Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 00:01
LES NEWS :
Amy Adams (Il Etait Une Fois, Doute) a rejoint le casting de The Fighter, dont le tournage devrait commencer le mois prochain. Réalisé par David O. Russel, le film est un biopic du boxeur Mickey Ward qu'incarne Mark Wahlberg. Le reste du casting se compose de Christian Bale qui jouera son frère et de Melissa Leo qui sera leur mère. Amy Adams jouera une serveuse de bar et la petite amie du héros.
Après L'Etrange Histoire de Benjamin Button, David Fincher s'attaque à... Facebook! Le réalisateur prodige préparer en effet un biopic baptisé The Social Network, sur la vie de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Kevin Spacey produit via sa boîte et les premières rumeurs de casting hésitent entre Shia Labeouf (Transformers) et Michael Cera (Supergrave) pour le rôle titre.
Avant de s'attaquer au spin-off consacré au superhéros Deadpool, Ryan Reynolds tournera Buried dans lequel il joue un entrepeneur kidnappé en Iraq et enterré vivant avec un téléphone, un couteau et une bougie.
Alors que Transformers 2 explose le box-office mondial, Michael Bay s'apprête à produire et peut-être même réaliser I Am Number Four, une adaptation ciné d'un roman de science-fiction. L'histoire raconte les aventures de neuf extra-terrestres exilés sur Terre après que leur peuple ne soit décimé par une horde d'hostile aliens. Steven Spielberg devrait être le producteur exécutif.
Le remake du Loup-Garou de Londres est en préparation, presque trente ans après l'original écrit et réalisé par John Landis
Espérant toujours réussir à faire un bon film adapté d'un jeu vidéo après les nanards tels que Hitman ou Max Payne, Hollywood vient de donner le feu vert à l'adaptation de Uncharted: Drake's Fortune.


LA BANDE-ANNONCE DE LA SEMAINE : Le Dernier Maître de l'Air



Synopsis: Un étrange et irresponsable personnage, successeur d'une longue lignée d'Avatars, est chargé d'empêcher la nation du Feu de conquérir celles de l'Eau, de la Terre et de l'Air. L'adaptation live du dessin animé Avatar: The Last Airbender par le réalisateur du Sixième Sens.


LES IMAGES DE LA SEMAINE : La Princesse & La Grenouille

De gauche à droite: Célébrons le retour à l'animation traditionnelle des studios Disney avec La Princesse & la Grenouille. Au programme: une ambiance jazz et magique de la Nouvelle Orléans et une myriade d'attachants personnages comme à la bonne époque.

LES SORTIES DE LA SEMAINE :

Une semaine assez calme en ces jours estivaux où le soleil tape fort dehors. Alors pour se rafraîchir dans une salle de cinéma, rien de mieux que L'Âge de Glace 3: Le Temps des Dinosaures (qui sort vendredi!) qui offre un troisième volet toujorus sympathique à défaut d'être original. Les fans de Woody Allen iront voir le nouveau film du cinéaste Whatever Works avec sa nouvelle muse Evan Rachel Wood. A noter: la sortie de Rebelle Adolescence, un film tourné en 2005 dans lequel Elle Page (Juno) faisait ses débuts.

BONUS : Scrat Superstar!

A l'occasion de la sortie de l'Âge de Glace 3, la galerie Arludik à Paris propose une exposition vente de dessins originaux issus des studios BlueSky. En plus, le créateur de Scrat, l'illustrateur Peter de Sleve, a effectué une dizaine de croquis originaux de son animal fondu de gland. Pour nos amis de Province, vous pourrez retrouver ces dessins dans des mini expos dans les magasins FNAC de Lyon, Annecy, Bordeaux, Nantes, Reims et Rouen.


