pourrez assister à l'évènement:

-          Bordeaux : Gaumont Talence
-          Lieusaint : Gaumont Carré Sénart
-          Lyon : Pathé Carré de Soie
-          Marne la vallée : Gaumont Disney Village
-          Marseille : Pathé Plan de Campagne
-          Montpellier : Gaumont Multiplexe
-          Nantes : Pathé Atlantis
-          Paris : Gaumont Champs-Elysées Marignan
-          Paris : Gaumont Opéra (côté Capucines)
-          Rennes : Gaumont
-          Rouen : Pathé Docks 76
-          Toulouse : Gaumont Wilson


Plus d’informations à partir du 19 août sur les sites www.cinemagaumont.com, www.cinemapathe.com et www.avatar-lefilm.com.
Repost 0
Published by Kinoo - dans Brèves
commenter cet article
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 11:54

Aujourd’hui, retour sur l’un des musicals les plus célèbres de Broadway et du West End, j’ai nommé Chicago. Ecrit dans les années 1970 par John Kander et Fred Ebb (les mêmes auteurs que Cabaret) et magistralement chorégraphié par le légendaire Bob Fosse, le musical se pose en classique parmi les classiques. Plus encore, depuis que l’adaptation cinématographique avec Renée Zelwegger et Catherine Zeta-Jones ait fait un carton au box-office en 2002. Mais pour tout ceux qui comptent découvrir le spectacle après avoir visionné le film, il est important de préciser que ce sont deux expériences totalement différentes. Si le film a réussi à élargir l’univers de l’histoire et développer l’intrigue et les personnages avec des décors riches en détails, rien ne remplacera le fait de découvrir le show en live, même si la mise en scène épurée peut rebuter les non-initiés (l’orchestre est au centre de la scène et fait office de décor la plupart du temps). L’histoire est assez simple : Dans le Chicago des années 30, Roxie Hart tue son amant et est envoyée en prison dans laquelle elle rencontre son idole Velma Kelly, une chanteuse de cabaret qui a assassiné sa sœur et son mari après les avoir surpris au lit. Une mésaventure qui n’arrêtera pas ses rêves de célébrité grâce au séduisant avocat Billy Flynn.


Même si la pièce a été écrite en 1975, les thèmes abordés sont résolument d’actualité : la poursuite de la gloire, la satire des médias, les limites du rêve américain passent à la moulinette de l’humour noir et des répliques assassines du show. Les chansons jazzy sont prenantes dès la première écoute, et associées aux chorégraphies sensuelles et diablement efficaces de Bob Fosse, c’est un mélange détonnant. Les numéros du Cell Block Tango, All That Jazz ou encore I Can’t Do It Alone sont des incontournables du genre. J’ai vu le spectacle deux fois à Londres et une fois à Paris en 2004, et à chaque fois le cast débordait d’énergie, ainsi que l’orchestre omniprésent. Côté mise en scène, elle est très épurée mais offre des images magnifiques, grâce notamment aux jeux entres la lumière et les ombres qui subliment les mouvements de danse de Fosse. La pièce se joue depuis 12 ans à Londres maintenant et est devenu un must-see des musicals du West End, au même titre que The Phantom of the Opera. Chaudement recommandé !

Repost 0
Published by Kinoo - dans Musicals
commenter cet article
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 23:16

Pendant les guerres napoléoniennes, le vaisseau britannique sous les ordres du Capitaine Jack « la Chance » Aubrey, a pour mission de neutraliser un navire français tentant d’exporter le conflit dans le Pacifique. La détermination du capitaine à accomplir sa mission lui vaudra de se mettre une partie de son équipage à dos et les réflexions pragmatiques de son ami et médecin de bord, le navire tricolore étant supérieurement armé. Réalisé par Peter Weir, ce film épique et efficace nous plonge dans le quotidien palpitant mais difficile des hommes à bord. Plus réaliste et ancré dans la réalité que la saga Pirates des Caraïbes, Master & Commander : De l’Autre Côté du Monde n’en demeure pas moins réussi. Le cinéaste s’empare des codes du film d’aventure marin et leur donne un coup de fouet vitalisant. La mise en scène est vraiment inspirée et offre des plans de batailles navales brutes de décoffrages et limite barbares, préférant mettre en valeur les effets physiques (explosions, cascadeurs…) au numérique.


