Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 00:01

CALLMEFITZ.jpg

 

Jason Priestley se coltine l'image de l'adolescent au brushing impeccable depuis le succès de la série Beverly Hills dans les années 90. Depuis l'arrêt de cette dernière, le comédien s'est essayé à d'autres registres sans succès (des petits rôles dans Haven ou Tru Calling), Brandon Walsh lui collait à la peau. Jusqu'à ce que le scénario de Call Me Fitz n'atterrisse sur son bureau, une série dont le héros est un vendeur de voitures sans scrupules porté sur l'alcool et les femmes. Une occasion en or pour briser son image lisse et de revenir sur le devant de la scène. Et on peut dire que le comédien (et son agent) a eu du flair car deux saisons ont déjà été diffusées aux États-Unis sur la chaîne HBO et deux autres sont déjà en préparation.

 

CALLMEFITZ2.jpg

 

Les deux premiers épisodes qui nous avaient été présentées il y a quelques semaines plantaient bien le décor de cette série et de ses personnages. Fitz est un type arrogant qui passe plus de temps à boire, fumer et forniquer que de travailler et quand il le fait, il n'a aucune valeur et n'hésiterait pas à vendre une voiture à un aveugle. Quand un de ses clients se retrouve plongé dans le coma par sa faute, il reçoit la visite d'un nouveau vendeur qui se présente comme sa conscience dont la mission est de remettre Fitz dans le droit chemin. Une mission impossible tant le type est politiquement incorrect. Moins trash que ce qu'il laisse paraître à travers ses dialogues incisifs, Call Me Fitz s'avère très agréable à regarder.

 

CALLMEFITZ3.jpg

 

Le format court (26') est bien adapté aux intrigues, l'ambiance jazzy qu'apporte la musique de Matt Dusk et la galerie de personnages attachants sont autant d'atouts prometteurs pour la suite, même si on note quelques longueurs dans la mise en scène qui gagne à être plus inspirée et audacieuse. Visiblement, Jason Priestley s'amuse et prend du plaisir à incarner cet antihéros qu'on se plaît à détester. Une série pleine de promesses !

 

Notre interview de Jason Priestley: cliquez ici

Actuellement diffusée sur Série Club

et disponible en coffret DVD chez Wild Side Video

Repost 0
Published by Kinoo - dans Série
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 00:00

DHadieux.png

 

Après huit saisons, les femmes au foyer et hautes en couleurs de Wisteria Lane ont tiré leur révérence. Des adieux plutôt discrets, loin du phénomène de société que Desperate Housewives était à son lancement en 2004. Il faut dire que les trois dernières saisons étaient franchement décevantes, s'éparpillant dans des pistes scénaristiques inutiles pour conclure avec des climax bâclés et expédiés. Et cela s'en est ressentit sur l'audience qui n'a cessé de chuter a sans doute précipité la décision de la chaîne ABC de mettre un terme aux aventures de Susan, Bree, Lynette et Gaby. Mais au lendemain de ces deux ultimes épisodes d'adieux satisfaisants, il est bon de se remémorer pourquoi on a tant aimé côtoyé le voisinage de Wisteria Lane pendant huit années.

 

DHadieux2.jpg

 

Sous ses airs de soap opera, Desperate Housewives proposait dès son pilote un savant dosage d'humour, de drame et de personnages charismatiques et atypiques qui a tout de suite trouvé son public. On se souvient d'avoir ri devant les gaffes de Susan, salivé devant les paniers de muffins de Bree, été ému devant le sens maternel de Lynette et été hypnotisé par les formes de Gaby. Mais au-delà de l'humour, les scénarios proposaient des intrigues plus sombres (après tout, la série débute par Marie Alice qui se tire une balle dans la tête!) et abordaient des thèmes qui remuaient l'Amérique sage et puritaine: l'homosexualité, l'adultère, l'alcoolisme etc... Plus qu'un divertissement, la série de Marc Cherryproposait également à son public de se confronter à travers les yeux des personnages, à des idées nouvelles et d'évoluer.