Repost 0
Published by Kinoo - dans Brèves
commenter cet article
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 18:44

Le réalisateur Abel Ferry fait ses débuts au cinéma avec Vertige, un long-métrage qui mélange le thriller d’haute altitude façon Cliffangher et le film de genre à la française. Le résultat a le mérite de sortir des sentiers battus de ce qu’il se fait en France mais reste néanmoins un divertissement de bien pauvre facture. Le scénario est simpliste au possible et raconte comment le périple de cinq jeunes amis avides de sensations fortes, va se transformer en cauchemar lorsqu’ils décident de se lancer dans une via ferrata fermée. A la décharge du film, les scènes d’escalades ont été tournées en décors réels (pour avoir été sur le tournage, vous pouvez me croire), ce qui confère à la première partie du film une crédibilité que n’avaient pas Sylvester Stallone ou les héros de Vertical Limit par exemple. Les plans vertigineux et les scènes de bravoure sur une passerelle qui explose sont par conséquent efficaces et prenants. Mais ça s’arrête là, les dialogues sont pauvres et débités par un casting visiblement pas dirigé. Fanny Valette minaude tandis que Johan Libéreau doit se contenter de jouer le peureux de service pendant tout le film. Ceux qui s’en sortent le mieux sont Nicolas Giraud et la jeune Maud Wyler, résolument les plus convaincants. Quand à la seconde partie, durant laquelle les héros sont pourchassés par un humain/monstre/mutant au look ridicule, elle sombre dans les clichés du genre et dans le grand guignol aux effets qui prêtent plus à sourire qu’aux frissons.

Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 22:00

Malgré le succès des films, s’il y avait bien un endroit où l’on attendait pas voir débarquer l’homme araignée c’est bien sur les planches d’une comédie musicale de Broadway. Et pourtant, dès janvier 2010, les spectateurs pourront aller applaudir Spider-man : Turn Off the Dark au Hilton Theatre à New York. Vous êtes dubitatifs ? Je peux le comprendre et je l’ai été moi aussi à l’annonce du projet, mais attendez de voir l’équipe créative qui a été réunie pour mener le spectacle à bien et l’incrédulité laissera place à l’impatience. Sur la chaise du metteur en scène, on retrouve Julie Taymor, à qui l’on doit déjà la formidable adaptation du Roi Lion à Broadway et dans les théâtres du monde entier. Elle a également mené une carrière de cinéaste en réalisant Frida (avec Salma Hayeck) et le récent Across The Universe, inutile donc de préciser que c’est une pointure dans le milieu. A la musique, Bono et The Edge du groupe U2 signent la partition et les chansons qui promettent d’être rock’n roll. L’une des chansons révélées à la presse, « Rise Above », a d'ailleurs été comparée aux meilleures mélodies de Rent.


Côté casting, on ne sait toujours pas qui incarnera Peter Parker/Spider-Man, même si les rumeurs parlent de Jim Sturgess, le héros d’Across the Universe (et de Las Vegas 21). Evan Rachel Wood, vue aussi dans le film de Julie Taymor ainsi que dans le dernier Woody Allen Whatever Works, a quand elle été confirmée dans le rôle de Mary Jane. Julie Taymor ne tarît d’ailleurs pas d’éloges sur la voix lyrique de sa protégée. Enfin, Alan Cumming, un acteur que l’on a vu dans X-Men 2 et Goldeneye, sera l’un des ennemies jurés du héros : Le Green Goblin. Ce comédien écossais n’est pas un novice dans le milieu musical puisqu’il avait tenu le rôle de Emcee dans le revival de Cabaret mis en scène par Sam Mendes en 1998, ce qui lui avait valu un Tony Award. Pour en revenir au show, les décors représentant les hauts lieux de New York promettent d’être impressionnants. Le Chrysler Building, le pont de Brooklyn et la rédaction du Daily Bugle font partie des décors récurrents et leurs perspectives seront calquées sur le point de vue de Spider-man. « Le spectacle ne ressemblera pas du tout aux films de Sam Raimi », a déclaré Julie Taymor, « je me suis inspiré des premiers comic books pour créer l’univers du musical». Le metteur en scène prévient également les habitués de Broadway que Spider-man ne sera pas une comédie musicale typique et décrit son bébé comme un «cirque rock’n roll dramatique ». De la part de la femme qui a redonné un coup de fouet en 1997 avec The Lion King, on ne peut que s’attendre à l’inattendu et l'impatience se fait en effet ressentir.