Outre les affrontements belliqueux, le film offre également une incursion au plus proche des marins dans la vie qu’ils menaient en mer. Ainsi, les personnages sont soumis aux épreuves de la solitude, de la mutinerie, des superstitions tenaces, de la souffrances, des conditions d’hygiène, de la mort etc… Les costumes magnifiques renforcent le réalisme de l’œuvre et les décors naturels offrent un moment de dépaysement assuré. Russell Crowe est à l’aise et semble avoir le pied marin dans la peau du Capitaine Aubrey, et fait preuve d’un charisme à toute épreuve. Il incarne ce leader avec une fougue naturelle et une virilité indiscutable, et ce, malgré les cheveux longs et les pantalons serrés :D. Paul Bettany est impeccable également, dans le rôle du médecin du navire et naturaliste à ses heures. Master & Commander est donc un film d’aventure très réussi et prenant qui mérite assurément qu’on lui hisse la grand-voile.

Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 10:00

Tony Scott (Domino, Déjà-Vu) remake un classique du thriller américain en opposant John Travolta et Denzel Washington dans L’Attaque du Métro 123. Situé dans le réseau ferroviaire de New York, l’action du film se met en place très vite et suit la prise d’otages d’une rame par une bande de mercenaires menés par le bourru et légèrement frappé Ryder, qu’incarne un Travolta en roue libre et grimé comme un village people. Face à lui, via la radio, Denzel Washington est un ingénieur des transports en commun de la Grosse Pomme qui s’est retrouvé derrière le mauvais micro au mauvais moment. Ce dernier livre une performance plus sobre et forcément plus juste que son comparse, peu avare en mimiques dans la peau du pirate du rail. Leur duel ne fait hélas pas d'étincelles, la faute en partie à des dialogues soit peu inspirés, soit lourdingues.


La mise en scène est inspirée et audacieuse, mais l’excès de zèle dans les mouvements de caméra donne le tournis et finit par lasser. Les clichés techniques du blockbuster ou de la série B d’action semblent s’être donnés rendez-vous : musique pompeuse, montage épileptique, caméra parkinsonienne… Rien n’est épargné. Le scénario ne fait pas non plus preuve d’originalité, se nourrissant des conventions du genre, et on se retrouve au final avec un thriller sans génie ni innovation, mais qui sait tout de même manier le suspense, même sur un court instant. Reste des jolis plans aériens de New-York et James Gandolfini (The Sopranos) savoureux en maire de la ville...

Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 10:00

La dernière comédie américaine en date réunit Paul Rudd (Les Grands Frères) et Jason Segel (de la série How I Met Your Mother) dans une comédie bien sage sur les relations amicales entres mecs. Mais attention, malgré les apparences (pitch, casting…), il ne s’agit pas d’une production Apatow, le papa de Supergrave ou encore de En Cloque Mode d’Emploi. Et il faut avouer que l’on sent la différence. Paul Rudd incarne Peter, un agent immobilier de Los Angeles sur le point de se marier. Le seul soucis, c’est qu’il n’a pas de témoins, faute d’avoir assez d’amis masculins dans son entourage, à part son frère gay (Andy Samberg du SNL). La force du film réside dans le jeu des deux comédiens toujours très justes et très drôles par moment, dont l’alchimie donne tout son sens aux thèmes abordés. Paul Rudd délivre une performance plutôt sobre mais qui parvient tout de même à toucher, tandis que Jason Segel est parfait dans le rôle du mâle viril et sans gêne en qui le héros va trouver un ami.


Hélas, les prestations du casting ne suffisent pas pour combler un scénario qui traîne en longueur. De plus, le film est drôle mais pas hilarant. Certaines scènes tirent leur épingle du jeu mais on a l’impression de les avoir déjà toutes vues dans la bande-annonce. La faute à un réalisateur, John Hamburg, qui n’ose pas aller aussi loin dans le délire que les poulains de l’écurie Apatow. Le bougre avait déjà assagi Ben Stiller dans le fade Polly & Moi. On aurait aimé plus d’audace, dommage. En fin de comte, I Love You, Man est une comédie honnête mais pas démentielle, malgré ses deux acteurs confirmés dans le genre.

Repost 0
Published by Kinoo
commenter cet article