 

DHadieux3.jpg

 

L'une des grandes forces de la série résidait sans aucun doute dans son casting. Les quatre héroïnes dans la force de leur âge et assumant totalement ce statut, faisaient preuve d'une alchimie contagieuse et se complétaient par leurs personnalités diverses. Marcia Cross, Felicity Huffman, Eva Longoria et Teri Hatcher qui viennent toutes de séries précédentes (Côte Ouest, Melrose Place, Les Feux de l'Amour...) ont trouvé avec ces personnages les rôles de leurs vies. Les seconds rôles n'ont pas été en reste, que ce soit les maris ou les enfants en passant par les voisins, tous les habitants de Wisteria Lane avaient un rôle à jouer. Après des premières saisons réussies (on se souvient surtout de ce saut dans le temps de cinq ans qui a su renouvelé le genre), la série s'est endormi sur ses lauriers, mais à l'heure du bilan, on ne peut oublier les bons moments passés en compagnie de ses femmes au foyer désespérément attachantes.

 

Saison 8 actuellement diffusée sur Canal+

Repost 0
Published by Kinoo - dans Série
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 01:23

OUAP.jpg

 

Au cinéma, la folie des contes de fées revisités affole Hollywood depuis Alice in Wonderland. Dans les prochains mois on aura droit à deux visions de Blanche-Neige, à La Belle au Bois Dormant du point de vue de Maléfique (jouée par Angelina Jolie), à une revisite d'Hansel & Gretel (avec Jeremy Renner et Gemma Arterton), sans oublier Jack & le Haricot Magique sous l'égide de par Bryan Singer. Mais la télévision n'est pas en reste puisque la chaîne ABC diffuse depuis la rentrée 2011 Once Upon a Time, une série qui mêle l'univers des contes avec la réalité d'une petite ville de l'Amérique profonde.

 

OUAT2.jpg

 

A Storybrooke, dans l'état du Maine, les habitants sont en fait des personnages de contes de fées maudits par la Méchante Reine qui est en fait le Maire de la ville. La mémoire effacée et le temps arrêté, les personnages de notre enfance mènent une vie monotone jusqu'au jour où le jeune Henry amène sa mère biologique Emma, qui s'avère être la fille de Blanche-Neige et la seule personne à pouvoir briser le sort. Le postulat de départ est intéressant et plutôt bien mené, même si il rappelle furieusement Il Etait Une Fois (le film des studios Disney de 2006), il parvient à capturer l'essence des contes et d'en jouer. Il y a un certain fun à voir ces relectures de Cendrillon, Pinocchio ou encore de La Belle au Bois Dormant prendre vie d'une manière inédite. Chaque épisode alterne la trame dans le monde réel et des flashbacks dans l'univers fantaisiste du conte, un peu kitsch sur les bords mais plutôt efficace.

 

OUAT3.jpg

 

Dans l'ensemble, le casting est plutôt convaincant à commencer par Ginnifer Goodwin qui incarne à merveille Blanche-Neige et son alter ego Mary Margaret Blanchard. Jennifer Morrison (Dr. House) fait une héroïne charismatique tandis que Lana Parilla brille dans le rôle de la Méchante Reine. Robert Carlyle (The Full Monty, 28 Semaines Plus Tard) cabotine à mort et semble avoir calquer son jeu sur celui d'Heath Ledger dans The Dark Knight pour donner vie à Rumpelstiltskin.On peut également regretter le manque de second degré de la série qui aurait gagné à un peu plus d'humour.L'ensemble est également trop sage, le côté sombre des contes n'est qu'effleuré et on aurait aimé plus d'audace de ce côté là (mais ne rêvons pas, sur une chaîne familiale comme ABC). Si l'idée de départ ferait à coup sûr un bon film, il n'est pas sûr qu'elle se tienne sur la longueur dans la configuration d'une série. Le concept survira-t-il à la première saison alors que passé les huit premiers épisodes, une certaine lassitude s'installe déjà ?

Repost 0
Published by Kinoo - dans Série
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 20:17

theRiver.jpg

 

Dernière série télévisée produite par Steven Spielberg et crée par Oren Peli (Paranormal Activity), The River partait avec un pitch assez intéressant. Emmett Cole (Bruce Greenwood, vu dans Super 8) est un explorateur star de la télévision, dont les émissions tournées en famille passionnaient les spectateurs. Mais un jour, l'aventurier est porté disparu dans la dense jungle amazonienne. Sa femme et son fils partent à sa recherche, accompagnés d'une équipe de tournage dont les images sont tout ce qu'il reste de l'expédition de sauvetage. Exploitant le concept des found footages, rendus célèbres par les films Le Projet Blair Witch ou Cloverfield, The River offre donc un point de vue original pour ce qui se veut un successeur de Lost.