Repost 0
Published by Kinoo - dans Musicals
commenter cet article
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 00:42

J’ai appris la nouvelle ce matin au travail de la bouche de mes collègues. Ayant passé la nuit d’hier sans courant électrique à la maison (je m’éclairais à la bougie, c’était cocasse), je n’avais pas eu vent des rumeurs et des nouvelles qui agitaient les médias. Michael Jackson n’est plus. Je n’étais pas un fan invétéré de l’artiste, pas autant que les Mathias par exemple qui m’ont l’air effondrés par la nouvelle, mais je restais admiratif du parcours de l’homme et du talent indéniable dont il faisait preuve sur scène. Ses pas de danses étaient de l’ordre du prodige et le Moonwalk est juste mythique. Et puis c’est tout de même avec Michael Jackson que les clips musicaux sont nés et il nous a livré des sommets du genre (« Thriller », « Bad »…). Je n’arrivai pas à croire à la nouvelle durant toute la matinée, concrétisée pour ma part par un petit encart au conditionnel dans le journal du jour. Toute la journée, je me ressassais dans la tête que ce n’était peut-être qu’un gigantesque coup marketing : Face aux ventes énorme des billets de concert marquant son retour sur scène, le feu King of Pop ne s’est peut-être pas senti à la hauteur de ses débuts et a préféré disparaître (comme Elvis ouais !), pour mieux ressusciter dans quelques mois avec la sortie d’un nouvel album. Ou alors, doutant de sa popularité, il crée une fausse mort pour se rassurer (comme Ross dans Friends ouais !).

Mais ces délires se sont vite effacés quand je suis rentré chez moi, il y a quelques minutes et en lisant les témoignages à travers le monde pleurant l’icône d’une génération. Combien d’artistes ont été inspiré par la carrière de MJ ? Même si ces dernières années ont été éprouvantes et que bien des zones d’ombres ont entachés le monde fantaisiste de l’artiste, il faut saluer la mémoire d’un mythe. Comme quoi, on se rend compte que personne n’est immortel, même Michael l’Invincible, et ça fait quand même un choc. La dernière fois qu’une mort m’ait autant attristée fut celle de la Princesse Diana je pense en 1997, avec la même ferveur médiatique. Et comme on est sur un blog à tendance cinéphiles, il est fort probable que cette triste nouvelle va pousser Hollywood à donner le feu vert à un biopic sur la tumultueuse destinée du chanteur. Le plus dur restera à trouver un acteur caméléon pour incarner Michael Jackson. Quoique Johnny Depp en Willy Wonka dans Charlie & la Chocolaterie, c’était pas loin déjà !

Photo: Empireonline

Repost 0
Published by Kinoo - dans Musique
commenter cet article
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 19:00

Après la déception artistique et publique de Miami Vice, le grand Michael Mann a décidé de frapper un grand coup avec ce portrait de John Dillinger, célèbre braqueur de banques dans l’Amérique des années 30 dont la vie semblait destinée à être racontée par le cinéaste : En pleine Dépression, il dévalisait les banques américaines avec son gang, narguant les autorités et faisait l’objet de la fascination du public, qui voyait en lui un fougueux vengeur envers les établissement financiers qui les arnaquaient. Pour filmer cette fresque intense et fascinante, le réalisateur a repris sa caméra digitale en haute définition (qu’il utilise depuis Collateral), qui confère à la reconstitution une atmosphère assez inédite entre réalisme contemporain et images du passé qui pourra peut-être dérouter les puristes. D’autant plus que certains plans sont volontairement approximatifs, excentrés avec des gros plans brouillons et des raccords grossiers. Mais grâce à ces choix esthétiques, le spectateur est au plus près de son héros résolument humain, incarné de tout son corps et de son esprit par un Johnny Depp habité.