 

theRiver2.jpg

 

Il y a plusieurs bonnes choses dans The River, à commencer par l'approche originale des histoires hantées et le cadre inédit de la jungle amazonienne. Certains moments d'effroi sont d'ailleurs efficaces et amenés par des petits détails filmés par les caméras de surveillances (des ombres, des mouvements bizarres...). Les légendes des tribus amazoniennes sont un réservoir prometteur de scénarios et d'histoires, mais l'exécution et l'utilisation de celles-ci pêchent. Les manifestations paranormales, passées le premier épisode, basculent dans le grotesque et les maquillages laissent à désirer. Le scénario s'attardent également sur des relations mal développées entre les personnages, qui sont d'ailleurs loin d'être charismatiques, et l'ennui s'installe rapidement dans l'attente que quelque chose se passe enfin.

 

theRiver3.jpg

 

On a également la désagréable impression dès le début que les scénaristes, à la manière de Lost, ne savent pas trop où ils nous embarquent à mêler plusieurs mythologies et à multiplier les pistes. On espère se tromper. Enfin, le concept des caméras postées un peu partout et de celles portées à l'épaule est fatiguant à la longue. Est-ce que les personnages tiennent vraiment à filmer ce qu'il se passe quand ils détalent comme des lapins pour fuir des esprits maléfiques en pleine nuit à travers la végétation ? Le pitch était séduisant mais le concept s'avère vite redondant et détourne l'attention du spectateur de l'histoire. Il faudra un peu plus pour captiver le spectateur au-delà des premiers épisodes.

Repost 0
Published by Kinoo - dans Série
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 12:00

2brokegirls.jpg

 

Parmi les séries qui ont créé la surprise lors de la rentrée américaine, 2 Broke Girls a réussi à se faire une place de choix dans le monde des sitcoms déjà bien représenté par The Big Bang Theory et How I Met Your Mother. Créée par Michael Patrick King et Whitney Cummings, la série au titre équivoque met en scène deux serveuse dans un « diner » situé dans le quartier du Bronx à New York. L'une a toujours vécu dans la débrouille, Max qu'incarne la délicieuse Kat Dennings (Une Nuit à New York, Thor), enchaîne deux jobs pour joindre les deux bouts. Tandis que Caroline (irrésistible Beth Behrs qui joue les bimbos au grand cœur à merveille) est une grande blonde habituée à la vie d'héritière dont la vie change du jour au lendemain quand son magnat de père est rattrapé par la justice et leur fortune gelée.

 

2brokegirls2.jpg

 

En cette période de crise, il est facile de s'identifier et de s'attacher à ces deux personnages qui affrontent les galères de la réalité quotidienne mais qui s'efforcent de mener à bout leur rêve: construire une boutique de cupcakes. La série offre une confrontation intéressante de deux visions de la vie qui vont s'entrechoquer et se rapprocher au fil des épisodes. Les deux actrices principales que tout oppose font preuve d'une alchimie surprenante; la blonde et la brune s'apprivoisent d'abord à coups de vannes acerbes avant de voir que leur association pourrait être bénéfique pour les deux. L'humour cinglant fait souvent mouche, à travers des allusions sexuelles bien trouvées, des critiques de l'Amérique puritaine et des situations bien trouvées.

 

2brokegirls3.jpg

 

Bonne surprise autant qu'inattendue, 2 Broke Girls est une série plaisante aux personnages attachants. Les seconds rôles se font pour le moment discrets (le patron coréen, le pianiste black, le cuisinier obsédé...) mais gageons qu'ils prendront de l'ampleur au fur et à mesure. A suivre sans modération!

Repost 0
Published by Kinoo - dans Série
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 06:30

TronedeFer.jpg

 

La chaîne américaine HBO est passée maîtresse dans l'art de proposer au public des séries originales et de qualité qui osent repousser les limites de l'industrie télévisuelle. De Soprano à Rome en passant par True Blood et Sex in the City, on se demande encore ce qu'elle peut nous proposer. La saison dernière, ils ont encore frappé très fort en lançant Le Trône de Fer, une série dramatique de fantasy adapté de la saga littéraire A Game of Thrones de George R.R. Martin. En dix épisodes d'une heure, on assiste à la naissance épique d'un nouveau classique de l'heroic fantasy, dont l'univers n'a rien à envier à celui de Tolkien.

 

TronedeFer2.jpg

 

Dans le Royaume des Sept Couronnes, des familles royales se livrent à des batailles sans mercis où les complots et les rivalités font rage, pour accéder au Trône de Fer, symbole du pouvoir absolu. Le soin apporté pour matérialiser l'univers du livre est incroyable et le budget pour chaque épisode pourrait financer un blockbuster français, et ça se voit! Les effets spéciaux qui souvent sont faiblards à la télévisions sont ici très convaincants (les décors numériques sont impressionnants notamment); les costumes et les maquillages sont riches et détaillés au service d'une direction artistique très inspirée. Le casting est par ailleurs royal: on retrouve Sean Bean (Boromir dans Le Seigneur des Anneaux) dans le rôle d'Eddar Stark, Jason Momoa (le nouveau Conan le Barbare), Peter Dinklage (Le Monde de Narnia: chapitre 2 – Le Prince Caspian) et Lena Headey (Sarah Connor Chronicles).

 

TronedeFer3.jpg

 

Côté réalisation, le rythme de la série est prenant, sans temps mort. Impossible de ne pas se prendre au jeu de ces complots et rivalités tant c'est bien écrit et mis en scène. Les retournements de situations sont légions, les rebondissements bien amenés et la tension dramatique toujours maîtrisée. Et chaque fin d'épisode offre un cliffhanger qui ne fait qu'accentuer l'impatience de découvrir l'épisode suivant. Violent, sexy et passionnant, Le Trône de Fer nous a offert une première saison qui ne ternira pas l'image d'HBO et on attend avec impatience la seconde saison prévue pour le printemps prochain.

 

Le Trône de Fer - Saison 1: Disponible en coffret Blu-Ray et DVD à partir du 7 mars 2012

Repost 0
Published by Kinoo - dans Série
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 19:08

Smash

 

Très attendue par les téléphages américains, Smash, la nouvelle série musicale produite par Steven Spielberg débutera le 6 février prochain sur la chaîne NBC. J'ai eu la primeur de voir le pilote et je vous en livre mes premières impressions. Pour tous les fans de comédies musicales made in Broadway, la série s'avère très prometteuse puisqu'elle se déroule dans les coulisses de la création d'un musical à New York. On y fait la rencontre du tandem de compositeurs, Julia et Tom, qui se lancent dans le défi fou de monter une comédie musicale sur la vie de Marylin Monroe. La brunette Karen, serveuse en attendant la gloire, enchaîne les auditions en espérant décrocher le rôle de sa vie tandis que la blonde Ivy Lynn s'annonce déjà comme une rivale redoutable.

 

Smash2

 

La première qualité de la série réside dans son casting trois étoiles: Debra Messing (Will & Grace), Anjelica Huston (La Famille Addams) ou encore Jack Davenport (Pirates des Caraïbes) y interprètent des personnages principaux. A leurs côtés, on retrouve des habitués des planches de Broadway tels que Christian Borle (Legally Blonde: the Musical), Megan Hilty (Wicked) ou encore Briance d'Arcy James (Next to Normal). Enfin, l'héroïne est interprétée par la délicieuse Katherine McPhee, lauréate de la cinquième saison d'American Idol. Dès le pilote, la série pose ses bases riches et variées, des coulisses du monde théâtral aux histoires plus intimes des personnages. Smash se laisse regarder avec plaisir, grâce à un rythme fluide qui alterne brillamment les scènes de dialogue avec les numéros musicaux, dans une ambiance new-yorkaise des plus plaisantes.

 

Smash3

 

Ces derniers, pas aussi nombreux qu'on pourrait le croire, sont d'ailleurs pour la plupart des compositions originales que l'on doit à Marc Shaiman et Scott Wittman (des piliers du monde musical qui ont déjà à leur compteur Hairspray ou Catch Me If You Can). Dans cet épisode on a droit à un duo sublime « Let Me Be Your Star » par les deux jeunes prétendantes, une reprise de « Beautiful » de Christina Aguilera et à un numéro final très enjoué « National Pastime ». La mise en scène de ces chansons, qui ne sont pas intégrées à l'histoire mais interprétées sur scène ou en casting, reste classique mais rappelle les numéros de Chicago et Nine au cinéma. Définitivement incontournable pour les amateurs de musicals et de Broadway, Smash devra tout de même proposer plus de folie pour brasser un public plus large. Pour ma part, avec un tel casting et un sujet pareil, je suis plutôt conquis.