Plus élégant que jamais, il est d’une intensité de chaque instant, même dans les moments tendres qu’il partage avec Billie Frechette, l’amour de sa vie joué par Marion Cotillard. Cette dernière, malgré mes craintes, s’en sort avec les honneurs (notamment grâce à la scène de l’interrogatoire musclé) même si elle n’apparaît pas énormément à l’écran et a (presque) réussit à faire disparaître son accent français. Quand à Christian Bale dans le rôle du tenace agent Melvin Purvis, il ne semble plus pouvoir desserrer sa mâchoire depuis Batman Begins et fait preuve de (trop ?) de sobriété. Les scènes de bravoures sont maîtrisées et le réalisateur offre des plans de toute beauté. Que ce soit les braquages de banques millimétrés et élégants (l’image de Johnny Depp sautant par dessus le comptoir vaut mille discours) ou l’impressionnante embuscade nocturne dans les bois rythmée par une fusillade nerveuse à couper le souffle pendant les quatorze minutes que dure la scène, Mann a sorti les gros calibres. Et n'oublions pas les jeux de lumières sublimes qui parcourent le film. Mais la plus belle scène intervient sûrement avant le final, qui décrit les dernières heures de Dillinger, où la tension monte crescendo. Grand cinéphile, il admire Clark Gable sur un grand écran, voyant en lui un reflet sublimé de sa propre vie. Un éclat de génie poétique et enivrant que la dernière scène, trop expédiée, n’arrive pas à égaler en intensité. Légèrement imparfait, Public Enemies offre une expérience cinématographique captivante, visuellement hypnotique et se pose sans mal en tant que grande œuvre du 7ème art américain dont une unique vision ne suffit pas.
Sortie en Salles: O8.O7.O9


Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 00:00

Après deux sympathiques aventures, les héros givrés et animés des studios BlueSky (Horton) reviennent dans un nouvel épisode dans L’Âge de Glace 3 : Le Temps des Dinosaures. Faisant fi des vérités archéologiques, les créateurs ont envoyé Sid, Manny, Diego et toute la clique des mammifères préhistoriques à la rencontre de leurs ancêtres les reptiles géants, et réservent au spectateur un divertissement drôle et charmant à défaut d’être vraiment original. Alors que les deux mammouths attendent leur premier éléphanteau, Sid le paresseux décide d’assouvir ses besoins paternels sur un trio d’œufs qu’il découvre dans une sombre caverne. A l’intérieur de ces derniers, il y a trois petits tyrannosaures dont la maman va vite venir les chercher, afin de les ramener (avec Sid) dans leur Monde Perdu sous la glace dans lequel le temps semble s’être arrêté. Nos compères vont donc s’aventurer dans une jungle florissante à la rescousse de leur maladroit ami, un périple propice à une aventure riche en gags et à des situations plutôt bien trouvées. Si la recette n’a pas changée et ne propose guère d’innovation comparé aux précédents volets, il est toujours agréable de retrouver cette galerie d’attachants personnages, doublée en version originale entre autres par John Leguizamo (Moulin Rouge !), Ray Romano (Everybody Loves Raymond) et Queen Latifah (Chicago). Ils tombent d’ailleurs sur une nouvelle recrue intéressante en la personne de Buck, une intrépide belette borgne qui a juré vengeance au dinosaure lui ayant arraché un œil, doublé par Simon Pegg (Hot Fuzz) en grande forme. Un mix entre le Capitaine Achab de Moby Dick, de Kurtz dans Apocalypse Now et d'un chipmunk!


Des thèmes intéressants sont abordés légèrement, comme la paternité ou celui récurent de l’amitié, mais on regrette toutefois des grosses longueurs et des scènes qui n’amènent franchement pas grand chose au film (la scène où Sid court derrière les œufs pendant de longues minutes n’est pas la plus drôle et semble servir de démo pour la version 3D relief). Niveau technologie, les studios BlueSky sont bien avancés et les fourrures des animaux ainsi que les décors de jungle, sont extrêmement bien rendus. L’animation quant à elle, est d’excellente qualité, bien meilleure qu’un Dreamworks mais légèrement en dessous d’un Pixar. Enfin, Scrat est de retour pour le bonheur de tous. L’écureuil en perpétuelle quête de son Sacré Gland doit cette fois affronter les charmes et les sournoiseries d’une concurrente de choc et de charme, Scratina, dans des saynètes aux influences cartoons absolument exquises de drôlerie. Dans l’ensemble, ce troisième Âge de Glace ne déçoit pas et offre toujours un bon moment de divertissement en compagnie de héros délurés et attachants. Il est seulement dommage de ne pas avoir cherché à innover un peu plus et à prendre des risques comme peuvent le faire les créatifs du studio à la lampe de bureau par exemple. Peut-être pour le quatrième épisode déjà en préparation qui selon les rumeurs, verraient nos héros décongelés dans un musée à notre époque.
Sortie en Salles: O3.O7.O9

Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 00:01
LES NEWS :
Dans la future comédie romantique et fantastique Zookeeper, le gardien d'un zoo demande conseil aux animaux pour séduire la femme de ses rêves, qui sera jouée par la belle Rosario Dawson. Et le bestiaire bénéficiera d'un casting vocal prestigieux:  Sylvester Stallone sera le lion, Cher une giraffe, Adam Sandler un singe cappucin, Jon Favreau un ours mal léché et Judd Apatow un éléphant. Le film s'annonce déjà comme un mix entre Notting Hill, Jumanji et La Nuit au Musée. Je suis curieux de voir ça.
Après Alice in Wonderland, Tim Burton retrouvera Johnny Depp pour leur huitième collaboration dans The Dark Shadows. Il s'agira d'une adaptation d'un soap opera fantastique dans lequel il est question de vampires, de fantômes et d'univers parallèles et dont le comédien est très attaché depuis l'enfance. La production devrait commencer l'année prochaine.
Le remake de Conan le Barbare avance. Suite au désistement de Brett Ratner, ce sera Marcus Nipsel (le réalisateur des nouvelles versions de Vendredi 13 et Massacre à la Tronçonneuse) qui sera derrière la caméra. Devant, le comédien et bodybuilder Roland Kickinger remplacera Arnold Schwarzenegger dans le rôle de l'illustre guerrier.
Moneyball dans la tourmente: Le film qu'avait prévu de tourner Steven Soderbergh (Ocean's 11) sur le baseball avec Brad Pitt en tête d'affiche est dans une mauvaise passe. Trois jours avant le début du tournage, les dirigeants des studios Sony ont stoppé net le projet considérant le sujet pas assez lucratif. Affaire à suivre...
Sean Penn a décidé de prendre une année sabatique loin d'Hollywood. Ainsi, il se retire des projets auxquels il était jusqu'alors attaché: The Three Stooges des Frères Farelly dans lequel il devait jouer avec Benicio Del Toro et Jim Carrey et Cartel, un thriller réalisé par Asper Leth. Les studios sont sur le pied de guerre pour lui trouver un remplacant.
Jessica Alba prépare son retour au cinéma grâce à Robert Rodriguez. Ce dernier a acheté les droits de la bande dessinée française Insiders, et souhaite donner le rôle titre à la comédienne que l'on a pas vue depuis Les Quatre Fantastiques & le Surfer d'Argent. Elle y interprètera une Najah Cruz, une aventurière colombienne chargée d'infiltrer la mafia locale.
Benicio Del Toro vient de rejoindre le casting de Somewhere, le nouveau film de Sofia Coppola, qui se déroulera dans un grand hôtel de Los Angeles.

LA BANDE-ANNONCE DE LA SEMAINE : 2012



Synopsis: Jamais une date n'avait été aussi importante pour de nombreuses cultures, reigions, scientifiques et gouvernements. "2012" raconte l'héroïque bataille d'un groupe de survivants à la suite d'un cataclysme planétaire. La nouvelle lubie destructrice de Roland Emmerich, le réalisateur de Independance Day et Le Jour d'Après.


LES IMAGES DE LA SEMAINE :
De gauche à droite: Une affiche présentant  le héros de 9, un film d'animation produit par Tim Burton Robert Downey Jr et Jude Law s'affichent sur les posters de Sherlock Holmes de Guy Ritchie: la classe!

LES SORTIES DE LA SEMAINE :


C'est un mercredi bien chargé qui vous attend avec la sortie du blockbuster de l'été, Transformers 2: la Revanche, qui saura ravir les amateurs d'action et de pyrotechnie. Ne passez pas à côté de la comédie U.S de l'année qui arrive chez nous, Very Bad Trip (The Hangover) est un délire jouissif et trash qui fera travailler vos zygomatiques. Ben Affleck et Russel Crowe sont à l'affiche de Jeux de Pouvoir, un thriller politique dont on dit le plus grand bien. Enfin, le cinéma indépendant américain nous livre une nouvelle pépite avec Sherrybaby porté par Maggie Gyllenhaal.