 

Diffusion sur NBC le 6 février 2012

Diffusion française à l'automne 2012 sur TF1

L'offre de MYTF1VOD " En direct des USA " propose à tous les fans de séries de regarder légalement leurs séries préférées seulement quelques heures après la diffusion américaine. MYTF1VOD propose la plus large offre du marché avec 13 des séries les plus populaires**. 

Repost 0
Published by Kinoo - dans Série
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 00:02

HotInClevelandHeader.jpg

 

Alors que la majorité des grandes chaînes rivalisent d'originalité en proposant des concepts novateurs et surprenant pour attirer la curiosité des téléspectateurs, Hot in Cleveland parvient à proposer un divertissement irrésistiblement drôle et efficace avec des ingrédients que l'on croyait désuets. Même si le format a connu de récents succès grâce à The Big Bang Theory ou How I Met Your Mother, proposer un sitcom qui plus est avec des héroïnes dans la force de l'âge (pas vraiment la cible jeune dans le collimateur des networks) était un pari audacieux, pour ne pas dire risqué. Wendie Malick, Jane Leeves et Valerie Bertinelli incarnent trois cougars de Los Angeles dont le vol pour Paris effectue un atterrissage forcé dans dans la ville de Cleveland. Découvrant qu'elles peuvent encore plaire dans cet état moins superficiel que la ville des Anges, elles décident de s'y installer en prenant quartier dans une maison tenue par une concierge du troisième âge, alcoolique sur les bords et à la langue bien pendue.

 

HotInCleveland.jpg

Cette dernière est interprétée par Betty White, une légende de la télévision américain (elle a notamment joué dans la série culte The Golden Girls), et elle est la véritable star et le cœur du show. Pétillante de vitalité, cette petite dame toujours vêtue d'un survêtement fluo du meilleur effet peut sortir les pires atrocités à ses camarades de jeu sans qu'on lui eu veuille juste un peu. Elle partage avec les trois héroïnes une alchimie remarquable et leur bonne humeur est contagieuse. Les épisodes, de 22 minutes, sont bien construits et abordent des thèmes chers aux femmes approchant la crise de la quarantaine: le désir de plaire, l'amour ou encore la ménopause.

 

HotInCleveland2.jpg

Ne cherchant pas à casser les règles du genre, Hot in Cleveland propose des formules qui ont déjà fait leurs preuves par le passé mais qui demeurent toujours aussi efficaces grâce à ses actrices attachantes et surtout talentueuses, aux scénarios et aux dialogues exquis. Le charme rétro de la série, renforcée par la présence de Betty White, ajoute également à l'attrait de cette série que je vous recommande chaudement.

Repost 0
Published by Kinoo - dans Série
commenter cet article
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 00:01

Ringer.jpg

 

Alors qu'Entourage vient de tirer sa révérence dans une ultime huitième saison et que True Blood a conclu sa quatrième saison de manière frustrante, c'est la rentrée des séries qui se prépare sur les grandes chaînes américaines. Entre les séries qui reviennent à la demande générale et les nouvelles créations qui vont tenter de s'imposer dans le cœur des téléspectateurs, voici celles qui ont attiré mon attention et que je vais suivre de près cette saison.

 

series-copie-1.jpg

 

Très attendu, le retour à la télévision de Sarah Michelle Gellar, éternelle Buffy contre les Vampires, dans Ringer. Une série qui mêle le thriller au fantastique qui a rassemblé 2,7 millions de curieux lors de la diffusion du pilote la semaine dernière. Autre série au look rétro prometteur, Pan Am, qui s'intéressera à la vie des hôtesses de l'air de la compagnie aérienne éponyme durant les années 60. Christina Ricci (Sleepy Hollow, Penelope) tiendra le rôle principal de cette série qui sera diffusée à partir du 25 septembre sur la chaîne ABC, juste après le pilote de la huitième et dernière saison de Desperate Housewives. Lynette, Bree, Gaby et Susan vont en effet faire leurs adieux cette année avec une saison qui promet un retour au source et une intrigue qui bouclera les histoires de Wisteria Lane.