BONUS : La Fête du Cinéma et le Train Harry Potter à Paris

Samedi, la Fête du Cinéma célèbre ses 25 ans ! Pour l'occasion, la fête durera deux fois plus longtemps et s'étalera sur une semaine, du 27 juin au 3 juillet. Le principe reste le même, pour une place de ciné payée au tarif plein, les séances suivantes seront au tarif unique de 3 euros. Et côté films, le spectateur aura l'embarras du choix: Transformers 2, Lascars, Jeux de Pouvoirs, L'Âge de Glace 3, Coraline etc... Et vous, lesquels allez-vous voir ? Je me rappelle du temps où je ne possédais pas encore de carte UGC Illimitée, je profitais à fond de la Fête du Cinéma avec des potes du lycée et on s'enchaînait des films dans les salles de Montparnasse. Aujourd'hui, j'évite le cinéma pendant ces dates, les tarifs attractifs attirant aussi un public moins éduqué et moins cinéphile qui peuvent me gâcher une séance.

Dernière info pour les fans d'Harry Potter qui auraient loupé l'évènement au début du mois: Le train Harry Potter & le Prince de Sang Mêlé joue les prolongations à Paris, suite à l'énorme succès de la tournée dans toute la France. Rendez-vous sur les quais de la Gare d'Austerlitz aujourd'hui, Montparnasse demain et Gare de l'Est vendredi. Au programme: trois voitures remplies de décors du film, d'accessoires, des costumes, les animaux et de nombreuses activités.


Repost 0
Published by Kinoo - dans Brèves
commenter cet article
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 01:58

Quand Tim Burton s’attaque au classique de Lewis Caroll, les studios Disney se frottent les mains et préparent activement la sortie d’Alice in Wonderland prévue pour le printemps 2010. Le réalisateur de Sweeney Todd est en effet en pleine production de sa nouvelle version d’Alice au Pays des Merveilles, qui mettra en scène le retour de l’héroïne, désormais adolescente, dans le monde imaginaire peuplé d’êtres bizarres et décalqués qu'elle a visité dix ans auparavant. Et pour le côté bizarre de la chose, on peut compter sur l’imagination du cinéaste touffu qui a réussi à réinventer Wonderland en y ajoutant sa patte visuelle ébouriffante. Les décors semblent prometteurs à la vue des premiers concept-arts distillés ci et là sur la toile (dont un ci-dessous, montrant la scène des fleurs). Pour incarner la galerie de personnages fantasques du Pays des Merveilles, Tim Burton a fait appel à un casting royal.


Alice aura les traits de la jeune Mia Wasikowska, révélée par la série In Treatment et que l’on a vue dans Les Insurgés avec Daniel Craig. Pour la septième fois, il retrouve Johnny Depp qui incarne le Chapelier Toqué, méconnaissable sous un maquillage extravagant et un costume haut en couleurs. On aura sans doute droit à une performance incroyable, encore plus surprenante que Willy Wonka. Helena Bonham Carter incarne quant à elle la Reine Rouge, qui aura la particularité d’avoir la tête agrandie grâce aux effets numériques, pour un effet déstabilisant. Sa rivale, la Reine Blanche aura les traits angéliques d’Anne Hathaway, plus resplendissante que jamais. Le comédien britannique Matt Lucas de la série Little Britain, interprètera les deux jumeaux Tweedle Dee et Dum alors qu’Alan Rickman (Harry Potter) sera la Chenille. Le reste du casting compte Michael Sheen (The Queen) en Lapin Blanc, Christopher Lee (Le Seigneur des Anneaux) en Jabberwock ou encore Stephen Fry (Valkyrie) en Chat de Cheschire.

Le tournage a duré 40 jours et s’est terminé en décembre dernier. Depuis, le gros du travail consiste à incruster les performances des acteurs dans les décors numériques et animer les créatures en motion capture, le tout en 3D relief. Tout cela s’annonce visuellement merveilleux et on n’hésite pas une seconde à suivre le lapin blanc Tim Burton dans univers enchanteur ! 2010 est trop loin…
Repost 0
Published by Kinoo - dans Cinéma
commenter cet article
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 00:01

Bientôt à l’affiche du dernier film de Michael Mann, Public Ennemies (dont vous pourrez lire ma critique cette semaine), Johnny Depp a fait la couverture du dernier numéro du magazine américain Vanity Fair. Dans une séance photo très estivale, il prouve qu’à 46 ans, il garde un visage de jeune premier fougueux, c’est à se demander si il vieillira un jour. Dans le magazine, il se confie sur les vacances qu’il passe avec sa famille sur l’île privée qu’il s’est offerte l’an passé dans les Caraïbes. « C’est l’endroit le plus pur et le plus beau que j’ai pu voir dans ma vie, je m’y sens libre », confie l’acteur. Les six plages ont été baptisé Paradis, Lily Rose, Jack, Brando et Gonzo, respectivement d’après sa femme Vanessa, ses deux enfants, l’une de ses idoles (Marlon) et l’auteur Hunter S.Thomson (à qui l’on doit Las Vegas Parano). Avec sa tribu, il aime plonger et admirer les diverses espèces de poissons  et nourrir les requins dans un récif qu’il a appelé Heath’s Place, en hommage à Heath Ledger, comédien et ami décédé il y a plusieurs mois.


La méthode Depp pour se relaxer consiste à s’adonner à ses nombreux hobbies qui incluent la guitare, la lecture et la peinture:  « Ce que je préfère peindre dans un portrait, ce sont les yeux, » il poursuit, « c’est là que l’on trouve les vraies émotions, on se demande ce qu’il s’y passe derrière. » Johnny Depp, que l’on verra donc dans la peau du célèbre gangster John Dillinger dans Public Ennemies, a semble-t-il trouvé son paradis et il compte bien le préserver : « J’aime voir mes enfants grandir sur cette île plusieurs mois par an et apprendre des choses sur la vie marine afin de mieux la défendre, plus tard leurs enfants grandiront là également etc… » Pour conclure sur une note philosophique, il déclare avec le sourire : « L’argent ne peut pas vous acheter le bonheur, mais il peut vous acheter un yacht assez grand et puissant pour vous y conduire. » Johnny, je viens de poser mes congés pour septembre et je ne sais pas encore où partir, j’attends ton coup de téléphone.

Repost 0
Published by Kinoo - dans Entertainment
commenter cet article
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 19:17

En ce jour de Fête de la Musique, je reviens sur le concert auquel j’ai assisté il y a trois jours à Paris, celui des Naturally 7 au New Morning. Le nom de ce groupe ne vous dit peut-être rien, mais vous avez sûrement vu leur vidéo sur Dailymotion, dans laquelle les sept frères new-yorkais entonnent dans le métro parisien In The Air Tonight  à capella, à la grande surprise des passagers. Les mecs de Naturally 7, ce sont un peu les musiciens de la crise : fauchés pour s’acheter des instruments de musique ? Qu’à cela ne tienne, ils les remplacent avec leurs cordes vocales. En véritables pros du beatbox, ils parviennent à recréer un panel impressionnant de sons et d’instruments (harmonica, piano, platine de DJ…) et le rendu est juste hallucinant à voir en live. Le plus bluffant restant les démos individuelles de chacun avec notamment Warren qui recrée devant nous une batterie invisible, brillant !

Dans la petite salle du New Morning, le groupe a mis le feu. Généreux et plein d’humour, les frangins ont instauré une complicité avec le public dès les premières notes, culminant avec une chanson interactive où les spectateurs étaient invités à participer en chantant le refrain. R’nB, gospel, Hip-Hop ou Soul, les influences du groupe sont très variées et la setlist en était le reflet avec des chansons comme Wall of Sound ou Bless This House. Ils terminent évidemment par In the Air Tonight, dans une ambiance de folie. Après des rappels enjoués, ils sont revenus sur scène pour nous présenter un extrait de leur nouvel album aux couleurs très Motown. Au final, voir les Naturally 7 en live est une expérience à part entière pour pouvoir se rendre compte de l’immense talent (ou doit-on parler de don à ce stade là ?) de cette fraternité new-yorkaise. Ne les manquez pas si ils reviennent, bientôt on le souhaite!

Pour les lecteurs suisses, le groupe sera le 11.O7 au Montreux Jazz Festival, lequel propose déjà un programme alléchant: Lily Allen, Mos Def, Black Eyed Peas, Emily Loizeau, Jamie Cullum, Raphael Saadiq...
Repost 0
Published by Kinoo - dans Musique
commenter cet article