 

series2.jpg

 

Du côté de chez Fox, on prépare activement le retour de la série musicale Glee pour une troisième saison qui promet toujours autant de numéros musicaux enjoués. Les scénaristes promettent des intrigues plus recherchées que celles de la saison 2 un brin décevante de ce côté. Darren Criss (Blaine) est passé permanent tandis que Chord Overstreet (Sam) a décidé de quitter la série. La chaîne proposera le même soir un nouveau sitcom, New Girl, dans lequel Zooey Deschanel (500 Jours Ensemble) emménage en colocation avec trois garçons, après une rupture de trop.

 

En parlant de sitcom, on trépigne de retrouver Sheldon et sa bande de geeks irrésistibles de The Big Bang Theory dans une cinquième saison très attendue, tandis que How I Met Your Mother tentera de raviver la flamme des premières années en remettant plus que jamais Neil Patrick Harris et son personnage Barney sous les projecteurs dans les bandes-annonces.

 

series3.jpg

 

Steven Spielberg, en plus d'être très prolifique au cinéma cette année (avec Cheval de Guerre et Les Aventures de Tintin: Le Secret de la Licorne), proposera deux séries de science-fiction que l'on attend de pied ferme. La première, Terra Nova, enverra des explorateurs dans les temps préhistoriques alors que la Terre est menacée d'extinction. Un mélange d'Avatar et Jurassic Park qui promet un grand spectacle visuel et narratif. Dans Falling Skies, un groupe de résistants tente de survivre sur une Terre ravagée par une invasion extra-terrestre, mené par Tom Mason, un prof d'histoire à la recherche de son fils disparu.

 

Voilà en gros mes prochains rendez-vous télévisuels de l'année, auxquels on peut déjà ajouter la deuxième saison de Boardwalk Empire et de How to Make it in America, American Horror Story (la nouvelle création de Ryan Murphy), The Walking Dead bien sûr et Alcatraz, par J.J Abrams. Et vous, quelles seront les séries qui vous tentent dans le paysage audiovisuel de 2011-2012?

Repost 0
Published by Kinoo - dans Série
commenter cet article
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 10:00

BBT1.jpg

 

Avec quatre ans de retard, je me suis lancé dans le visionnage de The Big Bang Theory, la sitcom à tendance très geek dont tout le monde me parle. La série démarre quand Penny, une blonde peu futée emménage sur le palier d'en face de Leonard et Sheldon, deux scientifiques et nerds absolus au look d'éternels puceaux. Fans de physique quantique et de Star Trek (parmi tant d'autres geekeries), et ayant pour meilleurs amis un pot de colle vicelard et un indien incapable de parler aux filles sans un verre dans le nez, les deux colocataires n'incarnaient pas les voisins idéaux pour la jeune fille. Ce qui n'empêche pas Leonard de tomber amoureux de Penny.

 

BBT2.jpg

 

Si j'ai eu du mal à accrocher sur les premiers épisodes, dérouté par le rythme qui prenait un peu trop son temps pour démarrer et à l'humour très spécialisé des personnages, je suis vite devenu accroc. La raison principale s'appelle Jim Parsons, l'acteur qui interprète avec un grand talent comique Sheldon. Couronné aux Emmy Awards pour son rôlede physicien maniaque et asocial, il débite les pires atrocités avec une aisance et une fluidité déconcertante. Son alchimie avec Johnny Galecki (qui joue Leonard) est parfaite et on croit sans difficulté à leurs discussions passionnées et à leur relation touchante et drôle à la fois. En général, le casting est vraiment efficace. Les rôles sont bien distribués et le cocktail des personnalités est explosif.

 

BBT3.jpg

 

Sous ses airs de sitcoms classiques, The Big Bang Theory se démarque par son univers de geek totalement assumé, quitte à déconcerter les néophytes. On y aborde Star Wars et Star Trek (souvent), les jeux de rôles en ligne, les séries Battlestar Galactica, les comics, les jeux vidéos... bref tous les clichés de l'univers geek sont réunis. Les dialogues sont vraiment bien écrits et les scénarios assez originaux pour être divertissants sans rappeler d'autres sitcoms. J'en suis à la deuxième saison et je ne m'en lasse toujours pas, en espérant que la suite parvient à maintenir le niveau en se renouvelant pour ne pas lasser. Mais pour l'instant, je reste fan de Sheldon! "Bazinga!"

Repost 0
Published by Kinoo - dans Série
commenter cet article